Microsoft et Salesforce investissent dans Informatica

Publié le 07/08/2015 à 14:11

Microsoft et Salesforce investissent dans Informatica

Publié le 07/08/2015 à 14:11

Par AFP

(Photo: Bloomberg)

Les groupes informatiques américains Microsoft et Salesforce ont pris une participation stratégique au capital de leur compatriote Informatica, spécialisé dans les logiciels professionnels et les services aux entreprises, a annoncé ce dernier jeudi dans un communiqué.

La hauteur des participations et leur valeur financière ne sont pas précisées.

L'investissement a été réalisé par les deux groupes aux côtés des fonds Permira et Canada Pension Plan Investment Board (CPPIB), auxquels Informatica avait décidé de se vendre en avril pour 5,3 milliards de dollars. L'opération vient d'être finalisée, et les deux fonds sont majoritaires au capital, précise le communiqué. 

L'opération signe également la fin de la cotation d'Informatica au Nasdaq, la Bourse électronique new-yorkaise. 

Informatica avait réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 1,05 milliard de dollars, en hausse de 10,5% sur un an, et un bénéfice net de 114 millions (+32%).

La société, qui se concentre surtout sur l'intégration et l'analyse de données («big data»), revendique plus de 5 000 entreprises dans sa clientèle.

D'après des médias américains, sa cession faisait suite à des pressions du fonds spéculatif Elliott, qui était entré au capital en janvier et avait déjà poussé l'an dernier deux autres entreprises informatiques américaines, Compuware et Riverbed, à se vendre à des fonds, pour respectivement 2,5 milliards et 3,6 milliards de dollars.

À la une

L'indemnité de départ de l'ex-patron de Bombardier mal reçue par une firme

Glass Lewis « remet en question » les « indemnités substantielles » octroyées à Alain Bellemare.

Repousser les limites

BLOGUE INVITÉ. La pandémie a été un laboratoire d’expérimentation exceptionnel pour plusieurs entreprises.

Projet de loi 61: accélérer des projets d'infrastructures

Des projets pourraient bénéficier de « mesures d’accélération », telles que des « procédures d’expropriation allégées».