«Minecraft» ne sera pas aussi joli que promis

Publié le 13/08/2019 à 10:13

«Minecraft» ne sera pas aussi joli que promis

Publié le 13/08/2019 à 10:13

Par AFP
Un enfant devant un écran d'ordinateur, qui joue à Minecraft.

(Photo: 123RF)

Microsoft a jeté l'éponge et cesse de travailler à un ambitieux projet de rénovation de «Minecraft» parce que l'entreprise s'est avérée «trop compliquée techniquement», selon un blog de l'équipe qui gère ce jeu d'aventure et de construction à grand succès.

Microsoft avait annoncé son projet surnommé le «Super Duper Graphics Packs» ou «Pack graphique sensass» à grand bruit lors du salon E3 de 2017, le plus grand rendez-vous mondial des jeux vidéo.

Malgré l'enthousiasme, «nous n'étions malheureusement pas satisfaits des performances du 'paquet' sur les différents appareils», écrit l'équipe sur le blog, qui explique travailler à d'autres moyens de donner «un nouveau look à l'expérience Minecraft».

«Merci et désolés de ne pas aller jusqu'au bout de notre projet», s'excuse Microsoft.

Minecraft -dont l'aspect pixelisé des personnages et des accessoires est la marque de fabrique- permet de construire tout un univers seul ou en ligne avec d'autres joueurs. Cette version numérique inspirée de l'univers analogique crée par Lego et ses briques en plastique, est immensément populaire auprès d'un jeune public.

En mai, Minecraft, qui fête ses 10 ans, a indiqué avoir vendu 176 millions de versions du jeu. En octobre 2018, Business Insider indiquait que le jeu attirait 91 millions de joueurs tous les mois.

À la une

Bourse: Wall Street en petite hausse après l'accord sino-américain

Mis à jour le 13/12/2019 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La victoire électorale de Boris Johnson au Royaume-Uni a aussi influencé les marchés.

Titres en action: Empire (IGA), Transat, Transcontinental...

13/12/2019 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Un FNB peut-il faire faillite?

13/12/2019 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. N’importe quelle entreprise peut théoriquement faire faillite, pourquoi pas un fonds négocié en Bourse?