WikiLeaks: un risque pour les personnes, dénoncent les É.-U.

Publié le 31/08/2011 à 08:19, mis à jour le 31/08/2011 à 08:19

WikiLeaks: un risque pour les personnes, dénoncent les É.-U.

Publié le 31/08/2011 à 08:19, mis à jour le 31/08/2011 à 08:19

Par AFP

Les États-Unis ont dénoncé mardi la divulgation de nouveaux câbles diplomatiques par WikiLeaks en affirmant que cette démarche "mettait en danger la sécurité des personnes".

"Les États-Unis condamnent fermement toute divulgation illégale d'informations secrètes (...) en plus de mettre en cause nos efforts diplomatiques, cela met en danger la sécurité des personnes, menace notre sécurité nationale et sape nos efforts pour travailler avec des pays à résoudre des problèmes communs", a déclaré Victoria Nuland, la porte-parole du département d'État.

Le site internet WikiLeaks, spécialisé dans la révélation de documents secrets, a démenti mardi avoir dévoilé l'identité de sources dans une nouvelle série de près de 134 000 télégrammes diplomatiques américains qu'il vient de publier.

Le New York Times a affirmé que certains des derniers 133 887 câbles diffusés au cours de la dernière semaine par WikiLeaks comprenaient le nom de personnes qui avaient parlé sous couvert d'anonymat à des diplomates américains.

Conformément à la politique du département d'État, Mme Nuland a refusé tout commentaire sur l'authenticité ou pas des dépêches.

L'administration américaine, empoisonnée depuis des mois par les révélations du site, "continue d'agir pour atténuer les dégâts causés à la sécurité nationale, et pour assister, dans la mesure de nos moyens, ceux à qui ces révélations illégales font du tort".

À la une

Crise des médias: le ministre Mathieu Lacombe prépare un plan d’aide

Il y a 2 minutes | La Presse Canadienne

Québec prépare vraisemblablement un «plan temporaire d’aide aux médias» avec Ottawa.

St-Onge souhaite que le CRTC régisse Meta, où de la nouvelle est encore partagée

Meta a commencé à bloquer les nouvelles sur Facebook et Instagram lorsque le Parlement a adopté la loi, l’été dernier.

Meta, IBM et leurs alliés appellent à un futur «ouvert» pour l’IA

15:00 | AFP

Des observateurs craignent qu’OpenAI et Google ne deviennent les gardiens d’une technologie de plus en plus essentielle.