À surveiller: Air Canada, Stingray et Aritzia

Publié le 17/03/2020 à 08:48

À surveiller: Air Canada, Stingray et Aritzia

Publié le 17/03/2020 à 08:48

Par Dominique Beauchamp
Un avion d'Air Canada

(Photo : 123RF)

Que faire avec les titres de Air Canada, Stingray et Aritzia? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

 Air Canada (AC, 18,23$): une année à oublier

Comme tous ses collègues, Konark Gupta de Banque Scotia, ajuste sans cesse ses prévisions à l’accélération des restrictions de vol «sans précédent» imposées pour contrer le virus qui ébranle les transporteurs aériens.

L’analyste a amputé le bénéfice d’exploitation d’Air Canada des deux tiers depuis le 19 février. Air Canada a elle même retiré ses prévisions pour 2020 et 2021.

La plus récente décision d’Ottawa de fermer ses frontières à la majorité des voyageurs étrangers creuse le manque à gagner des revenus. Au seul deuxième trimestre, les revenus chuteront de 70% prévoit-il.

En conséquence, la société prévoit supprimer ses coûts d’au moins 500 millions de dollars.

En 2020, M. Gupta prévoit des coupes de 200M$ ainsi que le report de dépenses en immobilisations de 500 M$ jusqu’en 2021.

Il abaisse son cours cible de 41$ à 35$ parce que le bilan du transporteur aérien se détériore tout de même à court terme.

Air Canada a renfloué ses coffres en puisant dans deux facilités bancaires totalisant un milliard de dollars canadiens, soit l’équivalent des sorties de fonds prévues en 2020. Aucune dette ne vient à l’échéance en 2020.

L’analyste continue de recommander le titre, car le choc du virus s’avérera temporaire.

De plus, il assure qu'Air Canada est mieux placée que d’autres pour survivre à la crise parce que sa situation financière et le surplus de sa caisse de retraite étaient en meilleure posture que d’autres, avant la crise.

M. Gupta propose même à ses clients les plus patients de profiter du plongeon du titre pour accumuler le titre en vue d’un rétablissement de la situation à partir de 2021.

Au cours actuel, les flux de trésorerie projetés en 2022 procurent un rendement de 45%, précise-t-il.

Dans l’intervalle, ses prévisions pour le bénéfice d’exploitation, l’étalon de mesure de l’industrie, passent de 2,7 à 1,2 G$ en 2020, mais restent intactes à 3,6 G$ et 3,9 G$ en 2021 et 2022.

 

Stingray (RAY.A 5,12$): même la musique n’est pas à l’abri de la COVID-19

Sur le même sujet

La réputation d'Air Canada ternie par l'aveuglement des administrateurs

Édition du 16 Juin 2021 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Ils n’ont pas vu les risques de leur décision sur la réputation de leur société.

Nourrir les bobos

10/06/2021 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. La situation des travailleurs étrangers chez Demers et les primes versées chez Air Canada sont désolantes

À la une

Il faut faire la lumière sur Lithium Amérique du Nord

19/06/2021 | François Normand

ANALYSE. Les entreprises doivent pouvoir investir dans environnement d'affaires transparent et prévisible.

Seuls les fous ne changent jamais d'idée

18/06/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Warren Buffett est un bon exemple d'investisseur qui a su s'adapter au fil des années.

Le suspense persiste autour de Lithium Amérique du Nord

18/06/2021 | François Normand

Un juge de la Cour supérieure du Québec a reporté de 10 jours l'audience pour déterminer l'avenir de la minière.