Bourse: Wall Street termine en hausse, encouragée par la chute des taux obligataires

Publié le 01/12/2023 à 09:48, mis à jour le 01/12/2023 à 17:45

Bourse: Wall Street termine en hausse, encouragée par la chute des taux obligataires

Publié le 01/12/2023 à 09:48, mis à jour le 01/12/2023 à 17:45

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en hausse, vendredi, dopée par le reflux des rendements obligataires, eux-mêmes influencés par les anticipations d’une baisse de taux de la Fed (banque centrale américaine) dès le premier trimestre 2024.

La Bourse de Toronto a gagné plus de 200 points vendredi grâce à la vigueur générale des métaux de base, de l’industrie et des télécommunications, alors que les marchés américains ont également progressé. 

 

Pour (re)consulter les nouvelles du marché

Les indices boursiers à la fermeture

À Toronto, le S&P/TSX a clôturé en hausse de +216,58 points (+1,07%) à 20 452,87 points.

À New York, le S&P 500 a monté de +26,83 points (+0,59%) à 4 594,63 points.

Le Nasdaq a clôturé en hausse de +78,81 points (+0,55%) à 14 305,03 points.

Le DOW a clôturé en hausse de +294,61 points (+0,82%) à 36 245,50 points.

Le huard a récolté +0,0034 $US (+0,467 5%) à 0,7410 $US.

Le pétrole a retraité de -1,55 $US (-2,04%) à 74,41 $US.

L’or a progressé de +33,90 $US (+1,65%) à 2 091,10 $US.

Le bitcoin a progressé de +1 043,31 $US (+2,76%) à 38 792,80 $US.

 

Le contexte

Partis dans le rouge, les indices phares de Wall Street se sont redressés au fil de la séance, permettant au S&P 500 d’enregistrer une cinquième semaine positive de suite.

«C’est une combinaison de facteurs», a expliqué Sam Stovall, de CFRA, au sujet de ce revirement, «mais c’est surtout dû à la détente continue des taux obligataires.»

Le rendement des emprunts d’État américains à 2 ans, considéré comme le plus représentatif des anticipations du marché en matière de politique monétaire, a dégringolé jusqu’à 4,53%, contre 4,68% jeudi en clôture, au plus bas depuis cinq mois et demi.

Les opérateurs tablent désormais sur une première baisse du taux directeur de la Fed dès mars, scénario largement exclu il y a encore une semaine.

Cette posture est liée aux signes de plus en plus manifestes d’un ralentissement économique aux États-Unis et d’une décélération continue de l’inflation.

Le tableau a été confirmé, vendredi, par l’indice ISM, qui a mis en évidence une contraction de l’activité dans le secteur manufacturier en novembre. L’indice est ressorti à 46,7% (un chiffre inférieur à 50 indique une baisse de l’activité), inchangé par rapport au mois précédent, alors que les économistes attendaient un rebond, à 47,8%.

La place new-yorkaise a fait fi des déclarations du président de la Fed, Jerome Powell, qui a pourtant estimé, vendredi, «prématuré» de «spéculer sur le moment où la politique monétaire pourrait être assouplie», lors d’une intervention à Atlanta (Géorgie). 

Sam Stovall rappelle qu’historiquement, les actions tendent à bien se comporter lors de périodes allant d’une fin de cycle de resserrement à une première baisse de taux.

«Il y a beaucoup d’éléments de nature à alimenter la confiance des investisseurs», selon lui.

De manière générale, ce vent d’optimisme a profité à nombre de valeurs volatiles de la cote, notamment Airbnb (ABNB, +6,87%), Lyft (LYFT, +12,02%) ou Peloton (PTON, +9,89%).

Dans le même élan ont été entraînés les représentants du secteur des cryptomonnaies, comme les «mineurs» Marathon Digital Holdings (MARA, +14,45%) et Riot Platforms (RIOT, +9,72%).

Ailleurs, Tesla (TSLA) a fait marche arrière (TSLA, -0,52%) au lendemain de la présentation, en fanfare, d’un nouveau pick-up électrique, le Cybertruck, aux lignes futuristes. Un analyste de Morningstar a estimé que le prix de vente du modèle de base, soit 60 990 dollars américains ($US), positionnait le véhicule sur le marché haut de gamme et pas sur celui du grand public.

Par contraste, Ford (FORD), dont le concurrent, le F-150 Lightning, est vendu 50 000 $US, a lui vécu une séance faste (FORD, +3,12%), de même que le constructeur de véhicules électriques Rivian (RIVN, +7,58%).

Paramount Global (PARA) a été recherché (PARA, +9,81%) après que le Wall Street Journal a rapporté que le groupe de médias envisageait de proposer une offre réunissant son service de streaming Paramount+ et celui d’Apple (AAPL, +0,68%), Apple TV+, à un tarif inférieur à celui des deux abonnements séparés.

Pfizer (PFE) a été sanctionné (PFE, -5,12%) après avoir acté l’arrêt des essais cliniques de sa pilule anti-obésité à deux doses quotidiennes danuglipron. Les résultats on mis en évidence une proportion élevée d’effets secondaires indésirables lors de la dernière vague de tests. Le laboratoire a néanmoins décidé de poursuivre les essais de la version à une dose quotidienne.

Le fabricant de matériel informatique Dell Technologies (DELL) a glissé (DELL, -5,19%) après avoir fait état, jeudi après Bourse, d’un chiffre d’affaires trimestriel inférieur aux projections des analystes. Le groupe de Round Rock (Texas) a enregistré un ralentissement dans toutes ses branches, y compris dans les serveurs et le stockage de données. 

 

Abonnez-vous à notre infolettre thématique:

Finances personnelles — Tous les vendredis

Inspirez-vous des conseils de nos experts en planification financière et de toutes les nouvelles pouvant affecter la gestion de votre patrimoine.

Sur le même sujet

Devriez-vous rembourser votre hypothèque ou financer votre REER?

Mis à jour à 14:27 | Morningstar

L'avantage psychologique de ne pas avoir de dettes peut l'emporter sur le financement de son REER.

Bourse: Wall Street ouvre en petite hausse après l'envolée liée à l'IA

Mis à jour à 12:15 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto évolue dans le vert en fin d’après-midi.

OPINION Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi 23 février
Mis à jour à 08:28 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: records à Wall Street pour le Dow Jones et le S&P 500
Mis à jour le 22/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 22 février
Mis à jour le 22/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Bombardier ne perd pas sa cible des yeux

Édition du 21 Février 2024 | Denis Lalonde

LE TAUREAU CONTRE L'OURS. Que vous soyez optimiste ou pessimiste, retrouvez l’analyse d’un titre en deux parties.

Primaire républicaine: fin de la course pour Nikki Haley?

ANALYSE. Ce samedi, Donald Trump devrait battre sa rivale Nikki Haley en Caroline du Sud, selon les sondages.

La Caisse de dépôt et placement devient actionnaire de l'arrimeur québécois QSL

QSL a précisé que son siège social demeurera à Québec et l’entreprise continuera d’être dirigée par son équipe actuelle.