Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Dorel dévalue son actif de 668,6M$ et coupe en deux son dividende

Dominique Beauchamp|14 mars 2019

Dorel dévalue son actif de 668,6M$ et coupe en deux son dividende

(Photo: Dorel)

Le fabricant d’articles pour enfants, de vélos et de meubles est frappé de plein fouet par la montée en force du commerce en ligne et les changements majeurs dans les habitudes de consommation.

Le mauvais quatrième trimestre dévoile toute l’ampleur des défis que devra relever Industries Dorel (DII. B, 14,10$) pour se relever.

Le bénéfice de 0,31$ US par action est 43% de moins que prévu et moins que la moitié un bénéfice ajusté de 0,62$US d’un an plus tôt.

Son action a chuté d’environ 8% à l’ouverture avant de se rétablir un peu à mi-séance, mais son déclin s’est ensuite creusée à 11% après la téléconférence des dirigeants.

La société de Montréal dévalue aussi de 668,6 millions de dollars canadiens son fonds de commerce, soit des sommes qui dépassent sa valeur boursière de 547 M$.

La baisse soutenue du cours de Dorel en 2018 fait en sorte que sa valeur boursière est devenue considérablement inférieure à la valeur comptable de ses actifs, l’obligeant ainsi à prendre cette charge comptable, indique le communiqué.

Le fabricant de la famille Schwartz coupe aussi son dividende de moitié à 0,60$ US par action afin d’économiser 19,7M$US, par année.

Encore une restructuration

Dorel annonce aussi une révision mondiale de ses activités afin de devenir plus efficace et souple. L’entreprise a donné en exemple la décision de céder ses activités de distribution en Colombie et au Panama, afin d’améliorer le fonds de roulement, de réduire les coûts et de se concentrer sur les plus grands marchés de l’Amérique du Sud.

Dorel révisera aussi ses processus d’affaires et ses technologies afin d’aller chercher des économies à long terme et d’autres gains de productivité.

À cet égard, Dorel mentionne la réussite du fabricant de Montréal Dorel Maison dont les meubles sont vendus en ligne sur le site de Wayfair (W, 166,28 $ US). Elle pourrait s’inspirer de ses innovations pour revigorer ses deux autres divisions.

Ce programme se poursuivra tout au long de 2019 et leurs retombées commenceront à se faire sentir plus tard cette année, prévoit la société.

Enfin, Dorel est en voie de refinancer une débenture convertible de 120M$US qui vient à échéance en novembre 2019. Elle vient aussi de modifier le cadre de ses crédits bancaire renouvelable et de son prêt à terme afin de respecter les clauses restrictives, accéder à du financement supplémentaire et à d’autres prêteurs.

Avant la téléconférence de 13h00, Sabahat Khan de RBC Marchés des capitaux ne touche pas à sa recommandation neutre ni à son cours cible de 24$, en attendant d’en apprendre plus concernant le refinancement de la dette.

Le cours de Dorel est au même point qu’il avait en 1998, après une performance en montagnes russes.

Plusieurs amateurs de titres sous-évalués sont d’importants actionnaires. Letko, Brosseau et Associés détient 17,7% des actions, Placements Fidelity 11,3%, Brandes Investment Partners 5% et Foyston, Gordon & Payne 3,6%.

Ces financiers mettent généralement l’accent sur les flux de trésorerie libres que dégage le fabricant encore rentable. En 2018, ces flux ont atteint 55,7M$US, selon Thomson Reuters.