Réflexions pêle-mêle sur l'intelligence artificielle

Publié le 23/06/2023 à 09:00

Réflexions pêle-mêle sur l'intelligence artificielle

Publié le 23/06/2023 à 09:00

Un cerveau robotisé sur un écran d'ordinateur

L’intelligence artificielle pourra réaliser un nombre croissant de tâches au cours des prochaines années. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Après ce blogue, il ne m’en restera qu’un seul à écrire avant de prendre une pause estivale jusqu’au retour des classes en septembre.

En cette période où il semble que tout le monde parle de l’intelligence artificielle et de ChatGPT, j’ai pensé qu’il serait peut-être intéressant de revenir sur le processus créatif derrière mon blogue «Entre les lignes», que j’écris maintenant depuis avril 2012. De fait, j’ai écrit à ce jour plus de 460 blogues et j’en suis très fier.

Plusieurs me demandent où je trouve l’inspiration pour écrire autant de blogues entourant un sujet aussi «restreint» que l’investissement en Bourse, surtout en lien avec une philosophie d’investissement axée sur le long terme.

Bien sûr, les questions que je reçois des lecteurs sont une source inestimable d’idées – merci de continuer à me faire parvenir vos questions et suggestions. Une autre source d’inspiration provient de l’actualité du monde des affaires et de la Bourse. Une autre, de nos clients de gestion et de nos abonnés à la Lettre financière COTE 100. Bref, j’essaie de glaner des idées un peu partout à travers mes lectures, tant de journaux financiers que de rapports annuels de sociétés, que sur le Web.

Ne pourrais-je pas utiliser ChatGPT pour développer des idées potentielles pour le blogue? Je vous avoue en avoir fait l’essai récemment et ne pas avoir trouvé le résultat très concluant. En fait, le résultat était plutôt monotone et technique, sans grand attrait pour les lecteurs à mon avis. Peut-être devrais-je continuer à faire des essais au cours des prochains mois. Qui sait?

L’exercice m’a forcé à réfléchir sur la menace que représente l’intelligence artificielle. ChatGPT ou d’autres engins d’intelligence artificielle pourront-ils bientôt remplacer les chroniqueurs des médias? Un analyste financier ou un gestionnaire de portefeuille? Pourront-ils écrire un livre digne d’intérêt?

À mon humble avis (je suis loin d’être un expert dans le domaine), l’intelligence artificielle pourra réaliser un nombre croissant de tâches au cours des prochaines années. C’est particulièrement vrai pour le travail à caractère répétitif ou routinier. C’est également vrai pour une bonne partie de ce qui touche les chiffres, la manipulation mécanique de formules, la programmation et les algorithmes informatiques.

Mais qu’en est-il du volet créatif? Selon moi, là où l’humain continuera de se démarquer de l’ordinateur est dans sa capacité à tisser des liens entre des domaines en apparence totalement différents et de proposer des solutions à des problèmes qui sortent souvent des sentiers battus. Dans mon livre Avantage Bourse, par exemple, j’ai tiré de nombreuses analogies entre l’investissement à long terme et le monde très différent du tennis, un domaine dans lequel j’ai évolué depuis ma tendre enfance. Je ne crois pas qu’un ordinateur ferait un tel rapprochement, à moins d’être spécifiquement orienté en ce sens.

Un lecteur est souvent attiré par les histoires, les anecdotes inusitées, les exemples cocasses provenant de divers domaines. Ceux-ci allègent la lecture et la rendent moins technique, plus humaine.

C’est pourquoi je crois que, malgré la menace de l’intelligence artificielle pour de nombreux métiers et secteurs d’activité économique, il y aura de nombreux domaines où l’humain restera irremplaçable. L’intelligence artificielle sera un outil indispensable pour faciliter le travail de l’auteur ou du gestionnaire de portefeuille, mais il ne remplacera pas sa capacité de créer, d’innover ou d’interpréter de nombreuses informations souvent contradictoires, pour arriver à une décision.

Permettez-moi d’effectuer un rapprochement avec un tout autre domaine (qui, je le pense, ne se prêterait pas vraiment à une intervention de ChatGPT!): la biologie. Comme on le sait, l’évolution animale est en grande partie fondée sur le principe de l’erreur, sur des mutations successives de gènes qui permettent aux animaux de s’adapter à des conditions sans cesse changeantes. Je crois que le processus de la création passe justement par de telles «erreurs», de multiples itérations qui mèneront éventuellement à un résultat innovant, différent. Je suis loin d’être convaincu que l’intelligence artificielle pourra un jour parvenir aux mêmes résultats créatifs que l’humain.

En Bourse, bon nombre d’investisseurs sont inquiets de la venue et du développement de l’intelligence artificielle. Elle représente effectivement une menace pour de nombreux secteurs d’activité et l’IA devrait faire partie des questions qu’on se pose avant d’investir dans une entreprise cotée en Bourse. Mais personnellement, j’associe davantage l’IA à une occasion de croissance attrayante pour les années à venir qu’à une menace existentielle.

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Chef des placements et auteur du livre Avantage Bourse

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100+. Il est également l’auteur du livre Avantage Bourse et coauteur de La Bourse ou la Vie.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Côté messageries, chacun cherche son app

13:42 | AFP

Tour d’horizon de ce qu’offrent les principaux services d’échanges de messages.

Yoshua Bengio: TIME100 honore un pionnier de l'IA

11:01 | Les Affaires

Le professeur titulaire à l'Université de Montréal est l'un des chercheurs en IA les plus cités au monde.

Blogues similaires

Vente à découvert: Reddit aura-t-elle besoin de sa propre armée?

Édition du 10 Avril 2024 | Denis Lalonde

EN ACTION. La première fois que j’ai porté une attention à Reddit (RDDT, 45,42 $US), ...

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

La baisse du PIB par habitant ne doit pas inquiéter, mais...

25/03/2024 | Pierre Cléroux

EXPERT. Depuis 2020, soit au début de la pandémie, le PIB par habitant a diminué de 1,3% par année au Canada.