Xpertdoc Technologies : développer une marque employeur attirante


Édition du 28 Janvier 2017

Xpertdoc Technologies : développer une marque employeur attirante


Édition du 28 Janvier 2017

Par Benoîte Labrosse

Avec une croissance annuelle de 40 % depuis trois ans, Xpertdoc a déjà doublé ses effectifs, mais souhaite accélérer le recrutement.

La plateforme de gestion et d'automatisation des communications clients mise au point par Xpertdoc Technologies a permis à la PME de Terrebonne de remporter 18 de ses 20 derniers appels d'offres aux dépens d'Adobe, d'EMC, de HP et d'Oracle, entre autres. «Nous sommes devant une occasion gigantesque - le marché se compte en milliards de dollars - mais nous sommes limités par notre nombre d'employés, constate le fondateur et pdg, Francis Dion. Nous faisons des miracles avec 35 employés, mais pour nous emparer des parts de marché à la mesure des capacités de notre outil, nous avons besoin de recruter davantage.»

Il y a dix ans, Xpertdoc a été «la première entreprise au monde» à tirer profit de la création du format .docx de Microsoft. La relation «très privilégiée» ainsi établie avec le géant américain s'est transformée en contrats dans divers domaines, dont les assurances, les finances et les secteurs public et manufacturier. Grâce à ses succès commerciaux, accrus par l'obtention d'un brevet aux États-Unis en décembre 2015, l'entreprise affiche une croissance annuelle de 40 % depuis trois ans et occupe la 148e place du plus récent classement canadien PROFIT 500.

Xpertdoc a déjà doublé ses effectifs, mais souhaite passer à une vitesse de recrutement supérieure. «La main-d'oeuvre est le déterminant numéro un de notre capacité à soutenir notre rythme de croissance : nous avons l'intention d'engager une vingtaine de personnes dans les trois ou quatre prochains mois et de continuer à ce rythme-là jusqu'à atteindre plusieurs centaines d'employés d'ici cinq ans», assure le pdg.

Pour dénicher de bons candidats, l'entreprise mise entre autres sur une stratégie qui l'a bien servie depuis sa fondation en 2000 : l'embauche d'étudiants préformés. «Nous acceptons régulièrement des stagiaires, surtout du cégep Lionel-Groulx et de l'École de technologie supérieure (ETS), et souvent, ils demeurent chez nous», explique Julie Morissette, directrice des finances et responsable du processus d'embauche. Ainsi, près de la moitié de l'équipe technique - et deux des quatre directeurs principaux - sont d'anciens stagiaires.

Séduisante absence de ponts

Certains postes clés, tel développeur senior net, sont plus difficiles à combler, car les candidats d'expérience sont rares, très courtisés ou déjà en poste ailleurs. Pour les attirer, Xpertdoc entend «travailler très fort» à rehausser sa marque employeur. «Nous venons d'emménager dans des locaux conçus sur mesure, situés tout près d'une autoroute qui est congestionnée tous les matins, illustre M. Dion. Nous croyons que la visibilité de notre logo attirera des gens qui réaliseront qu'il y a des emplois de qualité [sur la Rive-Nord]». Mme Morissette, établie à Rawdon après une carrière internationale, a elle-même été très surprise de constater qu'elle pouvait «occuper un emploi aussi stimulant sans avoir à traverser le moindre pont».

«Notre défi est d'arriver à nous faire connaître et à démontrer que Xpertdoc a encore mieux à offrir qu'Ubisoft et les autres entreprises du centre-ville de Montréal», résume-t-elle. Entre autres en investissant près de 1 M$ sur cinq ans dans leurs nouveaux locaux «très lumineux» pourvus d'une terrasse, de douches et de stationnements pour les nombreux employés «qui ne mettent que 10 minutes pour se rendre au travail».

«Recruter des travailleurs en TI aujourd'hui est aussi difficile , sinon plus, que de vendre nos produits, fait valoir M. Dion. Il faut vanter tous les atouts et les bénéfices qu'il y a à travailler chez nous.» Dont ceux d'avoir accès à une part d'actionnariat par l'intermédiaire d'une coopérative de travailleurs actionnaires (CTA) et d'oeuvrer dans une organisation qui a obtenu la certification de sécurité ISO 27001:2013.

«Nous avons mis en place des processus qui se comparent avantageusement à ce qui se fait dans les entreprises les plus grandes et les plus sérieuses au monde, tout en conservant notre culture de plaisir et d'efficacité, estime le pdg. Nous traitons bien nos employés et ils nous le rendent par leur fidélité et leur dévouement.» Le taux de roulement de Xpertdoc est donc très bas, et des mesures seront prises pour qu'il le reste. «Nous allons nous assurer que les nouveaux soient bien formés et bien intégrés afin qu'ils puissent grandir avec l'entreprise», garantit sa directrice des finances.

À lire aussi : Bien malin celui qui saura prédire les métiers de demain

 

À la une

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 27/01/2023 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.