Chez YPC technologies, on apprend à un robot à cuisiner

Publié le 12/07/2019 à 11:59

Chez YPC technologies, on apprend à un robot à cuisiner

Publié le 12/07/2019 à 11:59

Par Pascal Forget
Le robot cuisinier de YPC technologies

Un robot pour assister les cuisiniers (Photo: courtoisie)

Le repas est servi: crème de poireaux, risotto au champignon, crème glacée banane et chocolat. C’est délicieux, et tout a été préparé avec des aliments frais.

Pas besoin de remercier le chef: le repas a été préparé par un robot de la compagnie YPC Technologies, au centre de cotravail Fabrik8 de Montréal.

Voir le robot-chef à l’œuvre est captivant. Avec une agilité surprenante, sa pince saisit un contenant d’épices, de riz et de crème sur une étagère, l'ouvre, puis en verse une quantité précise dans des cuiseurs multifonctions (similaires à des Thermomix). Dans sa configuration actuelle, il peut préparer jusqu’à 4 portions de 7 plats différents en même temps, le tout en 20 à 40 minutes. On peut aussi faire 14 litres de sorbet en 3 minutes!

L’ajout d’une nouvelle recette ne demande pas de programmation compliquée: il suffit d’ajouter dans le système les étapes de la préparation: on indique le poids d’un ingrédient, la température et la durée de la cuisson, s’il faut brasser ou non, et à quel moment ajouter l’ingrédient suivant. Des milliers de recettes peuvent ainsi être proposées.

Verser, c’est compliqué

Pour en arriver là, plusieurs défis technologiques ont dû être relevés. Comme le souligne M. Camilo Perez, cofondateur de l’entreprise «Verser, c’est compliqué! Il faut pouvoir verser des gelées, des poudres, des solides, des liquides... et le robot doit faire ça d’une seule main.» Et il faut trouver la bonne façon de secouer légèrement chaque contenant.

La précision obtenue est un des grands avantages du système: les ingrédients étant mesurés au gramme près, les recettes seront très constantes. Et ça permet aussi une grande possibilité de personnalisation pour les utilisateurs – un peu moins de sucre pour un, plus épicé pour l’autre...

L’utilisation d’un appareil de cuisson multifonction, qui peut hacher les aliments, évite d’avoir à utiliser le robot pour les couper, ce qui est très complexe. La philosophie de M. Perez est «de ne pas réinventer la roue. La société qui fabrique nos cuiseurs a d’ailleurs investi dans notre entreprise.»

Le robot ne remplace pas un cuisinier: il ne peut que préparer les plats. Quand c’est prêt, la mise en assiette doit être faite par un humain. On peut en profiter pour ajouter une touche personnalisée – quelques asperges coupées sur le potage, par exemple.

À (très) long terme, M. Perez imagine déjà que le service et la livraison des plats pourraient aussi être automatisés. Il imagine aussi qu’«avec l’intelligence artificielle, on pourra vérifier la fraicheur des ingrédients». 

L'entreprise vise d’abord le marché des établissements où sont préparés entre 100 et 500 repas chaque jour. On pense à des résidences pour personnes âgées, des cafétérias d’entreprises et des écoles, qui pourront ainsi offrir des plats santé à base d’aliments frais.

Sur le site de la start-up, on cite diverses études: il serait possible d’automatiser 73% des tâches en restauration, et d’en diminuer les couts de 15%. La société estime qu’un cuisinier-robot augmenterait la productivité d’un cuisinier (humain) de 170%. Il pourrait être rentabilisé en 1,3 an. La durée de vie estimée d’un robot serait de 12 ans. 

Il existe déjà des «cuisiniers robots», mais qui sont spécialisés; ils n’offrent qu’une sélection très limitée d’options.

Qu’est-ce qui occupe YPC Technologies en ce moment? «On travaille sur l’optimisation du robot, pour qu’il soit en service le plus possible, et sur la satisfaction du client – que les plats soient servis dans le bon ordre et au bon moment», selon M. Perez. Un employé pourrait recevoir son plat fraichement préparé au moment exact de sa pause-repas!

La prochaine version du robot est déjà modélisée, avec deux bras-robots, 12 cuiseurs, et une section pour les aliments réfrigérés. Bientôt, un robot dans une cuisine près de chez vous?

YPC technologies a complété l'accélérateur FounderFuel l'an dernier, en plus d’obtenir du financement de préamorçage de Real Ventures.


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Retour aux sources pour PLB International

Mis à jour le 11/10/2019 | Anne-Marie Tremblay

PME DE LA SEMAINE. Jouer la carte du Canada — un synonyme de qualité — a ouvert à la PME plusieurs portes à l’étranger.

Une industrie en pleine mutation

Édition du 05 Octobre 2019 | Jean-François Venne

TRANSFORMATION ALIMENTAIRE. Environ 70 % de la production agricole de la province est transformée, selon le ministère...

OPINION Des nouvelles des entreprises
Édition du 05 Octobre 2019 | Jean-François Venne
Les aliments ultra-transformés sur la sellette
Édition du 05 Octobre 2019 | Jean-François Venne
Des aliments victimes de leur succès
Édition du 05 Octobre 2019 | Jean-François Venne

À la une

Bourse: Wall Street en légère hausse, le Nasdaq à un record

Mis à jour à 16:36 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La montée de Facebook permettant au Nasdaq de grappiller un nouveau record.

Trump minimise l'impact de la guerre commerciale sur les États-Unis

15:24 | AFP

«Le réel coût aurait été de ne rien faire», a-t-il dit dans un discours à New York.

Cybersécurité: la Banque du Canada réclame une meilleure collaboration

La meilleure défense de l’économie globale du Canada réside dans une large collaboration, croit Filipe Dinis.