Comment mettre fin aux mauvais comportements au travail?

Publié le 18/02/2015 à 06:09, mis à jour le 18/02/2015 à 06:10

Comment mettre fin aux mauvais comportements au travail?

Publié le 18/02/2015 à 06:09, mis à jour le 18/02/2015 à 06:10

Au travail, certains ont des intentions cachées. Et dévastatrices... Photo: DR

Ça peut être un employé qui traîne tout le temps des pieds, affichant une mine de zombie ; ou un autre qui répand de sales rumeurs sur les uns et les autres ; ou encore un autre qui tire sans cesse la couverture à lui à chaque succès de l’équipe dans laquelle il évolue… Les mauvais comportements sont innombrables au travail. Ils représentent même souvent un véritable fléau, contre lequel personne ne sait trop bien comment lutter. Pas vrai ?

Découvrez mes précédents billets

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

D’où le fait que mon attention ait été attirée par une étude intitulée Destructive behaviour in a fragile public good game. Celle-ci est signée par Frans van Winden, professeur d’économie à l’Université d’Amsterdam (Pays-Bas), assisté de trois de ses étudiants, Maximilian Hoyer, Nadège Bault et Ben Loerakker. Et elle montre, comme je m’y attendais, qu’il y a bel et bien moyen de contrer les mauvaises velléités au bureau.

Ainsi, les quatre chercheurs ont demandé à 130 volontaires de bien vouloir se prêter à un petit jeu d’argent. Le principe était très simple : deux joueurs disposaient de jetons valant chacun 10 points et devaient, par la stratégie de leur choix, faire fructifier leur somme de départ, sachant qu’ils pouvaient à tour de rôle, lors de chacun des 35 tours de jeu :

- soit contribuer au pot commun. Les jetons qui y étaient déposés – pour un maximum de 7 par tour de jeu – étaient appréciés par les expérimentateurs selon un savant calcul (ex.: si chacun déposait 2 jetons, cela faisait non pas un total de 2x2x10=40 ponts, mais plutôt de 2x2x11=44 points). À la fin de la partie, bien entendu, le pot commun était équitablement réparti entre les deux joueurs.

- Soit retirer un ou plusieurs jetons du pot commun pour les mettre dans leur cagnotte personnelle. Et ce, avec un coût de transfert (ex.: chaque jeton de 10 points retiré ne valait plus que 8 points une fois dans la cagnotte personnelle du joueur). À noter que chacun ne pouvait retirer d’un coup qu’un maximum de 7 jetons.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Travail des jeunes: Boulet veut «la législation la plus moderne»

Le ministre a rappelé qu’il existe des règles et des normes touchant le travail des jeunes.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...