L'insécurité alimentaire explose. Doit-on s'inquiéter?

Publié le 04/08/2022 à 16:00

L'insécurité alimentaire explose. Doit-on s'inquiéter?

Publié le 04/08/2022 à 16:00

(Photo: Melissa Askew pour Unsplash)

Un texte d'André Gerges, B.B.A, MPA, Mini-MBA, Ph.D., coordonnateur scientifique et chercheur associé (York University), professionnel de recherche (Université Laval), consultant en marketing et développeur


COURRIER DES LECTEURS. La situation mondiale est inquiétante. Voici quelques faits saillants. L’usage du blé diminue, les acheteurs se tournant vers des produits moins chers. Le riz et le maïs remplaceront le blé pour la consommation humaine et animale. Les consommateurs sensibles aux prix en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique sont en difficulté. La baisse de la consommation mondiale de blé est supérieure aux prévisions du ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA). 

La consommation mondiale de blé se dirige vers sa plus forte baisse annuelle depuis des décennies, l’inflation record obligeant les consommateurs et les entreprises à utiliser moins de céréales et à les remplacer par des alternatives moins chères, dans un contexte d’insécurité alimentaire croissante. Les consommateurs risquent d’être confrontés à des prix du blé encore plus élevés au cours du second semestre de 2022, car les importateurs, qui jusqu’à présent fournissaient des cargaisons achetées plusieurs mois à l’avance à des prix moins élevés, répercutent les coûts liés à la flambée des prix du blé en mai. Selon les analystes, la consommation mondiale de blé de juillet à décembre pourrait chuter de 5 à 8 % par rapport à l’année dernière, soit beaucoup plus rapidement que la contraction de 1 % prévue par le ministère américain de l’Agriculture. La demande de blé pour la consommation humaine a également ralenti dans les principaux pays importateurs du monde, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. Les prix élevés ont suscité des inquiétudes quant à la sécurité alimentaire dans certaines régions d’Asie et d’Afrique, où les pays ne sont pas en mesure de s’approvisionner suffisamment sur le marché international. 

Des millions de personnes sont confrontées à l’augmentation du coût des denrées alimentaires et à l’insécurité après l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les mauvaises conditions météorologiques dans les principaux pays exportateurs, qui ont fait grimper les prix des céréales à des niveaux records. L’indice des prix alimentaires de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui suit les produits alimentaires les plus échangés dans le monde, s’est établi en moyenne à 154,2 points en juin, contre 157,9 points en mai. Le chiffre de mai avait été précédemment établi à 157,4. Malgré la baisse mensuelle, l’indice de juin était encore supérieur de 23,1 % à celui de l’année précédente, poussé à la hausse par l’impact de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les inquiétudes liées aux mauvaises conditions climatiques, la forte demande mondiale et les coûts élevés de production et de transport. 

Les contrats à terme et options blé ont bondi de 40 % cette année pour atteindre un niveau record en mars, avant de reculer récemment, bien que les prix physiques restent élevés. Les expéditions de blé depuis la région de la mer Noire sont cotées entre 400 et 410 dollars la tonne, coût et fret compris, pour une livraison au Moyen-Orient et en Asie. Les prix sont en baisse par rapport au pic d’environ 500 dollars la tonne atteint il y a quelques mois, mais restent bien supérieurs à la moyenne de l’année dernière, qui était d’environ 300 dollars. Les réserves de blé sont toujours très limitées. Les pays susceptibles d’avoir des difficultés à importer du blé sont le Yémen, le Sud-Soudan, le Soudan, la Syrie, l’Éthiopie, l’Afghanistan et le Sri Lanka. Alors que la hausse des coûts gruge le budget des ménages, des manifestations ont éclaté dans le monde entier, les gens descendant dans la rue de la Chine à la Malaisie en passant par l’Italie, l’Afrique du Sud et l’Argentine. 

En Indonésie, deuxième plus gros acheteur de blé au monde, la consommation a déjà chuté au cours des cinq premiers mois de 2022 et une baisse plus importante est attendue, la hausse des coûts se répercutant sur la chaîne d’approvisionnement. Alors que les consommateurs réduisent leurs achats, les boulangers et les fabricants de nouilles remplacent le blé par du riz. Les prix de la farine de blé sont presque au même niveau que ceux du riz. La dernière fois que les prix de la farine de blé ont augmenté de manière significative, la consommation de l’Indonésie a chuté de 4,5%. 

Alors que les prix du blé ont bondi, le riz vietnamien à 5% de brisures a été coté aux alentours de 404 dollars la tonne, un prix largement inchangé par rapport à la fin de 2021. Le Brésil, le plus grand marché pour le blé américain, a vu ses achats baisser de plus de 3% sur la période janvier-juin, même si le pays a payé 20% de plus pour cette denrée de base, selon les données. 

La flambée des prix du blé modifie également les ingrédients que les éleveurs utilisent pour l’alimentation animale. La baisse de la consommation de blé dans l’UE est principalement la conséquence du maïs très bon marché, puis, bien sûr, il y a la question économique. Au début de l’année, la Thaïlande a augmenté son quota d’importation de maïs, qui est passé de 54 700 tonnes à 600 000 tonnes, et a réduit les droits d’importation afin d’atténuer l’étroitesse du marché des aliments pour animaux, selon des négociants basés à Bangkok. En réponse à l’évolution de l’utilisation des aliments pour animaux, l’USDA a réduit en juillet ses prévisions de consommation mondiale de blé pour la campagne 2022-2023 à 784,22 millions, soit 1,77 million de tonnes de moins que son estimation de juin et 6,29 millions de tonnes de moins que l’année précédente. Les acheteurs d’Afrique et du Moyen-Orient ont été plus touchés que les autres consommateurs par les perturbations de la mer Noire depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, et ont été contraints de se tourner vers des fournisseurs plus chers comme l’Allemagne et la France. 

L’espoir d’une reprise de l’approvisionnement de la mer Noire refait surface après que la Russie, l’Ukraine, la Turquie et les Nations unies ont signé un accord la semaine dernière pour débloquer les céréales ukrainiennes. Le premier navire céréalier à quitter l’Ukraine en toute sécurité a pu jeter l’ancre au large de la Turquie. Mais le marché reste sceptique quant à un retour plus significatif du commerce de la mer Noire.

À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés. Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Les personnes souhaitant publier une lettre d’opinion dans la rubrique Forum sont invitées à soumettre leur texte à redactionlesaffaires@groupecontex.ca

Sur le même sujet

Le dilemme du système de santé québécois

COURRIER DES LECTEURS. Pour remédier à la pénurie de médecins, il faut introduire plusieurs réformes essentielles.

La crise du coût de la vie frappera davantage les femmes, selon un rapport

Le Forum économique mondial soulignant un écart grandissant entre les sexes dans la population active mondiale.