Qu'adviendra-t-il des taux d'intérêts en 2022?

Publié le 07/01/2022 à 14:36

Qu'adviendra-t-il des taux d'intérêts en 2022?

Publié le 07/01/2022 à 14:36

Il est absolument impossible de prédire avec précision ce qui se produira tant que l’économie en général sera impactée par la pandémie. (Photo: Jeremy Bezanger pour Unsplash)

BLOGUE INVITÉ. La Banque du Canada semble vouloir revoir ses prédictions à la suite des dernières semaines, et plus précisément face à la surprise économique que présente le variant Omicron. Alors qu’on semblait se diriger dans la bonne direction, la Banque du Canada n’a d’autres choix que de se rallier à l’idée que la hausse du coût des biens et services n’est peut-être pas si transitoire après tout. 

«La récente augmentation de l’inflation mesurée par l’indice des prix à la consommation (IPC) avait été anticipée en juillet, mais les principales forces qui font monter les prix — cours plus élevés de l’énergie et goulots d’étranglement liés à la pandémie du côté de l’offre — semblent à présent plus puissantes et persistantes qu’on le prévoyait, annonçait la Banque du Canada en octobre. Les mesures de l’inflation fondamentale ont aussi augmenté, mais moins que l’IPC. La Banque s’attend maintenant à ce que l’inflation mesurée par l’IPC soit élevée jusqu’au cours de l’année prochaine, et à ce qu’elle baisse graduellement pour revenir autour de la cible de 2 % à la fin de 2022. La Banque surveille de près les attentes d’inflation et les coûts de main-d’œuvre pour s’assurer que les forces temporaires faisant grimper les prix n’ont pas, en fin de compte, une influence durable sur l’inflation.» 

Un récent rapport sur l’inflation de l’IPC confirme que l’inflation est réelle et impacte de plus en plus de secteurs économiques. Tout indique que la situation va persister, mais impossible de prédire la durée… C’est à croire que même la boule de cristal économique canadienne a attrapé le virus! 

Maintenant que la Banque du Canada a acquiescé sur la situation réelle de l’inflation, qu’adviendra-t-il des taux d’intérêts ? 

La hausse des prix inquiète tout le monde bien évidemment, mais la réalité est que l’endettement des ménages et des entreprises non financières augmente et qu’il serait inconcevable de s’attendre à une amélioration rapide de la situation. Devant ces faits, il sera difficile pour la Banque du Canada d’équilibrer les taux d’intérêt. 

Les rendements des obligations ont chuté dans les derniers 30 jours après avoir connu une croissance depuis la fin juillet. En conséquence, plusieurs prêteurs ont ajusté leur taux fixe à la baisse après avoir annoncé plusieurs hausses consécutives depuis l’été. 

En ce qui concerne les taux variables, toujours aussi bas, il faut aussi s’attendre à des variations prochainement. En fait, les six grandes banques canadiennes prédisent une augmentation de 1% d’ici la fin 2022, possiblement un autre pourcent d’ici la fin 2023. 

Fait intéressant, selon Canadian Mortgage Trends, les hypothèques à taux variable ont augmenté de 84% par rapport à l’année dernière, tandis que les hypothèques à taux fixes ont chuté de 52%. 

Donc, à quoi s’attendre pour 2022? Absolument impossible de prédire avec précision ce qui se produira tant que l’économie en général sera impactée par la pandémie. 

Présentement, la situation est délicate pour la Banque du Canada,qui semble vouloir ralentir l’augmentation des taux d’intérêt et permettre une augmentation de l’inflation au-delà de la fourchette cible afin de contrer l’endettement. Si tel est le cas, on doit s’attendre à des impacts qui vont varier dû aux inégalités économiques. 

Ce qui peut être confirmé par contre est certainement que l’ère des taux hypothécaires déraisonnablement bas tire à sa fin et que des augmentations sont à venir. Cependant, la crainte d’une augmentation rapide des taux d’intérêt est sans aucun doute amplifiée par la peur et l’incertitude des consommateurs.

À propos de ce blogue

Président et co-fondateur de nesto, Malik Yacoubi possède une expérience de plus 21 ans en tant qu’entrepreneur et exécutif dans le monde numérique. Avant de fonder nesto, il a lancé et vendu deux entreprises en technologie; l’une en paiement mobile vendue au leader mondial du domaine, l’autre en marketing, vendue à Cossette, où il a également passé huit années comme chef de la direction numérique. En 2018, il co-fonde nesto avec trois autres associés et le fonds d’investissement Diagram. Cette chronique mensuelle se veut non seulement l’occasion de partager sa passion, mais aussi de fournir les meilleurs outils aux lecteurs en quête de leur première… ou de leur huitième maison!

Malik Yacoubi

Sur le même sujet

Blogues similaires

Pour que les villes répondent aux crises du logement et du climat

21/09/2022 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. L'IDU propose des solutions intéressantes pour faire face aux défis de l'industrie immobilière.

Les 5 attributs du «soft» de la productivité

12/01/2022 | Rhéal Desjardins

BLOGUE INVITÉ. Pourquoi les petites organisations devraient focaliser sur l’amélioration de leur productivité?

Fabrice Vil motive les jeunes à bâtir une meilleure société

24/08/2022 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Près de 3000 jeunes ont pu bénéficier jusqu'à présent du travail de Pour 3 Points.