Innovations venues d'ailleurs


Édition du 12 Avril 2014

Innovations venues d'ailleurs


Édition du 12 Avril 2014

Par Denis Lalonde

Photo: Shutterstock

Certaines entreprises américaines et européennes conçoivent des innovations susceptibles de convaincre les consommateurs d'adopter l'épicerie en ligne. En voici tout de même certaines qui pourraient débarquer au pays dans un proche avenir.

Amazon Fresh

Le détaillant en ligne Amazon offre des produits frais dans les régions de Seattle, de Los Angeles et de San Francisco, et selon Ralf Kleber, dirigeant d'Amazon en Allemagne, le service sera lancé dans ce pays d'ici quelques mois. Pour arriver à offrir de la viande, des légumes, des fruits ou du poisson, le géant du commerce de détail en ligne s'est associé à une multitude de marchands locaux.

Sur le site Internet d'Amazon, chaque fruit et légume est évalué sur une échelle de 1 à 5 radis. Lorsque un fruit est coté «5 radis», cela signifie que sa qualité est «fantastique». À l'inverse, ceux qui n'ont qu'un radis sont de qualité inférieure à la moyenne.

«Les clients qui ne sont pas satisfaits de la qualité d'un produit frais peuvent demander un remboursement sans avoir besoin de retourner l'article en question. Pour les denrées non périssables, les produits doivent être retournés dans un délai de 30 jours», explique une porte-parole d'Amazon, Katie McFadzean, dans un échange de courriels.

Amazon offre la livraison à domicile en personne, mais peut aussi déposer les sacs à la porte, au choix du client. L'entreprise a mis en place le programme de reconnaissance Big Radish qui fait varier les prix de livraison pour les commandes de taille moyenne. La condition pour pouvoir bénéficier du programme est de réaliser des achats en ligne supérieurs au seuil minimal de sa zone de livraison. Chaque client qualifié bénéficie du programme pour le mois courant et le suivant.

Amazon met à l'essai le service Dash, une télécommande qui peut lire les codes à barres et qui se branche à un PC ou à un appareil mobile en Wi-Fi. L'appareil permet d'effectuer des achats sur Amazon et Amazon Fresh.

Les réseaux de points de collecte

La chaîne française E.Leclerc a plutôt opté pour E.Leclerc Drive, un réseau de points de collecte répartis dans le pays pour ses clients qui choisissent de faire leur épicerie en ligne. Elle garantit que les prix sont les mêmes qu'en magasin, sans oublier des promotions exclusives au Web, et assure que les commandes sont prêtes en moins de deux heures.

E.Leclerc entrepose les commandes dans des pièces à température contrôlée, en «respectant la chaîne du froid». Lorsque les commandes sont prêtes, les clients n'ont qu'à sauter dans leur voiture et passer par le point de service choisi afin qu'un employé y dépose leurs sacs, sans frais.

En 2013, E.Leclerc comptait 446 points de livraison en France, 175 de plus qu'à la fin de 2012. Le service Drive a généré un chiffre d'affaires de 1,47 milliard d'euros (1,55 G$ CA), en hausse de 63 % sur un an, et comprenait 2 M de clients chaque mois. De plus, Drive a compté pour 5 % du chiffre d'affaires de l'enseigne, mais pour 36 % de sa croissance.

Instacart

L'américaine Instacart, société en démarrage, offre ses services en ligne dans les villes de Chicago, Boston, Philadelphie, San Francisco et New York. La société propose la livraison «en moins de deux heures» au prix de 3,99 $, de 9 heures à minuit chaque jour. L'entreprise s'approvisionne chez Costco et Whole Foods Market, mais aussi auprès de nombreuses entreprises dans chaque localité.

Guillaume Brunet, vice-président stratégies numériques et associé chez Substance Stratégies et Radiance, estime que ce modèle pourrait intéresser Provigo/Loblaw, Metro et même IGA : «Sans investir dans de grosses infrastructures, les entreprises pourraient simplement bénéficier des outils de commerce électronique d'Amazon ou d'Instacart pour se concentrer sur ce qu'elles font de mieux en bénéficiant d'un canal de vente supplémentaire», dit-il.

Les épiciers québécois devraient suivre la tendance américaine et européenne en occupant le créneau de la vente en ligne avant que les géants américains, tels Amazon et Wal-Mart, n'augmentent leur offre.

À lire aussi:
L'épicerie en ligne, un marché (encore) à conquérir au Québec
L'industrie du logiciel viendra-t-elle à bout des détaillants traditionnels?

À la une

Le statut des feux de forêt qui menaçaient Fort McMurray est «sous contrôle»

Il y a 38 minutes | La Presse Canadienne

Alberta Wildfire indique que plus de 40 millimètres de pluie sont tombés sur l’incendie depuis le 16 mai.

Microsoft intègre l’IA générative directement dans ses PC

14:36 | AFP

Selon Microsoft, plus de 50 millions de «PC IA» seront vendus dans les douze mois à venir.

Intelligence artificielle et «tech durable» à l’honneur pour la 8e édition de VivaTech

13:51 | AFP

Pour sa 8e édition, le salon s’attend à une affluence au moins égale à 2023, soit 150 000 visiteurs.