Bourse: des taux d'intérêt et des traitements contre l'obésité qui dérangent

Publié le 06/10/2023 à 07:30

Bourse: des taux d'intérêt et des traitements contre l'obésité qui dérangent

Publié le 06/10/2023 à 07:30

Des éoliennes

La persistance des hauts taux d'intérêt affecte des entreprises comme le producteur d'énergies renouvelables Boralex, selon Steve Bélisle. (Photo: 123RF)

BALADO. Les taux d'intérêt des obligations gouvernementales américaines à échance de dix ans ont progressé de plus de 130 points de pourcentage depuis le mois d'avril pour dépasser 4,7%, du jamais vu depuis 2007.

Cela a eu pour effet de faire reculer les marchés obligataires, mais aussi certains secteurs des marchés boursiers, selon Steve Bélisle, gestionnaire de portefeuille à Gestion de placements Manuvie. «Le Japon a décidé d'abondonner les taux d'intérêt négatifs, ce qui a poussé les taux obligataires à la hausse partout dans le monde, mais plus important encore, la Réserve fédérale américaine est restée ferme. Elle a gardé le cap avec des taux d'intérêt élevés, alors que beaucoup d'investisseurs anticipaient des coupures d'ici la fin de l'année», explique-t-il.

Selon lui, comme les taux semble vouloir rester plus élevés plus longtemps, de nombreux investisseurs obligataires ont simplement lancé la serviette.

Les effets des taux d'intérêt plus élevés ont aussi des répercussions en Bourse, notamment dans les secteurs des fonds de placement immobiliers, des télécommunications et des services à la collectivité (Utilities). Les investisseurs qui se demandent pourquoi des titres d'entreprises comme Boralex (BLX, 28,64$) ont reculé fortement au troisième trimestre peuvent blâmer la vigueur des taux d'intérêt, explique Steve Bélisle.

Il dit préférer les titres de certains épiciers, comme Empire (EMP.A, 37,86$), Loblaw (L, 117,05$) et Ahold Delhaize (AD, 28,71 euros, Bourse d'Amsterdam).

 

Régime minceur pour McDonald's?

Steve Bélisle observe également un «curieux phénomène» en Bourse en ce moment, alors que certains médicaments contre l'obésité permettraient aussi de réduire les «envies irrationnelles», ce qui fait reculer des titres d'entreprises de restauration rapide, de boissons gazeuses, d'alcool et de tabac comme McDonald's (MCD, 252,23$US), Diageo (DEO, 150,35$US) et Pepsi (PEP, 160,10$US).

«Le phénomène profite aux pharmaceutiques qui commercialisent de tels traitements comme Eli Lilly (LLY, 541,48$US) et Novo Nordisk (NVO, 89,99$US), mais aussi à Pfizer (PFE, 33,47$US) qui possède un médicament en développement», dit-il.

Il explique que même le fabricant d'équipements médicaux Baxter (BAX, 37,02$US), dont les activités sont liées au diabète, a souffert en Bourse récemment. «Si les gens consomment moins de malbouffe, de boissons gazeuses et d'alcool, on pense que le diabète pourrait reculer, ce qui affecterait la demande pour les produits de l'entreprise», dit-il.

C'est à son avis un phénomène exagéré qui pourrait expliquer les variations difficiles à expliquer de certains titres boursiers depuis quelques temps, mais qui reste à surveiller.

Sur le même sujet

À surveiller: First Solar, Boralex et BCE

Que faire avec les titres de First Solar, Boralex et BCE? Voici quelques recommandations d’analystes.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

17/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.

Blogues similaires

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Nouveaux sommets des marchés: occasion d'investissement ou risque accru?

05/04/2024 | Richard Langevin

EXPERT INVITÉ. Quel investisseur n’a pas déjà rêvé de réintégrer le marché le 23 mars 2020 après le recul pandémique?

Des recommandations de lectures pour l'été

07/06/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. S’il y a une sphère où l’âge ne m’a pas encore ralenti (contrairement au tennis!), c’est bien la lecture.