Warren Buffett a investi 4 milliards en Israël

Publié le 29/11/2008 à 00:00

Warren Buffett a investi 4 milliards en Israël

Publié le 29/11/2008 à 00:00

Par Pierre Théroux

Il a suffi d'une simple lettre d'une page et quart, adressée à l'un des plus riches et célèbres investisseurs de la planète, Warren Buffett.

" Nous lui avons simplement présenté l'entreprise. En précisant que l'avenir d'Iscar serait bien servi entre les mains d'un tel investisseur ", raconte son fondateur, Stef Wertheimer, en entrevue.

Une entreprise que Warren Buffett ne connaissait d'ailleurs ni d'Ève ni d'Adam. Un mois après la réception de la missive, l'oracle d'Omaha, comme on le surnomme, invitait les hauts dirigeants d'Iscar, dont le fils Eitan Wertheimer et le chef de la direction Jacob Harpaz, à venir le rencontrer dans son chef-lieu du Nebraska.

Six mois plus tard, en mai 2006, la société d'investissement Berkshire Hathaway déboursait 4 milliards de dollars pour acquérir l'un des chefs de file mondiaux de son secteur d'activité. Une multinationale, présente dans une soixantaine de pays où elle emploie plus de 5 000 personnes et qui tire 99 % des ses ventes estimées à plus d'un milliard de dollars de l'étranger.

L'achat par Warren Buffett de 80 % du groupe industriel Iscar Metalworking Companies, dont Iscar représente la plus grande compagnie, est non seulement l'un des plus importants investissements étrangers réalisés dans l'État hébreu, mais aussi le premier jamais fait par le réputé investisseur en dehors des États-Unis.

Pour bon nombre d'Israéliens, dont l'ancien premier ministre Ehud Olmert, d'ailleurs entré en fonction la journée même de l'annonce de la transaction, cette acquisition a eu valeur de symbole. Elle a en effet été perçue comme un vote de confiance envers l'économie israélienne et comme un signal très fort pour les investisseurs du monde entier.

Où l'innovation ne s'arrête jamais

Iscar est rapidement devenue un des leaders de l'industrie de l'équipement de découpe de produits métalliques.

L'entreprise se spécialise dans la fabrication d'outils de précision aux formes géométriques innovantes, utilisés pour l'usinage, le fraisage et le tournage. Elle sert particulièrement les secteurs de l'industrie automobile et de l'aéronautique.

Elle doit notamment sa réussite à ses travaux de recherche et de développement, auxquels elle consacre quelque 10 % de son chiffre d'affaires.

En témoigne l'écriteau " Où l'innovation ne s'arrête jamais ", placé sur l'un des bâtiments où se concentrent les activités de R-D d'Iscar, à son siège de Tefen. L'usine est hautement automatisée, comme le prouvent les robots téléguidés par laser qui transportent composants et boîtes de toute sorte dans des unités de production et d'entreposage.

Iscar exploite aussi des usines de production en Amérique, en Europe centrale et de l'Est, en Asie et en Turquie. La société possède des entrepôts informatisés en Amérique du Nord, en Europe et en Asie.

Deux ans après son acquisition, l'entreprise vient d'ouvrir une usine à Dalian, en Chine, pour servir le marché chinois. Cet investissement lui permet du même coup de se rapprocher des principales mines de tungstène, le métal dur le plus utilisé par l'entreprise.

À la une

Inscrivez-vous au Défi Start-Up!

30/04/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires est à la recherche de la start-up qui va révolutionner le futur. Ça pourrait être la vôtre!

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

06/05/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Voici le jury de la 6e édition du Défi Start-up Les Affaires

06/05/2021 | lesaffaires.com

DÉFI START-UP. Serge Beauchemin, Anne Marcotte, Éric Labelle et Marine Thomas sont les membres du jury cette année.