Microsoft achète un site de comparaison de prix

Publié le 29/08/2008 à 00:00

Microsoft achète un site de comparaison de prix

Publié le 29/08/2008 à 00:00

Ciao.com propose des comparaisons de prix en vigueur dans sept pays d’Europe et en sept langues pour près de cinq millions d’articles. Il est fort de 26 millions de visiteurs uniques par mois.

Le propriétaire de Ciao.com est Greenfield et ses actionnaires obtiendront 17,50 dollars américains par action, une prime de 28% par rapport au prix de clôture le 5 août dernier quand Greenfield annonçait ses projets de vente sans dévoiler le nom du repreneur.

L'offre de Microsoft constitue une surenchère sur une première proposition, formulée mi-juin par la société d'investissement dans le non coté Quadrangle, qui avait proposé 15,5 dollars américains par action.

Cette première offre avait été acceptée par le conseil d'administration de Greenfield Online, qui est revenue sur sa décision par la suite en faveur de l'offre de Microsoft.

Microsoft compte finaliser la transaction à la fin de l’année 2008. Ellte tente ainsi de rattraper son retard sur son rival Google dans le domaine de l'internet.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet Ă©nergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

18/07/2019 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

18/07/2019 | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

18/07/2019 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».