COVID-19: fin des primes chez Couche-Tard

Publié le 30/06/2020 à 13:35

COVID-19: fin des primes chez Couche-Tard

Publié le 30/06/2020 à 13:35

Par La Presse Canadienne
Un dépanneur Couche-Tard au centre-ville de Montréal.

(Photo: Charles Desgroseilliers)

À l’instar de nombreux détaillants, dont les grandes chaînes de supermarchés, Alimentation Couche−Tard a mis fin à la prime horaire de 2,50 $ l’heure offerte à ses employés nord−américains dans la foulée de la pandémie de COVID−19.

Dans le cadre d’une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du quatrième trimestre terminé le 26 avril, où les profits nets ont presque doublé, la direction de la multinationale québécoise a indiqué que la «prime salariale d’urgence» avait cessé de s’appliquer le 12 juin aux États−Unis et le 22 juin au Canada, sans fournir plus de détails. 

Celle−ci avait été offerte aux employés nord−américains de l’exploitant de dépanneurs et de stations−service qui continuaient de travailler dans ses magasins ainsi que ses centres de distribution alors que le nouveau coronavirus provoquait de nombreuses fermetures.

«L’aspect temporaire de la prime a bien été communiqué à nos employés dès son introduction et nous les avons prévenus à l’avance de la date à laquelle celle−ci prendrait fin, soit le 21 juin», a souligné par courriel une porte−parole de Couche−Tard, Laurence Myre Leroux.

Elle a ajouté qu’une prime spéciale, dont le montant n’a pas été précisé, sera également versée en juillet.

Sur son site web, Couche−Tard affirme compter quelque 109 000 travailleurs au sein de son réseau nord−américain, qui compte notamment 9414 magasins. Cela inclut toutefois des employés de bureau qui n’avaient pas droit à la prime.

Contrairement à la plupart des détaillants, Lowe’s avait annoncé, lundi, que la prime de 2$ l’heure que touchent les travailleurs des magasins Réno−Dépôt et Rona allait continuer d’être versée durant tout le mois de juillet.

Au quatrième trimestre, la société établie à Laval a dépassé les attentes des analystes en affichant un bénéfice net de 576,3 millions $ US, ou 52 cents US par action, en dépit d’un chiffre d’affaires ayant décliné de 26,1%, à 9,7 milliards $ US, par rapport à la même période l’an dernier.

L’entreprise a observé une baisse de l’achalandage dans l’ensemble de son réseau en raison des mesures de distanciation sociale mises en place au plus forte de la pandémie de COVID−19, à la mi−mars. Cependant, comme l’ont souligné plusieurs détaillants dont les activités ont été jugées essentielles pendant ces fermetures, les ventes de marchandises ont profité d’un panier moyen plus élevé, ce qui a permis de compenser en partie la baisse du nombre de visiteurs.

«Couche−Tard a affiché de solides résultats dans un environnement d’exploitation difficile, ce qui démontre la résilience de ses activités», a souligné l’analyste Martin Landry de la firme Stifel GMP, dans une note envoyée aux investisseurs. 

En excluant les éléments non récurrents, dont un gain avant impôt de 41 millions $ US lié à une cession d’actif, le profit ajusté de Couche−Tard s’est établi à 521 millions $ US, ou 47 cents US par action, comparativement à 289 millions $ US, ou 26 cents US par action, au quatrième trimestre l’an dernier. 

Les analystes anticipaient un bénéfice ajusté par action de 43 cents US et des revenus de 9,36 milliards $ US, selon la firme de données financières Refinitiv.

Pour l’ensemble de l’exercice 2020, Couche−Tard a engrangé un profit net de 353,6 millions $ US, en hausse de 28,3 % par rapport à l’an dernier. Son chiffre d’affaires a cependant reculé de 5 milliards $ US, a précisé l’entreprise.

À la une

Peu de gain de productivité? Oubliez les hausses salariales réelles

Mis à jour il y a 7 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Depuis trente ans, productivité et revenus suivent la même trajectoire, a observé un économiste de RBC.

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.