Les investisseurs misent contre RIM

Publié le 04/09/2012 à 11:57, mis à jour le 04/09/2012 à 12:27

Les investisseurs misent contre RIM

Publié le 04/09/2012 à 11:57, mis à jour le 04/09/2012 à 12:27

Par Olivier Schmouker

Ils anticipent de prochaines mauvaises nouvelles pour RIM. Photo : Bloomberg.

Un nombre croissant d'investisseurs misent depuis peu contre Research in Motion (RIM), estimant que les nouvelles au sujet du fabricant du BlackBerry vont aller de mal en pis. C'est du moins ce qui ressort d'une analyse de la firme de recherche Markit reprise par Bloomberg.

Ainsi, les ventes à découvert de l'action de RIM ont crû de 4,2% depuis le 14 août dernier. C'est-à-dire que de plus en plus d'investisseurs ne procèdent pas à l'habituel achat-vente, mais à l'inverse vente-achat : on vend dès lors des titres boursiers qu'on emprunte dans l'espoir de les acheter un peu plus tard à un cours inférieur au cours de vente, la différence entre les deux cours correspondant à la plus-value. C'est bien simple, si la valeur du titre a baissé depuis sa vente, l'investisseur enregistre un gain au moment où il l'achète.

«C'est le signe que les gens anticipent de prochains mauvais résultats financiers trimestriels pour RIM», explique Eric Jackson, président d'Ironfire Capital, qui a lui-même procédé récemment à des ventes à découvert pour RIM.

Le trimestre dernier, RIM a présenté ses premières pertes financières depuis 2004. C'est qu'il fait face à une concurrence accrue (Samsung, Apple, etc.) et que ses appareils peinent à innover aux yeux des utilisateurs de cellulaires et des analyses technologiques.

Le titre de RIM perdait ce matin à Wall Street 1,4%, à 6,60 dollars américains. Il a chuté de quelque 54% depuis le début de l'année.

(Avec Bloomberg.)

 

À la une

Le Québec Inc. sous-estime le potentiel de l’Italie

Le nouveau président de la Chambre de commerce italienne au Canada veut «approfondir» la relation Québec-Italie.

Rentables, les fonds de travailleurs?

EXPERT INVITÉ. Les fonds de travailleurs représentent assurément une option pertinente, voici pourquoi:

Canada: les villes veulent 7 G$ pour des logements abordables

Les maires de villes au Québec espèrent, du même coup, plus de flexibilité dans le processus.