Square Enix crée 250 emplois à Montréal

Publié le 21/11/2011 à 10:20, mis à jour le 21/11/2011 à 10:22

Square Enix crée 250 emplois à Montréal

Publié le 21/11/2011 à 10:20, mis à jour le 21/11/2011 à 10:22

Grâce notamment à une subvention directe de 2 M$ du gouvernement québécois, l'éditeur de jeux vidéo japonais Square Enix créera 250 emplois à Montréal: 100 dans son studio actuel Eidos Montréal et 150 sous une nouvelle enseigne, Square Enix Montréal.

L'annonce portera, à termes, à 600 le nombre d'employés de Square Enix dans la métropole, puisque Eidos Montréal compte déjà environ 350 employés. Ce studio, fondé en 2007, a été acquis par Square Enix quand l'entreprise a acheté l'Anglaise Eidos, en 2009.

Le directeur général d'Eidos Montréal, Stéphane D'Astous, avait dévoilé en mars dernier l'intention de l'entreprise d'ouvrir un nouveau studio au Canada. Il s'était du coup laissé désiré par Montréal, Toronto et Vancouver.

« J'avais reçu le mandat de notre président, Phil Rogers, d'étudier les différentes options au Canada, explique M. D'Astous. Il n'y avait pas de ville choisie à l'avance, nous voulions simplement augmenter notre présence au Canada. J'ai fait mes devoirs et, malgré les défis, c'est Montréal qui représentait le moins grand risque, la meilleure option. »

Les « défis » dont parle M. D'Astous sont principalement liés à la main-d'oeuvre. Le marché montréalais est perpétuellement à court d'employés d'expérience capables de mener des équipes, que ce soit en programmation, en gestion de projet ou du côté créatif.

À ce titre, le nouveau studio Square Enix Montréal, qui ouvrira ses portes en 2012, a déjà déniché son directeur général et ses trois premiers employés. Le patron sera Lee Singleton, qui a dirigé au cours des trois dernières années Square Enix London Studios, en Angleterre.

Les trois premiers employés ont eux aussi été repêchés à l'extérieur du Québec. Il s'agit d'employés senior du studio IO Interactive, du Danemark, qui appartient aussi à Square Enix.

« Ce sont trois employés qui incarnent l'esprit de la franchise Hitman depuis ses débuts », a fait valoir M. D'Astous. Ce sera encore leur occupation au Canada, puisque développer un jeu Hitman sera le premier mandat de Square Enix Montréal. Le cinquième épisode de la série, Hitman: Absolution, est en cours de développement et devrait être lancé au cours de la prochaine année. Le studio montréalais sera en charge de l'épisode numéro 6.

Square Enix devient le troisième éditeur international de jeux vidéo à bénéficier, en plus du programme de crédits d'impôts remboursables déjà en place, d'une subvention directe pour s'installer à Montréal. Warner Brothers (7,5 M$) et THQ (3 M$) avaient reçu pareil traitement à leur arrivée au Québec en 2010, ce qui avait soulevé l'ire des dirigeants de studios déjà établis, dont M. D'Astous.

« Il va falloir que mes amis chez Investissement Québec me donnent plus de détails, avait-il déclaré au moment de l'annonce de Warner Brothers. Pour moi, la parité entre les programmes offerts aux diverses entreprises est importante. Je ne voudrais pas que chacune ait à négocier individuellement de son côté. »

Eidos Montréal a lancé en août son premier jeu, Deus Ex Revolution, qui a été bien accueilli par la critique, mais aurait au mieux tout juste atteint le point de rentabilité, selon nos informations, avec un peu plus de deux millions d'exemplaires en circulation. En plus de plancher à la suite des choses pour la série Deus Ex, Eidos Montréal travaille sur un nouveau jeu de la série Thief et sur un autre projet, qui n'a pas encore été dévoilé.

À la une

Fraude: Tony Accurso et quatre entreprises écopent d’amendes totalisant 4,2M$

Mis à jour à 11:54 | lesaffaires.com

Tony Accurso et 4 entreprises auxquelles il était associé devront rembourser 4,2M$ au trésor public.

Action collective autorisée contre Desjardins

La cause porte sur des pertes de rendement à la suite de la crise financière de 2008.

Bourse: Wall Street rougit à deux séances des présidentielles

Mis à jour il y a 41 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La veille, les indices avaient rebondi.