Et si vous arrêtiez un peu de râler?

Publié le 01/06/2012 à 09:26, mis à jour le 04/06/2012 à 14:01

Et si vous arrêtiez un peu de râler?

Publié le 01/06/2012 à 09:26, mis à jour le 04/06/2012 à 14:01

La vie peut-être belle, si on le veut bien... Photo : Lilli la baleine.

BLOGUE. C'est plus fort que nous, nous râlons à longueur de journée. Nous râlons même tellement que nous ne nous en rendons même plus compte. Nous râlons pour un rien, pour un quidam qui ne marche pas assez vite à notre goût, pour un ordinateur qui plante sans prévenir, pour un nuage noir qui passe au-dessus de notre tête… C'est sans fin.

Découvrez mes précédents posts

Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter

L'air de rien, ces râleries quotidiennes grugent notre énergie, pour ne pas dire notre joie de vivre. Elles nous font voir le mauvais côté des choses, elles orientent nos pensées vers des impasses, elles nous font considérer les autres plus comme des nuisances que comme des ressources. Elles nous empêchent de vivre normalement.

La coach française Christine Lewicki l'a réalisé un peu par hasard, un jour de 2009. Allongée dans son lit, elle ne parvenait pas à trouver le sommeil et gambergeait, les yeux grands ouverts. Elle cherchait comment faire en sorte que son quotidien soit source de plus de légèreté et de satisfaction, au lieu d'être stressant et chaotique, comme l'est toute journée de travail banale. «En y réfléchissant, j'ai compris quel grand gâchis c'était de laisser s'écouler sans leur trouver d'attraits toutes ces heures «normales» de ma vie, et encore plus de les subir», dit-elle.

Le véritable déclic est survenu quelques semaines plus tard, lors d'un dîner avec des amis. «Nous avons commencé à parler des gens qui râlent tout le temps. Nous sommes tombés d'accord, c'est minant d'être entouré de râleurs. Et là, je me suis entendu dire : Ah! Les gens qui râlent tout le temps, c'est franchement nul, ils perdent leur temps... Tout à coup, j'ai eu un flash, j'ai pris conscience que j'étais en train de râler sur les râleurs!», poursuit-elle.

Résultat? Mme Lewicki a eu l'idée de relever un défi personnel : mener à bien l'opération «J'arrête de râler!» en 21 jours. Pourquoi en trois semaines? «Aux États-Unis, où je vis depuis une dizaine d'années, ce genre de challenge en 21 jours pour changer une habitude de vie (perdre du poids, s'astreindre à un sport, arrêter de fumer…) est assez courant, et je me suis dit Pourquoi pas?», explique-t-elle. De ce défi est ensuite né un livre intitulé - on s'en serait douté -, J'arrête de râler! (Eyrolles, 2011).

On y découvre, pour commencer, les principales raisons pour les quelles nous râlons:

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Rentrée scolaire: la sécurité des milieux de travail inquiète plusieurs syndicats

Des syndicats déplorent qu’après 22 mois de pandémie, beaucoup d’incertitudes demeurent quant à la ventilation.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...