Scoring Tech Talent 2019: Montréal première pour son efficacité par rapport aux coûts

Publié le 17/07/2019 à 09:50

Scoring Tech Talent 2019: Montréal première pour son efficacité par rapport aux coûts

Publié le 17/07/2019 à 09:50

Par Pascal Forget
Montréal 13e place au classement général de son rapport Scoring Tech Talent photo CBRE

Montréal 13e place au classement général de son rapport Scoring Tech Talent (Photo: CBRE)

L'agence immobilière CBRE place Montréal au 13e rang des meilleurs marchés technologiques en Amérique du Nord dans son rapport Scoring Tech Talent 2019.

Toronto est dans le trio de tête, après la baie de San Francisco et Seattle. Vancouver a fait un bond de 13 échelons, pour devancer Montréal en 12e place.

Le document fait l’analyse des conditions de travail, du coût et de la qualité de la main-d’œuvre technologique dans les 50 plus grands marchés aux États-Unis et au Canada.

Montréal se place en première position pour ce qui est de son efficacité par rapport aux coûts, en raison du bas prix des loyers commerciaux et du bassin de main d’œuvre de qualité abordable dans le domaine de la technologie.

Selon Avi Krispine, directeur général de CBRE au Québec «On est en très bonne position, c’est un exploit. Ça encourage les grandes entreprises technologiques à venir s’installer ici. Montréal, ville bilingue, est unique par rapport aux autres marchés en Amérique du Nord. On a déjà attiré énormément de grandes entreprises technologiques – Google, Gsoft… Sans compter l’Université de Montréal, l’ÉTS, McGill, le Mila et Yoshua Bengio, tous ceux qui travaillent à nous donner une bonne réputation.»

Dans le rapport, on estime qu’une entreprise technologique de 500 employés qui loue des locaux de 75 000 pi² peut s’attendre à des frais d’exploitation (salaire et loyer) de 28,6 millions $ par année. En comparaison, il en coûterait 59,4 M$ dans la baie de San Francisco, 55,3 M$ à New York et 30,6 M$ à Toronto. (Les données sont en dollars américains.)

Les priorités des entreprises changent. «Il y a 3 à 5 ans, les sociétés regardaient en premier les loyers demandés, qui avaient un grand impact sur les dépenses; aujourd’hui, elles sont prêtes à payer des loyers plus élevés pour attirer la meilleure main-d’œuvre.» M. Krispine ajoute que «trouver la main-d’œuvre qualifiée, qui coûte de plus en plus cher, est le plus grand défi en ce moment!»

Loyers abordables pour les employés

De toutes les villes étudiées, Montréal est celle où le coût de la vie et des loyers sont les plus bas. Un autre atout pour la métropole.

 «La jeune génération préfère encore louer; elle ne met pas d’argent de côté pour acquérir leur première maison. C’est là que Montréal devient très attrayante pour un employé qualifié: les prix des loyers sont incomparables par rapport au reste de l’Amérique du Nord. De plus, ils sont bien règlementés, et ne peuvent pas augmenter de façon considérable.»

Toronto première pour la croissance

Le nombre d’emplois dans le secteur de la technologie à Montréal a augmenté de 14,6% entre 2013 et 2018 et regroupe à présent un bassin de main-d’œuvre de 130 200 techno-travailleurs. Mais c’est le marché de Toronto qui a connu la plus forte croissance des 50 marchés mesurés grâce à l’ajout de 80 100 postes dans le secteur de la technologie au cours des cinq dernières années, une augmentation de 54%. Presque autant d’emplois y ont été créés que dans la baie de San Francisco depuis 2013!

La ville Québec dans les 25 prochains marchés

Aux États-Unis, les entreprises de haute technologie représentent environ 20% des locations immobilières majeures, plus que toutes les autres industries, ce qui laisse peu d’espace de bureaux dans plusieurs grands marchés, et emmène les loyers à des sommets. Pour économiser un peu, les grandes entreprises pourraient considérer l'idée de s’établir dans de nouvelles régions.

Avec une croissance de 4% en 5 ans et 27 700 emplois en technologies en 2018, Québec se retrouve dans la liste des 25 prochains marchés avec du potentiel pour les entreprises en expansion.

Fuite des cerveaux

Une section du rapport évalue qu’à Montréal, le nombre de finissants dans le domaine de la technologie (21 403 en 2012-2017) est supérieur au nombre d’emplois dans le domaine (16 600 entre 2013 et 2018).

Est-ce qu’il faut s’inquiéter de cette fuite de 4803 cerveaux?

Pour M. Krispine, c’est plutôt une piste de réflexion. «On pourrait expliquer la perte de ces talents par ceux qui viennent de l’étranger dans l'unique but d'y étudier pour étudier. Lors de la graduation, on en perd beaucoup. Est-ce qu’on est capable de leur offrir assez comme ville pour les influencer à rester à plus long terme? Est-ce que ces cerveaux qui partent vont revenir?»

Le classement Tech Talent 2019 de CBRE

1)  Baie de San Francisco (84,79)

2)  Seattle (73,82)

3)  Toronto (69,88)

4)  Washington (69,83)

5)  New York (65,12)

12) Vancouver (56,25)

13) Montréal (55,54)


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Eh oui, l'IA tue nos jobs (prise 2)!

14/01/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Après Loblaw, c'est au tour de Walmart d'annoncer qu'il va décupler son armada de robots intelligents...

Surpasser le blocage de l'évaluation: le cas d'Amazon

BLOGUE INVITÉ. La révolution de l'internet a changé les critères d'évaluation pour certaines compagnies exceptionnelles.

À la une

L'importance du réseau pour les petites entreprises

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. Plutôt que de laisser filer de trop grosses occasions, des TPE travaillent en équipe.

Les très petites entreprises: essentielles à l'économie

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. L'importance des très petites entreprises est bien souvent sous-estimée

Pour les TPE, un parcours parsemé d'obstacles pour atteindre la croissance

Édition du 19 Octobre 2019 | Kévin Deniau

ENTREPRENEURIAT: L'APPORT DES TPE. Seules six TPE sur dix ont connu une croissance positive entre 2012 et 2014.