«L'industrie financière doit apprendre à parler le langage des clients»

Publié le 08/03/2017 à 17:02

«L'industrie financière doit apprendre à parler le langage des clients»

Publié le 08/03/2017 à 17:02

Selon Goldman Sachs, plus de 660 milliards de dollars de revenus provenant des services traditionnels financiers devraient migrer sous peu vers des formules issues des fintechs.


Malgré toute cette attention portée sur l'aspect technologique des produits et services financiers de demain, les solutions pour éduquer les futurs clients de ces outils se font rares. «Même très rares», déplore Alexandre Velut, président et fondateur du Groupe Avak, une entreprise européenne qui multiplie les plateformes et outils qui favorisent la compréhension d'une nouvelle génération de produits financiers.


Une littératie financière déficiente


«On assiste pour le moment à une situation plutôt contradictoire», poursuit Alexandre Velut que nous avons joint à Paris. L’origine des fintechs, dit-il, a pour objectif de rendre plus accessible des produits ou services financiers à un plus grand nombre de gens. Ces nouvelles technologies permettent de démocratiser le milieu financier. «Pourtant, la littératie financière continue d’être déficiente. Selon nos recherches, à peine 2% des acteurs de la Fintech dans le monde disposent actuellement de rubriques éducatives sur leur site internet», soulève-t-il. 


Alexandre Velut traitera justement de ce sujet lors du webinaire Littératie financière : l'importance de l'éducation à l’ère de la transformation numérique dans le secteur des banques et de l’assurance. Présenté gracieusement par Les Événements Les Affaires le 29 mars prochain à midi, ce webinaire, servira d’introduction à la conférence FinTech qui se tiendra à Montréal le 31 mai prochain. Événement lors duquel M. Velut sera également conférencier.


Connexion, le salon de la transformation numérique


Des outils variés


Lors du webinaire, ce jeune ex-banquier abordera, entre autres, les divers outils que son équipe a développé pour aider les entreprises financières à se rapprocher de leur clientèle toute génération confondue. Le groupe Avak a notamment créé le site PortFoliance qui propose l’outil Aronia, une interface conversationnelle qui campe le rôle d’un professeur particulier en finance. On doit également à cette entreprise le site TechFoliance, un média international qui analyse les grandes de la fintech dans le monde, ainsi qu’Invyo, une plateforme de e-commerce bancaire qui permet aux particuliers et aux entreprises d'accéder aux meilleurs produits et services financiers dans toute l'Europe.


La pédagogie est un enjeu majeur


Les solutions miracles n’existent pas, insiste-t-il. Mais il faut en développer. «La pédagogie financière est un enjeu majeur pour la transformation de l'industrie financière. Et les entreprises de cette industrie ont tout intérêt à apprendre à parler le langage de leurs clients», mentionne Alexandre Velut. Une consigne qui concerne tout particulièrement les institutions qui ciblent les générations Y et Z. Rappelez-vous l’étude menée par FirstData en 2015 auprès de 10000 jeunes américains de la GenY, signale l’animateur du webinaire. Plus de 70% d’entre eux avaient indiqué préférer aller chez le dentiste plutôt que d’entendre ce que le propose leur banquier.


«Aujourd’hui, les jeunes générations veulent savoir ce que les institutions font de leur argent, de leur placement. D’où l’intérêt de développer et maximiser l’éducation financière à leur égard ainsi qu’aux autres générations intéressées par le sujet. Certes, conclut Alexandre Velut, il y aura toujours les clients qui ne veulent rien comprendre et qui préfèrent déléguer la gestion de leurs actifs à un tiers. Mais à l’intention de ceux qui veulent en savoir davantage, les institutions doivent être prêtes et livrer la marchandise.»


Pour en apprendre davantage, participez à Connexion, le salon de la transformation numérique le 18 et 19 avril 2018.


À propos de ce blogue

En coulisses est le blogue des Événements Les Affaires. Nous vous proposons un accès privilégié aux meilleures pratiques de la communauté d’affaires québécoises qui sont partagées lors de nos conférences. Chaque semaine, nous discutons avec certains des gestionnaires qui ont accepté d’être conférenciers à nos événements, afin de vous présenter des idées concrètes pour vous aider dans votre réflexion et répondre à vos préoccupations d'affaires.