Les entreprises doivent s'engager en faveur de la biodiversité dès maintenant

Publié le 09/04/2024 à 09:17

Les entreprises doivent s'engager en faveur de la biodiversité dès maintenant

Publié le 09/04/2024 à 09:17

Par Courrier des lecteurs

Investir dans la protection de la biodiversité, c’est investir dans la résilience de nos sociétés et de notre économie. (Photo: 123RF)

COURRIER DES LECTEURS. Plus d’un an après la COP15, qui a reconnu les entreprises comme un maillon essentiel à la protection de la nature, les engagements du secteur privé en matière de biodiversité demeurent insuffisants.

Pourtant, les arguments sont indéniables : selon le Forum économique mondial, plus de 50% du PIB mondial dépend de la nature, et la perte de biodiversité représentera le troisième plus grand risque pour les entreprises au cours des dix prochaines années.

Il est incontestable que le déclin de la biodiversité constitue une crise majeure. La Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), l’équivalent du GIEC pour la biodiversité, constate le déclin de plusieurs services rendus par la nature, tandis que le Fonds mondial pour la nature (WWF) souligne que près de 70% des populations d’animaux sauvages vertébrées sont en déclin.

Malgré l’intérêt manifesté par de nombreuses organisations et institutions lors de la 15e Conférence des parties (COP15) à Montréal en décembre 2022, le momentum semble aujourd’hui incertain, avec des engagements du secteur privé toujours timides.

 

Peu d’actions concrètes

Les entreprises tardent à évaluer leurs dépendances à la nature et à réduire leurs impacts, ainsi que ceux de leur chaîne de valeur, sur la biodiversité. Au Québec, le nombre d’entreprises ayant adopté le cadre du Groupe de travail sur les informations financières liées à la nature (TNFD) se compte sur les doigts d’une main. Même à l’échelle locale, rares sont les entreprises évaluant la biodiversité présente sur le terrain de leurs installations et mettant en œuvre des initiatives de verdissement et de restauration.

Les projets favorisant la transition énergétique sont encore privilégiés, souvent au détriment de la protection de la nature. On traite encore ces deux sujets indépendamment, même si ces crises sont indissociables. Agir pour la biodiversité, c’est également agir pour l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques.

Le secteur financier peine également à reconnaître que la biodiversité est un enjeu actuel et non futur, alors que des actions immédiates sont nécessaires pour réduire les risques sur les investissements, la société et la nature. Quelques projets de recherche sont en cours, mais les investissements réalisés demeurent peu nombreux.

 

Un soutien limité

Les entreprises ont également peu de soutien du milieu des affaires.

Hormis quelques initiatives isolées, les événements dédiés à la transition socioécologique abordent peu les questions liées à la nature, tandis que les événements purement commerciaux ne les mentionnent pas du tout.

En matière d’innovation, les efforts pour la biodiversité se font attendre. La majorité de nos écoles de gestion et de nos incubateurs d’entreprises parlent beaucoup d’innovations liées au climat, mais peu de celles liées à la protection de la nature.

Les subventions pour l’innovation dans ce domaine sont encore inexistantes, mais il y a tout de même espoir que la Stratégie nationale 2030 pour la biodiversité du Canada et le Plan Nature 2030 du Québec, qui seront publiés plus tard cette année, contiennent des engagements concrets à ce niveau.

 

Agir maintenant

La protection de la biodiversité est un défi d’aujourd’hui, pas de demain. Il est essentiel que chaque action mise en œuvre par les entreprises dans la transition climatique vise simultanément à maintenir et à restaurer la biodiversité.

Certaines solutions sont déjà connues tandis que d’autres restent à découvrir, mais ce qui est certain, c’est qu’il est crucial de collaborer dès maintenant et de mettre nos énergies en commun pour accélérer les actions en faveur de la nature.

Investir dans la protection de la biodiversité, c’est investir dans la résilience de nos sociétés et de notre économie.

 

 

 

SIGNATAIRES

Représentant.e.s d’organisations

Alice Chipot, directrice, Regroupement pour la responsabilité sociale des entreprises (RRSE)

Alizée Girard, consultante biologiste indépendante

André-Yanne Parent, directrice générale, Réalité climatique Canada

Anne-Josée Laquerre, directrice générale et co-initiatrice, Québec Net Positif

Benoît Waeckel, vice-président et co-fondateur, COOP Sens Climat

Charles Duchesne, président, COESIO

Christian Sénéchal, directeur général, Les amis de la montagne

Daphnée Lecours Tessier, directrice générale, Éco-pivot

David Roy, directeur général, Ateliers pour la biodiversité

David Viens, président, Capitale Nature

Gareth Gransaull, directeur exécutif, re•generation

Jean-Pierre Dubé, ing., ASC, associé-fondateur, Coboom

Katie Millette, secrétaire exécutive de GEO BON

Leïla Copti, COPTICOM, Stratégies et relations publiques

Marie-Krystine Longpré, directrice générale, Jeune Chambre de commerce de Montréal

Marie-Philippe Perreault-Brière, conseillère, ADDERE Service-conseil

Marine Thomas, rédactrice en chef, Les Affaires

Martin Vaillancourt, directeur général, Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec (RNCREQ)

Mathieu Laneuville, président-directeur général, Réseau Environnement

Pascal Bigras, directeur général, Nature-Action Québec (NAQ)

Pascal Geneviève, président et co-fondateur, CCG

Patricia Clermont, organisatrice-coordonnatrice, Association québécoise des médecins pour l’environnement (AQME)

Sabaa Khan, directrice générale (Québec), Fondation David Suzuki

Sophie-Anne Legendre, directrice des communications, Transfert Environnement et Société

Valérie Leblanc, directrice développement stratégique, Habitat

 

 

À titre de professeur.e.s, chercheur.se.s et d’étudiant.e.s :

Alex Alexis, chargé de cours et doctorant, Université de Montréal

Angélique Dupuch, professeure, Université du Québec en Outaouais

Anne-Sophie Caron, professeure de biologie, Collèges Vanier et Dawson, Écotoxicogénomique et perturbation endocrinienne, Institut national de la recherche scientifique (INRS)

Anthony Ricciardi, professeure titulaire de biologie, McGill University

Antoine Caron-Guay, étudiant à la maîtrise en biologie, Université de Montréal

Ariane Burke, professeure titulaire, Anthropologie, Université de Montréal

Ariane Peroni, étudiante à la maîtrise, Université Concordia

Audrey Lafrenaye, étudiante au doctorat, Université de Sherbrooke

Aylish Marshall, étudiante à la maîtrise, Université McGill

Benjamin Mercier, professionnel de recherche, Université de Sherbrooke

Camille Lévesque, étudiante à la maîtrise, Université de Sherbrooke

Carly Ziter, professeure de biologie, Université Concordia

Cécile Fonrouge, Professeure agrégée, UQTR

Claire-Cécile Juhasz, stagiaire post-doctorale, Université de Sherbrooke

Clara Casabona Amat, étudiante au doctorat en biologie, Université de Sherbrooke

Daniel Normandin, Directeur, Centre d’études et de recherches intersectorielles en économie circulaire

Dominique Berteaux, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en

échanges entre les écosystèmes, Université du Québec à Trois-Rivières.

Egor Katkov, chercheur, Cassiopea Inc. & Université McGill

Émilie Desrosiers, étudiante au doctorat en administration, Université de Sherbrooke

Emma Despland, professeure-chercheure, Université Concordia

Emmanuel Raufflet, professeur, HEC Montréal, Réseau de recherche en économie circulaire du Québec

Emmanuelle Barreau, étudiante au doctorat, Université du Québec en Outaouais

Eric Harvey, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les Échanges entre Écosystèmes, Université du Québec à Trois-Rivières.

Esther Lévesque, professeure titulaire, directrice du département des Sciences de l’environnement, Université du Québec à Trois-Rivières

Étienne Lacroix-Carignan, étudiant au doctorat en biologie, Université de Montréal

Étienne St-Jean, professeur titulaire, Chaire de recherche du Canada sur la carrière entrepreneuriale, Université du Québec à Trois-Rivières

François Labelle, professeur titulaire, département de management, Institut de Recherche sur les PME, UQTR

Guillaume Blanchet, professeur adjoint en biologie, Université de Sherbrooke

Guillaume Larocque, professionnel de recherche, Centre de la science de la biodiversité du Québec

Hugh Cronin, étudiant à l’Université Concordia

Joelle BOUA, étudiante au doctorat, UQTR

Jordi Vilanova i Broto, étudiant au doctorat en biologie, Concordia University

Katherine Hébert, post-doctorante, McGill University

Laura Désilets, étudiante à la maîtrise, Université du Québec en Outaouais

Laura Fequino, étudiante à la maîtrise, Université de Sherbrooke

Loriane Des Alliers, étudiante à la maîtrise en environnement, Université de Montréal

Louis Moisan, étudiant au doctorat en biologie, Université du Québec à Rimouski

Luc Audebrand, professeur titulaire, Université Laval

Luis Rodrigo Arce Valdes, post-doctorant, Université Concordia

Malek Kalboussi, étudiante au doctorat, Université de Montréal

Marc Journeault, professeur, Université Laval, Réseau de recherche en économie circulaire du Québec

Marc-Olivier Beausoleil, étudiant au doctorat en biologie, Université McGill

Marianne Turcotte, étudiante à la maîtrise, Université du Québec à Rimouski

Marie-Hélène Brice, chercheuse, Jardin botanique de Montréal, Université de Montréal

Mathias Glaus, professeur, École de technologie supérieure, Réseau de recherche en économie circulaire du Québec

Mathieu Cusson, professeur, Université du Québec à Chicoutimi

Matthias Pepin, professeur agrégé, Université Laval

Maxime Fortin Faubert, post-doctorant, Centre ETE de l’INRS et Fondation David Suzuki

Mégane Déziel, étudiante au doctorat en biologie, Université du Québec à Montréal

Mélanie Primeau, étudiante à la maîtrise, Université de Montréal

Mélissa Fortin, professeure, ESG Université du Québec à Montréal

Michelle Gros, assistante de recherche et lab manager, McGill University

Monique Poulin, professeure titulaire en phytologie, Université Laval

Olivia St-Laurent, étudiante à la maîtrise, Université McGill

Paul Savary, post-doctorant, Université Concordia

Pierre Legendre, professeur titulaire d’écologie quantitative, Université de Montréal. Membre de la Société royale du Canada et Membre correspondant de l’Academia Mexicana de Ciencias

Pierre-Alexandre Cardinal, candidat au doctorat, École des Sciences de la gestion, Université du Québec à Montréal

Sarah Piché-Choquette, chercheuse postdoctorale, Université du Québec à Montréal

Simon Beaudoin, chargé de cours et assistant de recherche, Université de Sherbrooke

Sophie Beaudet, étudiante à l’Université Concordia

Stéphanie H. Leclerc, doctorante, Université McGill

Stéphanie Pellerin, professeur associée, Sciences biologiques, Université de Montréal

Valérie Langlois, professeure titulaire et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biodiversité nordique, Université du Québec à Rimouski

Vanessa Poirier, étudiante au doctorat, Université du Québec à Montréal

Varina Crisfield, étudiante au doctorat en biologie, Université de Sherbrooke

Vincent Maire, professeur, UQTR

Vincent Poirier, professeur agrégé et directeur scientifique, Unité de recherche et développement en agriculture, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Yves Plourde, professeur agrégé, HEC Montréal

 

Sur le même sujet

Telus prévoit des investissements de 73G$ pour ses réseaux

Mis à jour le 09/05/2024 | La Presse Canadienne

Telus versera désormais aux actionnaires un paiement trimestriel de 38,91 cents par action.

Hausse des gains en capital: CPA Canada invite à un dialogue constructif pour un système fiscal plus juste

COURRIER DES LECTEURS. «Éthique et intégrité sont les pierres d’assise de la profession comptable canadienne.»

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.