Le Centech va déménager dans l'ex-Planétarium Dow


Édition du 29 Octobre 2016

Le Centech va déménager dans l'ex-Planétarium Dow


Édition du 29 Octobre 2016

Par Olivier Schmouker

À l’extérieur, on trouvera, comme auparavant, un espace de verdure. [Maquettes : Menkès Shooner Dagenais Letourneux Architectes]

L'ex-Planétarium Dow, situé au centre-ville de Montréal, doit renaître sous une toute nouvelle forme au début de 2018. Il sera transformé en un vaste accélérateur de start-up, ce qui mettra fin à cinq longues années d'atermoiements.

La partie centrale du bâtiment montréalais, circulaire, doit être occupée par le Centre de l'entrepreneurship technologique (Centech), dont la mission consiste à aider les entrepreneurs technologiques à concrétiser leurs projets. Actuellement situé à deux pas de là, rue Montfort, celui-ci continuera d'exercer ses fonctions d'accélérateur et d'incubateur, qui permettent d'avoir une idée juste de la pertinence et du potentiel commercial d'un projet.

Tout autour du Centech devraient se trouver, entre autres :

> la Maison du logiciel libre (ML2), conçue en 2015 par l'École de technologie supérieure (ÉTS), Google et Savoir-faire Linux dans le but de servir de passerelle entre l'industrie et les étudiants en génie logiciel ;

> des zones d'idéation, qui favoriseront le choc des idées entre étudiants, universitaires et entrepreneurs ;

> des locaux professionnels, permettant de réseauter ;

> des espaces lounge ;

> une mezzanine ;

> un café.

Le renouveau de l'ex-Planétarium Dow représente un budget de 8 millions de dollars, lequel est en cours d'approbation finale par le conseil d'administration de l'ÉTS, propriétaire des lieux depuis 2013. Plusieurs appels d'offres doivent être lancés au début de 2017, sachant que l'École n'a pas d'autre choix que d'ouvrir le nouveau bâtiment d'ici le début de 2018 : «La Ville nous a accordé en avril dernier un sursis de 21 mois, pas un de plus, sans quoi l'immeuble pourrait redevenir sa propriété», dit Patrice Catoir, directeur, planification et développement du campus, de l'ÉTS.

Adieu, donc, les projets de renouveau sous la forme d'une salle de spectacle du Cirque du Soleil, ou encore de «Hub de la créativité», visant à promouvoir l'inventivité entrepreneuriale du Québec. «Nous avons pris le temps nécessaire pour trouver la nouvelle âme à donner à cet édifice emblématique de Montréal, dit M. Catoir. Résultat ? Il nous a paru incontournable d'en faire un lieu propice à l'accélération d'idées entrepreneuriales, dans une ambiance à nulle autre pareille.»

C'est que, l'air de rien, cette question d'ambiance est tout un défi ! Les contraintes de la Ville empêchent, par exemple, de toucher à la volumétrie de la bâtisse, ou encore d'ouvrir la moindre fenêtre. Ce qui nécessite de passer d'un endroit sombre et silencieux - il s'agissait d'un planétarium - à un espace vivant et dynamique. «L'intérieur va être entièrement mis à terre pour laisser la place à des baies vitrées et à des puits de lumière. L'idée est de favoriser les échanges en tous genres, en misant sur les connexions des différents espaces entre eux», dévoile M. Catoir, en précisant que l'extérieur consistera, comme aujourd'hui, en un espace de verdure.

Le Planétarium Dow a ouvert ses portes en 1966. Il a fermé en 2011, lorsque ses activités liées à l'astronomie ont été déplacées dans le Parc olympique pour être intégrées à l'Espace pour la vie, qui réunissait déjà le Biodôme, l'Insectarium et le Jardin botanique. Mis en vente pour 1,8 M$ en 2012, il a finalement été cédé sans frais à l'ÉTS l'année suivante.

Un café et un espace lounge permettront aux étudiants et aux entrepreneurs d’échanger des idées dans une ambiance décontractée. [Maquettes : Menkès Shooner Dagenais Letourneux Architectes]

Le Centech occupera l’espace central de la bâtisse, là où se trouvait la salle de projection du planétarium. [Maquettes : Menkès Shooner Dagenais Letourneux Architectes]

À la une

Armez-vous (encore plus) de patience pour recruter

Il y a 31 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. À l'automne dernier, il fallait compter en moyenne 14 semaines pour embaucher un employé.

1er trimestre de CGI: hausse en un an des bénéfices et des revenus

Il y a 8 minutes | La Presse Canadienne

CGI signale que la valeur de son carnet de commandes s’élevait à 25,01 milliards $ au 31 décembre dernier.

Le Canadien Pacifique engrange un profit de 1,27 G$ au 4e trimestre

Les revenus du CP ont atteint 2,46 G$, en hausse de 21% par rapport au même trimestre un an plus tôt.