Stingray réplique à Music Choice

Publié le 30/08/2016 à 16:02

Stingray réplique à Music Choice

Publié le 30/08/2016 à 16:02

Par La Presse Canadienne

(Photo: Denis Lalonde)

Poursuivie par Music Choice aux États-Unis, Groupe Stingray Digital (Tor., RAY.A) réplique à son concurrent américain en demandant l'annulation de ses cinq brevets au coeur du litige.

Dans sa demande reconventionnelle déposée mardi auprès d'un tribunal du Texas, le fournisseur québécois de services musicaux réclame également qu'un jugement déclaratoire confirme l'absence de contrefaçon de sa part.

Music Choice - formée notamment par des filiales de Microsoft, Sony, Time Warner Cable et Comcast - avance, dans sa poursuite déposée en juin, que Stingray se serait approprié certaines technologies après avoir obtenu des informations privilégiées en 2013, alors que la société montréalaise envisageait de l'acquérir.

Stingray se défend en affirmant que la technologie en question était déjà utilisée par une filiale de Music Choice en Europe. Le fournisseur de services musicaux avait acheté cette filiale au début de la décennie. 

Aucune de ces allégations n'a été prouvée devant un tribunal et aucune date d'audience n'a été fixée pour le moment.

Disant avoir subi des préjudices en raison des agissements de sa rivale américaine, la société québécoise exige un dédommagement - qui n'a pas été chiffré pour le moment.

«Music Choice a l'habitude de tenter de freiner les nouveaux venus sur le marché en faisant des déclarations fausses et en usant de pratiques commerciales déloyales», souligne par voie de communiqué le président et chef de la direction de Stingray, Eric Boyko.

Puisque l'affaire est devant les tribunaux, l'entreprise exploitant des chaînes de télévision musicales et un service radiophonique en ligne sans publicité n'a pas voulu commenter davantage.

Par ailleurs, dans un autre document déposé auprès du même tribunal, Stingray, tout en évoquant la concurrence déloyale, accuse Music Choice d'atteinte dommageable aux relations «contractuelles existantes et éventuelles».

«Music Choice a mis de l'avant une campagne visant à endommager les relations de l'entreprise et compromettre d'éventuels partenariats en y allant de fausses déclarations entourant Stingray», peut-on lire dans les documents.

À titre d'exemple, Stingray affirme que les démarches de sa rivale ont fait avorter une entente avec l'entreprise de télécommunications et fournisseur d'accès à internet américain Century Link.

Les allégations lancées par Music Choice ont également forcé Stingray à déployer des ressources supplémentaires afin de rétablir sa réputation et rassurer de nombreux clients, ce qui a engendré des dépenses supplémentaires.

Stingray compte près de 300 employés à travers le monde mais la majorité d'entre eux se trouvent à son siège social montréalais. L'entreprise dit rejoindre 400 millions d'abonnés dans 152 pays.


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

Le projet Énergie Saguenay a-t-il un avenir à long terme?

27/11/2020 | François Normand

ANALYSE — Le marché de l'énergie mute en Europe et en Asie, ce qui pourrait limiter la demande pour du GNL du Québec.

COVID-19: un général va coordonner la distribution des vaccins au Canada

27/11/2020 | AFP

Un général ayant dirigé les forces de l'OTAN en Irak coordonnera la distribution des vaccins contre la COVID au Canada.

Le prix des propriétés bondit dans la RMR de Montréal

27/11/2020 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les banlieues ont la cote en 2020 et l'intérêt pour les copropriétés sur l'île de Montréal diminue.