À surveiller: Rogers Communications, Wesdome et Metro

Publié le 10/04/2024 à 10:33

À surveiller: Rogers Communications, Wesdome et Metro

Publié le 10/04/2024 à 10:33

Par Denis Lalonde
Une boutique Rogers

Rogers dévoilera ses prochains résultats financiers trimestriels le 24 avril.

Que faire avec les titres de Rogers Communications, Wesdome et Metro? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée par les analystes.

 

Rogers Communications (RCI.B, 53,86$) : l’analyste de la Financière Banque Nationale réduit ses attentes

L’entreprise canadienne de télécommunications Rogers dévoilera les résultats financiers du premier trimestre de son exercice 2024 le 24 avril et Adam Shine, de la Financière Banque Nationale, revoit ses attentes à la baisse pour les divisions de services de câblodistribution et des médias.

«Nous anticipons des revenus de 4,9 milliards de dollars (G$), un bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) de 2,2G$ et un bénéfice par action ajusté de 1$», dit-il. Le consensus des analystes table sur des revenus de 4,94G$, sur un BAIIA de 2,29G$ et sur un bénéfice par action ajusté de 1,05$.

«Les pertes de la division Médias seront élevées en raison de l’augmentation de la masse salariale des Blue Jays. De plus, Rogers a conclu l’acquisition de Shaw il y a un an. Elle a depuis réduit le nombre d’employés et travaille actuellement à générer des économies d’échelles auprès de ses fournisseurs et continue de cibler des synergies de 1G$», explique l’analyste.

Ce dernier croit aussi que Rogers vendra des actifs non essentiels dont la valeur atteindrait jusqu’à 1G$ d’ici la fin de l’année, majoritairement dans l’immobilier et les centres de données. Il précise que ces ventes ne sont pas intégrées à ses prévisions.

Adam Shine estime que la division de services de téléphonie mobile profitera de prix des forfaits plus rationnels, avec un nombre d’abonnés aux services post-payés en hausse d’environ 80 000 (consensus à +95 000), alors que les services prépayés devraient subir la perte de 23 000 abonnés (consensus -8000).

«Les volumes restent élevés avec les forfaits ‘Bienvenue au Canada, bienvenue chez Rogers’, qui ciblent les nouveaux arrivants», dit-il.

Selon lui, les revenus moyens par utilisateur de Rogers grimperont de 1% cette année, avec des hausses de prix pour certains forfaits, mais des prix plus rationnels pour d’autres, alors que la concurrence s’intensifiera en seconde moitié d’exercice.

Dans la câblodistribution, l’analyste prévoit que les revenus diminueront de 4,2% sur un an, mais que le BAIIA grimpera de 4,8% grâce aux synergies effectuées depuis un an. «La direction de Rogers est heureuse de la popularité des offres à plusieurs services dans l’Ouest du Canada, alors que des pressions se font toujours sentir sur le marché ontarien», explique-t-il.

L’analyste conserve sa recommandation de «surperformance» sur le titre de Rogers, mais réduit son cours cible sur un an, qui passe de 78$ à 76$.

 

 

Wesdome (WDO, 10,74$) : des forages prometteurs en Abitibi

Sur le même sujet

Metro profite de fortes ventes dans les pharmacies Brunet et Jean Coutu

Mis à jour le 24/04/2024 | La Presse Canadienne

Les ventes se sont élevées à 4,66 G$, en hausse par rapport à l’année dernière.

Metro et Too Good To Go annoncent un nouveau partenariat

Selon Recyc-Québec, 1,2 million de tonnes d’aliments comestibles sont perdues ou gaspillées chaque année au Québec.

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.