Grâce à quoi serez-vous meilleur demain?

Publié le 14/02/2019 à 07:07

Grâce à quoi serez-vous meilleur demain?

Publié le 14/02/2019 à 07:07

Des hommes d'affaires grimpant dans des échelles.

(Photo: 123rf.com)

BLOGUE INVITÉ. Les recruteurs cherchent des candidats qui prennent leur carrière en main et qui démontrent de la progression au fil des ans. Lorsqu’en entrevue nous réalisons qu’un candidat a évolué entre plusieurs postes, de sa propre initiative, en prenant des risques mesurés et payants, nous savons que la discussion a le potentiel d’être intéressante.


La prise de risque est souvent mal comprise quand on parle d’évolution de carrière. À court terme, faible volatilité signifie stabilité. Par faible volatilité, j’entends peu de changements, transformations ou fluctuations. Pensons aux professionnels de la santé ou aux enseignants par exemple.


À long terme, toutefois, une faible volatilité entraîne une vulnérabilité accrue, car elle rend moins résistant aux chocs externes imprévus et représente une perte d’agilité et de capacité d’adaptation au marché du travail et aux environnements corporatifs. Ce type de professionnel, n’ayant que rarement vécu des changements, n’aura pas développé les bons réflexes, les connaissances ni la résilience nécessaire pour s’adapter et continuer à évoluer. Cette réalité s’applique autant pour les entreprises que pour les professionnels qui y travaillent.


Comprenez-moi bien. Un changement de carrière ne s’impose pas absolument. Mon objectif est de vous faire réfléchir à l’importance de vous mettre au défi, de sortir de votre zone de confort et d’aller tester votre flexibilité. C’est souvent ce type de démarche qui enrichit vos compétences, qui vous fait parfois faire des erreurs, mais surtout, qui vous fait apprendre.


Dans une telle démarche, vos décisions seront guidées par le contexte précis au moment où vous les prendrez. Il se peut qu’un risque pris dans la trentaine, à l’aube de fonder votre famille, n’ait pas la même ampleur que si vous l’aviez pris 10 ans plus tard. Et c’est normal! Il arrive aussi de prendre de trop grands risques où vous n’aurez pas réussi à répondre aux attentes. Croyez-moi, c’est arrivé à plusieurs.


Qu'est-ce qui motive le changement de carrière?


Pour un chasseur de têtes ou un recruteur, il est intéressant de comprendre ce qui a motivé vos changements d’un poste à un autre. Lorsque vous serez rendu à parler de ce poste qui était finalement un trop gros défi pour vous, faites-le avec candeur et transparence. Présentez vos motivations, les apprentissages que vous en avez tirés et le contexte dans lequel vous étiez à ce moment-là. L’important est de ne pas refaire les mêmes erreurs.


Évidemment, si vous tenez ce type d’explication pour plusieurs moments de votre carrière, l’interprétation n’en sera pas très positive. Peut-être devrez-vous réfléchir à votre approche.


Il est donc important de réfléchir et de prendre des risques. Des risques intelligents, calculés, certes, mais réels. Vous apprendrez à vous connaître, à vous améliorer et à prendre le contrôle de votre cheminement de carrière.


Mais attention; la progression entre différents rôles exige une prise en main qui n’est pas facile. On ne parle pas ici de gérer de petits éléments qui se règlent en une heure ou par un simple coup de téléphone. Non. Ce sont ceux qui semblent tellement lourds et gros à aborder, que la plupart des professionnels (cadre ou non) préfèrent repousser à demain et s’attaquer aux choses plus faciles à régler. Par exemple, veiller à développer ses habiletés d’influence et de négociation avec un coach sur la base d’un suivi hebdomadaire ou vous faire un plan de lecture d’un livre par mois pour un an sur un sujet complémentaire et différent de votre formation générale de base que vous avez identifié comme une lacune.


J’y reviens une fois de plus dans ce billet, votre capacité d’introspection est clé. Elle permet alors de reconnaître vos faiblesses, vos angles morts et vos points de vigilance. Appelez-les comme vous voulez, mais surtout attaquez-vous-y.


Je vous suggère d’essayer ceci:


Faites une liste des améliorations personnelles et professionnelles difficiles et complexes que vous souhaitez apporter. C’est bien si vous avez une liste assez longue. Maintenant, pour un seul élément de la liste, réfléchissez à ce que vous pourriez faire aujourd'hui pour vous améliorer ou améliorer cet élément par rapport à hier. Demain, regardez à nouveau la liste et prenez encore un seul élément.


Hier était-il meilleur que le jour précédent? Comment pouvez-vous faire mieux aujourd'hui? Recommencez le lendemain. Mettez-le sur votre calendrier. Passez deux minutes à y réfléchir chaque matin.

À propos de ce blogue

Élise Boutin Michaud est chasseuse de têtes chez Fauve et Associés depuis quelques années. Sa mission ici est de présenter la perspective d’un chasseur de têtes de cadres et d’exécutifs sur la transition, le développement et la gestion proactive de carrière en fonction de la réalité du marché, du monde des affaires et des statistiques.

Élise Boutin Michaud