IA: Behavox compte créer 200 emplois à Montréal

Publié le 18/07/2018 à 14:08

IA: Behavox compte créer 200 emplois à Montréal

Publié le 18/07/2018 à 14:08

Par La Presse Canadienne

Capture d'écran de la plateforme de conformité. [Photo: Behavox]

La firme britannique Behavox, spécialisée dans l'intelligence artificielle, compte créer 200 emplois à Montréal en y implantant un centre de recherche et développement à compter du mois d'août.

L'annonce a été effectuée mercredi à Londres, au Royaume-Uni, par la ministre de l'Économie, Dominique Anglade, qui se trouvait dans la métropole britannique dans le cadre d'une mission économique. 

Behavox n'a pas précisé l'ampleur de son investissement à Montréal ou la cadence des embauches.

L'entreprise désire recruter des spécialistes des technologies de l'information qui travailleront sur sa plateforme d'analyse de données d'entreprise. Celle-ci est utilisée entre autres par des sociétés du secteur bancaire, du courtage de valeurs mobilières ainsi que par des fonds spéculatifs.

Behavox affirme que son logiciel d'apprentissage automatique permet aux entreprises de colliger un important volume de données générées par des employés, comme des courriels ainsi que des messages textes.

Son fondateur et président-directeur général, Erkin Adylov, a indiqué, par voie de communiqué, que l'entreprise avait arrêté son choix sur Montréal parce que la métropole "est sans contredit la plaque tournante du développement de l'intelligence artificielle".

Behavox compte également des bureaux à Singapour, à New York et à San Francisco.

 

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.