Planifier sa retraite jusqu'à son espérance de vie? Grave erreur!

Publié le 31/01/2024 à 13:18

Planifier sa retraite jusqu'à son espérance de vie? Grave erreur!

Publié le 31/01/2024 à 13:18

L'espérance de vie moyenne au Québec est de 82,3 ans... mais beaucoup de gens vivent bien au-delà de cet âge. (PHOTO : 123RF)

EXPERT INVITÉ. L’espérance de vie, quelle belle notion souvent mal utilisée! C’est une variable qui peut être intéressante mais encore faut-il savoir comment s’en servir…

Vous connaissez l’espérance de vie des Québécois en 2024?

Selon les derniers résultats compilés par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), qui englobent des données provisoires de l’année 2022, elle est de 82,3 ans.

C’est très bon, n'est-ce pas? Mais encore?

Devriez-vous planifier votre retraite jusqu’à ce moment? Devriez-vous prévoir que vos comptes seront à sec lorsque vous atteindrez cet âge vénérable?

J’espère que non!

Ce serait une grave erreur.

Tout d’abord, il faut savoir que l’espérance de vie des hommes est inférieure à celle des femmes. Le chiffre de 82,3 est une moyenne des deux. En effet, celle des hommes est de 80,5 ans et celles des femmes, 84,1 ans.

Vous pensez que ce ne sont que les femmes qui commettent une erreur en planifiant jusqu’à 82,3 ans ?

Si oui, vous êtes dans le champ gauche, à l’extérieur du terrain, voire dans le stationnement!

Mais pourquoi donc?

Parce que s’il n’y avait qu’une seule raison, vous seriez déjà dans le champ gauche, mais à l’intérieur des limites des fausses balles. Mais ici, le problème, c’est qu’il en existe plusieurs.

 

Première raison: beaucoup de gens vivent au-delà de leur espérance de vie

Sans entrer dans des détails actuariels inutiles, dites-vous qu’environ la moitié des personnes vivent au-delà de leur espérance de vie.

Donc, si vous prévoyez vider vos comptes à cet âge et que vous êtes dans un état de santé «ordinaire» aujourd’hui, vous avez une chance sur deux de manquer d’argent dans votre vie!

Bravo! Un petit dessert avec ça ?

Un 25 cents qui tombe du mauvais côté et, bang! Vous êtes sans le sou. À quoi bon avoir planifié dans ce cas? Perte de temps.

Vous devriez planifier votre retraite jusqu’à un âge où la probabilité de vous y rendre est nettement moindre. Disons 25%, ou même 10%.

En passant, plus vous désirez réduire les probabilités de manquer d’argent à un âge avancé, plus vous devriez envisager l’achat d’une rente viagère (payable à vie).

 

Deuxième raison: l’espérance de vie à la naissance n’est pas la vôtre

À moins que vous ne soyez un bébé surdoué qui lit le présent texte (auquel cas, je me permettrai de te tutoyer et te dire que, à ton âge, les écrans ce n’est pas bon pour toi), les âges qu’on a vus ne signifient rien pour vous.

Comment ça?

Parce que plus vous vieillissez, plus vous repoussez votre espérance de vie.

Si vous avez de la difficulté à vous en convaincre, imaginez quelqu’un de 90 ans aujourd’hui. Cette personne a-t-elle une chance sur deux de se rendre à 82,3 ans?

Comme on dit: poser la question, c’est y répondre. Même si je déteste cette expression, la réponse me semble tellement évidente que si vous avez de la difficulté à la trouver, vous feriez un bon candidat pour certaines télé-réalités.

À titre d’exemple, les données ayant servi aux calculs de l’ISQ montrent que l’espérance de vie (de «survie» pourrait-on dire) d’une personne de 65 ans est de 21,8 ans pour les femmes et de 19,4 ans pour les hommes, ce qui nous amène à des âges de décès de 86,8 et 84,4 ans pour les femmes et les hommes respectivement.

Donc, une femme de 65 ans a, en moyenne, une chance sur deux de vivre au-delà de 87 ans. Pour planifier avec une probabilité de 25% de survivre à son argent, elle doit donc prévoir un âge de décès d’environ 91,3 ans, selon mes calculs et la même table de l’ISQ.

Mais ce n’est pas tout…

Nous venons de voir deux facteurs. Il en existe d’autres que nous regardons une autre fois et qui font en sorte que la planification de retraite, pour une probabilité de 25% de survie, devrait plutôt atteindre 98 ans pour une femme et 96 ans pour un homme.

C’est long! Vous êtes avertis.

 

À propos de ce blogue

Dany Provost possède une formation multidisciplinaire lui permettant d'avoir une vue d'ensemble d'une situation financière. Combinant l'actuariat, la fiscalité, le placement et une grande maîtrise de l'environnement Excel, son expertise lui a permis de développer plusieurs outils de modélisation complexes, notamment en optimisation fiscale et avantages sociaux. Il est directeur planification financière et optimisation fiscale chez SFL Expertise et est l’auteur des livres «Arrêtez de planifier votre retraite, planifiez votre plaisir» et «As-tu réglé ça?» Membre honoraire et expert désigné de l’Institut de planification financière, il est un collaborateur régulier dans les médias en plus d’être chroniqueur en fiscalité dans le journal Finance et Investissement.

Dany Provost

Sur le même sujet

Logement: Ottawa impose de bonnes conditions

11/04/2024 | Jean Sasseville

EXPERT INVITÉ. Transformons les conditions du fédéral en solutions communes.

Un budget marqué par l'imprévoyance fiscale et la précarité financière

Édition du 20 Mars 2024 | Jean-Paul Gagné

Le déficit de 2024‑2025 atteindra 11G$, soit 8 G$ de plus qu'annoncé. On n’aurait pas dû en arriver là.