Votre seule résolution financière pour 2015

Publié le 07/01/2015 à 10:16

Votre seule résolution financière pour 2015

Publié le 07/01/2015 à 10:16

L'Oracle d'Omaha, Warren Buffet, modèle de l'investissement à long terme. Photo: Bloomberg

BLOGUE. En ce début d’année, les médias nous submergent de suggestions concernant les résolutions que nous devrions prendre pour 2015. On nous dit ce qu’on devrait faire – investir tôt, économiser, réduire les coûts, etc. – tout autant que ce que l’on ne devrait pas faire.

De mon côté, je vous ferais une seule et unique recommandation pour votre résolution financière de 2015 (et plus) : devenez un investisseur à long terme.

Je suis persuadé que si les investisseurs suivaient davantage l’exemple de Warren Buffett, la santé financière de leur portefeuille serait bien meilleure et leur futur financier serait moins susceptible de les tracasser.

Qu’est-ce que j’entends par devenir un investisseur à long terme?

En premier lieu, le terme investisseur est particulièrement important dans la mesure où il s’oppose au terme spéculateur. L’investisseur à long terme investit dans des titres de sociétés qu’il a pris le temps d’analyser et d’évaluer objectivement. J’ajouterais qu’il s’en tient aux sociétés qu’il comprend bien. Une fois qu’il est à l’aise avec le prix payé pour le titre d’une entreprise, il entend conserver ce titre pendant de nombreuses années.

L’investisseur à long terme garde les yeux rivés sur un horizon lointain, qui correspond souvent à son départ à la retraite, dans 10, 20 ou 40 ans. Il n’est pas obnubilé par les fluctuations à court terme des marchés boursiers. La chute récente du cours du pétrole ne l’inquiète pas outre mesure même s’il sait qu’elle a un impact négatif à court terme sur la valeur de son portefeuille; à long terme, il sait que la baisse du pétrole devrait être très positive pour l’économie et pour la plupart des entreprises dont il détient les titres. Il sait aussi que la Bourse a été très payante pour les investisseurs sur de longues périodes et que les fluctuations des indices sont tout à fait normales.

Il sait aussi qu’il est futile d’essayer de faire ce que l’on appelle du «market timing», soit d’acheter ou de vendre certains titres ou d’entrer dans certains secteurs du marché et d’en sortir aux bons moments, en tentant de prédire la direction que va prendre le marché. Au contraire, l’investisseur à long terme établit le prix qu’il est prêt à payer pour faire l’acquisition de certains titres et essaie de profiter des corrections, des moments de déprime, pour acheter à meilleurs prix les titres qu’il convoite pour le long terme.

L’investisseur à long terme est également conscient de l’importance de réduire le plus possible les frais de gestion de son portefeuille. Il sait notamment que ces frais sont généralement très élevés dans les fonds communs de placement, tout comme les frais associés aux nombreuses transactions sur les titres. Un investisseur qui effectue de nombreuses transactions dans son portefeuille paye non seulement une petite fortune en commissions, mais ses rendements se font aussi gruger par l’impôt.

Évidemment, tous les investisseurs ne sont pas faits pour investir directement dans des titres boursiers. Cela requiert beaucoup de temps, de connaissances et de ressources. Pour ces investisseurs, l’achat à long terme d’un indice boursier bien diversifié dont les frais de gestion sont minimes est certainement la meilleure solution. Pour tous les autres, je demeure convaincu qu’acheter des titres de qualité à un prix raisonnable et les conserver pendant de nombreuses années demeure la meilleure manière de s’enrichir à long terme.

Bons placements et Bonne Année 2015!

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

À propos de ce blogue : Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100.

 

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Blogues similaires

Bourse: une reprise pas comme les autres

Édition du 20 Janvier 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. La reprise économique n’est pas comme les autres, car elle dépend entièrement ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?