La pandémie a-t-elle permis le plus important transfert de richesse de l'histoire?

Publié le 11/09/2020 à 11:28

La pandémie a-t-elle permis le plus important transfert de richesse de l'histoire?

Publié le 11/09/2020 à 11:28

Une bouée de sauvetage sur un drapeau du Canada

(Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Au mois de mars, la panique était bien installée sur les marchés financiers mondiaux. Dans ce billet (Le présent marché baissier sera-t-il le plus court de l'histoire?), je mentionnais qu’il était possible que ce marché baissier soit de courte durée. C’est fait. Les bourses américaines ont atteint de nouveaux sommets la semaine passée. Le problème est que cette reprise ne s’est pas matérialisée pour la raison attendue, soit une reprise complète de l’activité économique.

Six mois après le début de la crise, l’effet de l’aide gouvernementale massive s’est fait sentir à travers plusieurs secteurs de l’économie. Certains secteurs ont repris leurs pleines activités. Le secteur des technologies est en ébullition et l’immobilier résidentiel atteint de nouveaux records. Mais, à l’inverse, les secteurs de la restauration, du commerce de détail et du transport aérien ne voient pas la lumière au bout du tunnel. Visiblement, la reprise est inégale.

Dans tout ce brouhaha, qui a le plus profité de cette reprise? J’oserais dire que ce sont les plus riches et que c’est possiblement le plus important transfert de richesse de l’histoire. Évidemment, les patrons des entreprises technologiques se sont massivement enrichis (Bezos, Gates, Zuckerberg, Musk…), mais c’est en bonne partie dû à leur modèle d’affaires qui semble être immunisé aux effets de cette pandémie. Ce n’est pas de ce groupe dont je veux parler, mais plutôt de l’écart immense qui s’est creusé entre ceux qui possèdent des actifs dans les marchés et dans l’immobilier versus ceux qui n’en ont que très peu.

Malgré les efforts répétés du gouvernement Trudeau d’aider la classe moyenne depuis son élection, tout indique que les mesures prises depuis le début de la pandémie ont plutôt largement favorisé les plus riches.

L’aide massive a fait en sorte que le gouvernement a absorbé une partie importante des pertes de plusieurs grandes entreprises. L’injection de liquidités par la banque du Canada a permis de racheter des milliards en obligations de sociétés. Certes, cette aide était essentielle pour redonner de l’espoir aux investisseurs. Mais trop, c’est comme pas assez. L’aide a été tellement importante qu’elle a propulsé le prix des actifs à des niveaux record.

Que ce soit les bourses, le prix des obligations ou de l’immobilier, au lieu de perdre leurs chemises avec leurs placements, les investisseurs qui ont pris des risques dans les marchés ont été récompensés, essentiellement sauvés par l’argent du gouvernement. L’aide gouvernementale a enrichi presque tous ceux qui avaient des actifs liquides.

À l’inverse, plusieurs propriétaires de petites d’entreprises, certains travailleurs autonomes et les salariés de secteurs en difficultés ont aussi reçu de l’aide, mais seulement pour continuer à vivre avec un minimum de revenus. Pour plusieurs, l’impact de la pandémie a été catastrophique.

Le résultat net est que ceux qui avaient beaucoup d’argent en ont maintenant beaucoup plus. Lorsque viendra le temps de repayer la dette énorme créée par l’aide gouvernementale, il risque fort d’y avoir plusieurs mécontents et un certain sentiment d’injustice.

N’hésitez pas à m’écrire si vous souhaitez que j’aborde un sujet particulier dans ce blogue. Suivez-nous aussi sur Facebook.

À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). «Les FNB démystifiés» est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada et Placements Idema est la première société au Canada à avoir lancé un service en ligne de gestion de portefeuille, maintenant mieux connu sous le terme «robot-conseiller».

Ian Gascon

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Nationale: les futurs gains seront plus difficiles à arracher

Édition du 09 Septembre 2020 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. La Banque Nationale (NA, 71,50 $) n'est plus le mouton noir des plus grandes banques canadiennes depuis un ...