Devriez-vous rembourser votre hypothèque ou financer votre REER?

Publié le 23/02/2024 à 14:30, mis à jour le 23/02/2024 à 14:27

Devriez-vous rembourser votre hypothèque ou financer votre REER?

Publié le 23/02/2024 à 14:30, mis à jour le 23/02/2024 à 14:27

(Photo: 123RF)

Accablés par une dette ménagère monumentale, des millions de Canadiens sont pris entre le feu d’une hypothèque écrasante et celui de l’épargne-retraite. Selon les chiffres les plus récents de Statistique Canada, le ratio dette/revenu des ménages canadiens a atteint le niveau historique de 184,6% du revenu disponible, le plus élevé de tous les pays du G7.

La Banque du Canada ayant continué à relever son taux directeur, le coût des emprunts, y compris les prêts hypothécaires, a connu une hausse marquée et importante tout au long de l’année 2023. Par conséquent, la plupart des Canadiens sont confrontés à un choix décourageant : doivent-ils donner la priorité à la constitution d’un fonds de retraite dans le cadre d’un REER ou se concentrer sur la réduction d’une dette hypothécaire colossale ?

 

Épargne forcée ou financement d’un REER

Il y a deux façons de voir les choses :

1 Vos investissements peuvent-ils vous rapporter plus que votre taux hypothécaire actuel? 

2 Si les taux hypothécaires sont bas (ou modérément élevés), l’idée de rembourser plus rapidement le solde de votre prêt hypothécaire et d’économiser sur les frais d’intérêt vous paraît-elle plus attrayante ?

Par conséquent, lorsque les taux d’intérêt augmentent, une part plus importante de vos versements hypothécaires est consacrée aux frais d’intérêt, ce qui réduit votre contribution à l’augmentation de votre capital immobilier.

Cependant, les experts affirment que la planification financière ne se limite pas aux implications à court terme de la décision. La gestion de la trésorerie, les considérations fiscales, la planification des investissements et la retraite sont autant d’éléments à prendre en compte dans un tel scénario. La gestion efficace de votre trésorerie est une question de discipline financière. Pour de nombreuses personnes, investir dans un logement par le biais d’un prêt hypothécaire constitue une forme d’épargne forcée au fil du temps.

En outre, il est essentiel de se demander si l’accélération des remboursements hypothécaires permettra d’affecter les liquidités supplémentaires à une épargne disciplinée en vue de la retraite. Il s’agit d’une considération importante, car si l’on compte uniquement sur une maison sans hypothèque et sur les prestations gouvernementales (SV et RPC) pour obtenir un revenu de retraite, on risque de devoir vendre la maison pour financer la retraite.

Les personnes qui manquent de discipline financière peuvent donner la priorité au financement de leur REER. Pour les plus disciplinés, cependant, le remboursement de l’hypothèque peut s’avérer préférable. Lorsque les obligations hypothécaires sont réglées, un flux de trésorerie considérable se libère, ce qui permet d’augmenter l’épargne-retraite.

 

Qu’est-ce que le taux de rendement ?

Les particuliers doivent évaluer le retour sur investissement lorsqu’ils choisissent de rembourser leur prêt hypothécaire ou de cotiser à un REER. Le remboursement d’un prêt hypothécaire est une évidence dans un contexte de faibles taux d’intérêt. Dans un tel contexte, le retour sur investissement du remboursement d’un prêt hypothécaire peut être considéré comme un rendement «garanti», puisqu’il réduit effectivement le montant des intérêts payés pendant la durée du prêt. Ce «taux de rendement hypothécaire» peut être comparativement plus élevé que les rendements d’autres investissements, tels que les actions et les obligations. Dans ce cas, le remboursement du prêt hypothécaire se choisit lui-même.

Voici un calcul approximatif pour illustrer les économies réalisées sur les intérêts pendant la durée d’un prêt hypothécaire. Par exemple, un paiement forfaitaire de 50 000 $ effectué au début de la durée du prêt hypothécaire pourrait se traduire par une économie d’intérêts garantie de plus de 62 000 $, en supposant un taux d’intérêt hypothécaire de 5% sur un montant de prêt hypothécaire de 1 000 000 $ à payer sur 25 ans.

En outre, il faut tenir compte du potentiel d’appréciation du capital en franchise d’impôt, par rapport à la cotisation à un REER dont les taux de rendement ne sont pas garantis. Il convient de noter que les gains en capital sur une maison sont exonérés d’impôt, en raison de l’exemption pour résidence principale.

 

Stratégies de retrait d’un REER avantageux sur le plan fiscal

Cela ne veut pas dire que les REER n’ont pas leurs propres avantages, en particulier pour les personnes ayant des revenus élevés. Si la personne se trouve dans une tranche d’imposition élevée, il peut être judicieux de cotiser au REER et de laisser les fonds prendre de la valeur. Il se trouvera dans une tranche d’imposition moins élevée lorsqu’il prendra sa retraite et aura besoin de retirer des fonds. Les retraits d’un REER sont considérés comme un revenu imposable, mais il existe des stratégies pour minimiser l’impact fiscal :

• Échéancier : Pour éviter de passer dans une tranche d’imposition supérieure, retirez des fonds en fonction de vos besoins de revenus et de votre taux marginal d’imposition. Si vous retirez trop d’argent de votre REER au cours d’une année donnée, le revenu supplémentaire pourrait vous faire passer dans une tranche d’imposition plus élevée, ce qui se traduirait par une facture fiscale plus lourde. Répartissez les retraits sur plusieurs années afin de réduire votre revenu annuel imposable.

• Tirez le meilleur parti de votre tranche d’imposition : si vous vous situez au milieu ou au bas d’une tranche d’imposition et que vous avez besoin de plus d’argent, envisagez de le retirer de sources imposables telles que les FERR et les fonds de revenu viager (FRV). L’idée est de retirer juste assez d’argent pour rester dans votre tranche d’imposition actuelle, même après le revenu supplémentaire généré par le retrait.

• Fractionnement du revenu de pension : Les époux et les conjoints de fait peuvent choisir de fractionner leurs revenus de pension admissibles s’ils remplissent certaines conditions. Cette stratégie peut être avantageuse si l’un des partenaires dispose d’une pension plus importante que l’autre, car elle peut réduire la charge fiscale globale du couple. La personne qui perçoit la pension la plus élevée peut transférer jusqu’à 50% de sa pension à son conjoint.

• Utilisez le CELI : comme son nom l’indique, l’argent épargné dans un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) et retiré de ce compte n’est pas considéré comme un revenu imposable et ne réduit pas votre Supplément de revenu garanti (SRG), alors que le revenu provenant des retraits d’un REER pourrait éventuellement réduire le montant du SRG que vous recevez.

• Pénalités en cas de retrait anticipé : Le retrait anticipé d’un REER peut entraîner deux types de pénalités : une retenue à la source et la perte de droits de cotisation. Si vous retirez des fonds de votre REER, une retenue à la source est imposée par le gouvernement. Le montant de l’impôt dépend du montant retiré et de votre lieu de résidence.

Une autre pénalité se présente sous la forme d’une perte de droits de cotisation. Le montant que vous pouvez verser dans votre REER est plafonné. Pour 2023, cette limite était de 18% de votre revenu avant impôt, jusqu’à concurrence de 30 780 $. Lorsque vous retirez des fonds, vous perdez définitivement ces droits de cotisation. Cela réduit le potentiel de croissance des investissements au fil du temps.

 

N’oubliez pas les droits de cotisation inutilisés

Il est important de noter que si vous n’êtes pas en mesure de cotiser à votre REER une année, vos droits de cotisation sont reportés à l’année suivante.

De même, les cotisations inutilisées, à ne pas confondre avec les droits de cotisation, des années précédentes peuvent être déduites de votre revenu l’année suivante afin de réduire le revenu imposable. Les cotisations inutilisées à un REER correspondent au montant que vous avez versé à votre REER, mais que vous n’avez pas déduit dans votre déclaration de revenus précédente.

Une stratégie fiscale couramment employée par les Canadiens consiste à choisir de ne pas déduire les cotisations REER pour l’année où leur revenu imposable est faible et de reporter les cotisations inutilisées sur une année ultérieure s’ils s’attendent à ce que leur revenu augmente de manière significative.

 

Que vaut la tranquillité d’esprit pour vous ?

Pour ceux qui n’ont pas les moyens de cotiser à leur fonds de retraite tout en remboursant leur hypothèque, l’avantage psychologique de ne pas avoir de dettes peut l’emporter sur le financement de leur REER.

Outre la tranquillité d’esprit qu’elle procure, cette mesure permet d’atténuer l’endettement croissant et de se prémunir contre les effets d’imprévus tels que la perte d’emploi, l’augmentation des taux hypothécaires et les événements de la vie tels que les accidents, l’invalidité ou le décès.

Un texte de Vikram Barhat pour Morningstar 

Sur le même sujet

Faut-il acheter présentement l'action de Nvidia?

Mis à jour le 19/04/2024 | Morningstar

Depuis son introduction en bourse en 1999, l’action de Nvidia a explosé de plus de 30 000%.

À surveiller: Boralex, Alphabet et Bombardier

19/04/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres Boralex, Alphabet et Bombardier? Voici des recommandations d’analystes.

À la une

Honda construira une usine de batteries pour véhicules électriques en Ontario

Mis à jour il y a 26 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

L'usine devrait être construite à St. Thomas et coûtera 7 milliards de dollars en capital.

La Bourse de Toronto en baisse en fin de matinée

Mis à jour il y a 5 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street a commencé la journée dans le vert au début d'une semaine chargée.

À surveiller: Meta Platforms, 5N Plus et Lycos Energy

Mis à jour à 10:07 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Meta Platforms, 5N Plus et Lycos Energy ? Voici quelques recommandations d’analystes.