HP licencie à tour de bras

Publié le 16/09/2008 à 00:00

HP licencie à tour de bras

Publié le 16/09/2008 à 00:00

Par La Presse Canadienne
Ce vaste plan de restructuration fait suite à la récente acquisition par HP de la société de services technologiques Electronic Data Systems (EDS), a précisé la firme basée à Palo Alto (Californie) dans un communiqué publié peu après la clôture de Wall Street.

Ces suppressions d'emplois constituent la décision la plus offensive prise à ce jour par le directeur général Mark Hurd, qui avait imaginé ce rapprochement avec EDS, une acquisition de 13,9 milliards de dollars (9,7 milliards d'euros) pour concurrencer IBM sur ses marchés les plus lucratifs, l'assistance aux sociétés sur le long terme dans la gestion de leurs infrastructures informatiques.

Le premier acte de Hurd à son arrivée en 2005 avait consisté à supprimer presque 15.000 emplois.

Cette fois, la plupart des emplois supprimés concernent des postes au sein d'EDS. Près de la moitié des emplois seront supprimés sur le sol américain. HP affirme que par la suite, la moitié des emplois pourront être recréés, mais les postes seront différents et les affectations au sein de la compagnie.

Dans l'immédiat, la compagnie va licencier des financiers, des spécialistes des ressources humaines et des juristes, des postes qui font double emploi depuis la fusion avec EDS.

Avant l'acquisition, HP comptait 178.000 employés à travers le monde et EDS 142.000, soit un total de 320.000 salariés après fusion. HP attend de ces suppressions d'emplois, à terme, une économie de 1,8 milliard de dollars par an (1,26 milliards d'euros). Mais sur le trimestre en cours, elle constitue une surcharge financière de 1,7 milliards de dollars (1,19 milliard d'euros).

Aussi importantes qu'elles apparaissent, ces réductions d'emplois ne constituent pas un record dans le domaine des hautes technologies. Dans les années 1990, IBM avait licencié plus de 150.000 personnes sur cinq ans, pour faire face à des pertes de près de 16 milliards de dollars qui menaçaient l'existence même de la compagnie.

A la clôture de Wall Street, avant l'annonce du plan de restructuration, l'action HP était en recul de 3,5% à 45,33 dollars dans le sillage d'une séance fortement baissière (le Dow Jones en chute de 4,42%) marquée par la déconfiture de la banque Lehman Brothers. Lors des cotations d'après-clôture, l'action HP remontait de 18 cents à 45,51 dollars.

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.