La ville intelligente, c'est aussi celle qui fait gagner du temps à ses citoyens


Édition du 01 Novembre 2014

La ville intelligente, c'est aussi celle qui fait gagner du temps à ses citoyens


Édition du 01 Novembre 2014

« Le prix qu’on paye quand il n’y apasde péage, c’est le prix de rester bloqué dans le trafic, et c’est un prix très incertain. » – Jean-François Barsoum, consultant en matière de villes intelligentes chez IBM. [Photo: David-Alexandre Alarie]

Le prix du trafic

Jean-François Barsoum, consultant en matière de villes intelligentes chez IBM, a expliqué comment les péages pouvaient faire gagner du temps à tout le monde. Il a illustré son propos en évoquant le cas de Stockholm, qui a imposé un péage pour entrer dans la ville. Le prix du péage étant plus cher aux heures de pointe, ce dernier a mis fin aux embouteillages sur ses ponts, de sorte que les banlieusards n'ont désormais plus à craindre d'y rester pris.

Alors que les commerçants de Stockholm craignaient que le péage cause une baisse de l'achalandage, le contraire s'est produit. «Le prix qu'on paye quand il n'y a pas de péage, c'est le prix de rester bloqué dans le trafic, et c'est un prix très incertain, a soutenu Jean-François Barsoum. On ne sait pas ce que ça va coûter d'une journée à l'autre. Avec le péage, on sait à quoi s'attendre.»

Le péage n'est toutefois qu'un moyen parmi tant d'autres à la disposition des villes pour faire épargner du temps à ses résidents. À Montréal, le maire Denis Coderre a annoncé qu'un réseau de caméras serait installé pour fournir des données sur le trafic en temps réel. Associées à l'éventuel branchement des feux de circulation au réseau de fibres optiques de la ville et à l'installation de GPS dans les autobus, ces données devraient rendre le trafic et le réseau de transport en commun moins vulnérables aux engorgements.

Aider les transports en commun

Compte tenu du coût élevé de construction de nouvelles lignes de métro et de tramway, plusieurs villes misent sur l'intégration étroite de plusieurs méthodes de transport concurrentes. C'est notamment le cas d'Helsinki, qui a pour ambition de faire de son agence de transport un guichet unique pour les besoins de transport de ses résidents. La ville espère ainsi qu'en facilitant la vie de ses résidents, ils seront plus nombreux à laisser leur voiture à la maison ou à s'en passer carrément.

À Montréal, la start-up Transit App vise à offrir quelque chose de similaire, en affichant plusieurs moyens de transport par l'intermédiaire de son application mobile. Conçue pour signaler les prochains passages des autobus à proximité, Transit App fonctionne dans 82 villes du monde. Déjà, elle permet d'afficher les stations de vélopartage dans 27 d'entre elles, dont les stations de Bixi à Montréal.

De passage à la conférence, le pdg de Transit App, Sam Vermette, nous a confié que de nouvelles options de transport devraient bientôt être intégrées à l'application. L'application devrait ainsi offrir un service de taxi et un autre d'autopartage, en partenariat avec des tiers. «Il sera possible de comparer la durée du trajet en transport en commun avec celle en taxi», a dit l'entrepreneur.

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse, plombée par la technologie, avant l’inflation américaine

Mis à jour le 09/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a perdu plus de 90 points, mardi.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

09/08/2022 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.

À surveiller: Power Corp, TransAlta et Suncor

09/08/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Power Corp, TransAlta et Suncor? Voici quelques recommandations d’analystes.