Uber renforce sa présence à Montréal

Publié le 29/11/2018 à 15:52

Uber renforce sa présence à Montréal

Publié le 29/11/2018 à 15:52

Par Martin Jolicoeur
Téléphone intelligent et taxi Uber

Les chauffeurs de taxi réclament un milliard de dollars en compensation au gouvernement du Québec.

Décidément, la société Uber ne semble pas en voie de retraiter. Au contraire, l’entreprise américaine a procédé ce jeudi à l’ouverture à Montréal d’un deuxième centre de service à la clientèle, le plus grand à ce jour au Québec.


L’entreprise que combat l’industrie du taxi depuis son arrivée à Montréal,  il y a cinq ans, soutient vouloir ainsi répondre à un demande croissante de la clientèle, intéressée tant par ses services de transport à moindre coût, que la possibilité de joindre les rangs de l’entreprise à titre de partenaire-chauffeur. 


Ce deuxième bureau est situé précisément au 4700, rue de la Savane, dans le quartier central de Côte-des-Neiges à Montréal, à proximité de la station de métro Namur et du grand cimetière Baron de Hirsch, de Ville-Mont-Royal. Avec ses nombreux comptoirs, ce bureau de 2035 pi2 ressemble à un centre de service de la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ).


En entrevue avec Les AffairesJean-Christophe de Le Rue, directeur des affaires publiques d’Uber Canada, soutient que ce bureau permettra l’embauche de dix nouveaux employés à Montréal. Il viendra suppléer, entre autres, au travail que rendait déjà l’équipe d’Uber à partir de son premier centre du 1751, rue Richardson, dans le quartier montréalais de Pointe-Saint-Charles.


Uber compte un troisième bureau dans la province, rue Saint-Joseph Est, à Québec. La clientèle de l’Outaouais est desservie pour sa part de son bureau d’Ottawa, situé sur Prince of Wales Drive. À titre de comparaison, Uber possède déjà un total de trois centres de service dans la seule ville de Toronto, en Ontario. 


L'entreprise de Californie dit dénombrer «plusieurs milliers» de partenaires-chauffeurs à Montréal. Photo: Uber


Selon M. de Le Rue, d’autres ouvertures de bureau à Montréal et ailleurs au Québec sont envisagées, même si pour l’instant l’entreprise voit sa croissance limitée dans la province aux territoires de Montréal, Québec et Gatineau. Le projet pilote, reconduit par Québec en octobre dernier pour une autre période de douze mois, l’empêche en effet de développer ses activités dans d’autres régions d’intérêt comme Trois-Rivières, Sherbrooke et Saguenay.


Les taxis poursuivent Québec


Il y a quelques semaines, la Cour supérieure du Québec a autorisé l’industrie du taxi à entreprendre une action collective contre le gouvernement du Québec. Selon les chauffeurs de taxi, l’arrivée d’Uber a fait chuter la valeur de leurs permis et réduit leurs revenus. 


De leur point de vue, en permettant à la multinationale d’opérer en sol québécois, le gouvernement a commis une faute dont il doit être tenu responsable. Si les chauffeurs de taxi obtenaient gain de cause, la poursuite estime que Québec pourrait devoir verser à l’industrie jusqu’à 1G$ en compensations. Ce chiffre s’appuie entre autres sur la perte de valeur alléguée des permis de taxi au Québec.


Le représentant de Uber au pays a refusé de commenter cette situation lors de son entretien avec Les Affaires. «C’est une question qui se réglera devant les tribunaux et qui n’oppose encore directement que l’industrie du taxi et le gouvernement du Québec», a soutenu M. de le Rue.


«Des milliers» de chauffeurs à Montréal


L’entreprise de San Francisco a été cofondée en 2009 par un groupe d’entrepreneurs, dont le Canadien de Calgary, Garrett Camp, aujourd’hui président. Uber compte 18 000 employés dans le monde, dont une soixantaine au Québec, soit dix fois plus qu’en 2015. 


La société privée ne dévoile ni son chiffre d’affaires, ni le nombre de partenaires-chauffeurs à son service, qu’elle estime tout de même à «plusieurs milliers» à Montréal seulement. Ces derniers n’attendraient pas cependant le nombre de 10 000.


En plus de son application numérique de transport d’appoint traditionnel, l’entreprise a développé ces dernières années le service Uber Eats pour restaurateurs et partenaires-livreurs, et plus récemment, un nouvel outil de recherche de covoiturage entre citoyens, appelée Destination chauffeur.


Uber a également annoncé récemment le lancement du programme UberÉlectrique, en partenariat avec l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ) et Mobilité électrique Canada(MÉC) afin de sensibiliser les partenaires-chauffeurs et leurs clients aux bienfaits de solutions énergétiques propres. 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Bas-Saint-Laurent: le LLio soutient les démarches d'innovation ouverte

Édition du 09 Février 2019 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL: BAS-SAINT-LAURENT — Comment innover? Comment savoir ce que veulent les clients?

Voici le secret pour prédire l'avenir!

Édition du 24 Novembre 2018 | Olivier Schmouker

Qui d'entre nous ne souhaiterait pas connaître le futur? A fortiori, quels sont les gens d'affaires qui n'aimeraient...

À la une

La Fed gèle les taux jusqu'en 2020

Il y a 3 minutes | AFP

La Fed renonce à augmenter ses taux d'intérêt cette année, un virage net par rapport à ses précédentes anticipations.

Double-test pour la Bourse américaine dès la semaine prochaine?

Il y a 22 minutes

La semaine prochaine commence la période de blocage avant les résultats qui suspens tout rachat d'actions.

Comment les ingénieurs peuvent favoriser le développement durable

Édition du 09 Mars 2019 | Simon Lord

LE MOIS DU GÉNIE. « Aujourd'hui, tout le monde dit favoriser du développement durable. L'élastique est assez souple...