D-Box : réussira-t-elle à percer le marché du cinéma québécois ?

Publié le 11/11/2009 à 16:11

La technologie D-Box fait son entrée dans un cinéma québécois. L’entreprise longueuilloise, spécialisée dans la conception de fauteuils à simulation de mouvements dans l’industrie du divertissement, présentait le 11 novembre dernier les sièges D-Box au cinéma Beloeil, le premier cinéma de la Belle Province à acheter la technologie.

Le billet pour un siège D-Box coûte 7 $ de plus qu'un billet régulier, ce qui n'a pas empêché les cinéphiles de se ruer sur les 26 sièges D-Box disponibles pour la projection de 2012. Le jour du lancement, il ne restait déjà plus de sièges D-Box pour la première semaine en salle du film catastrophe.

L’entreprise est en négociations avec d’autres salles québécoises qui se sont montrées intéressées par la technologie D-Box, mais celle-ci n’a pas voulu nous dire lesquelles. D-Box a annoncé qu’elle installera de nouveaux sièges dans deux cinémas américains, au Missouri et au Michigan.

Technologies D-Box a vendu quelques milliers de sièges depuis leur lancement, mais refuse également de divulguer les chiffres exacts. L’entreprise prévoit cependant que d’autres annonces soient faites d’ici Noël.

Entrevue avec Claude McMaster, président et chef de la direction de Technologies D-Box.

Thèmes associés: À l'avant-garde, Québec, Technologie, Technologies D-BOX

lesaffaires.com

À la une

COVID-19: les applications de traçage, bonnes ou mauvaises pour les Québécois?

C’est ce sur quoi la Commission des institutions se penchera dès mercredi, à l’Assemblée nationale.

Ottawa accorde 18 M $ à des PME du secteur agroalimentaire

Il y a 7 minutes | La Presse Canadienne

De cette enveloppe, 10,5 M$ iront à 27 projets au Québec, comme La Petite Bretonne ou la Fromagerie Polyethnique.

À surveiller: BRP, Royal Caribbean Cruises et Hydro One

Que faire avec les titres de BRP, Royal Caribbean Cruises et Hydro One? Voici quelques recommandations d’analystes.