Hibernum ferme boutique avec des créances de 15M$

Publié le 17/08/2017 à 10:52, mis à jour le 17/08/2017 à 13:41

Hibernum ferme boutique avec des créances de 15M$

Publié le 17/08/2017 à 10:52, mis à jour le 17/08/2017 à 13:41

Par Denis Lalonde

Une photo du jeu La Belle et la Bête: jeu de paires. (Photo: capture d'écran)

Le studio de jeux vidéo Hibernum a supprimé la vaste majorité de ses emplois. Selon des documents de cour obtenus par LesAffaires.com, l'entreprise a accumulé des créances de plus de 15 millions de dollars. Le syndic nommé au dossier est Raymond Chabot inc.


L'entreprise déposera sous peu un avis d'intention de faire une proposition à ses créanciers en vertu de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. Les documents qui doivent être remis aux créanciers n'ont pas encore été finalisés.


Dans un bref communiqué, la direction de l'entreprise dit vouloir restructurer ses activités afin de «pallier un manque de liquidités, garantir une transition vers de nouveaux emplois à son personnel et vendre certains de ses projets».


«Depuis plusieurs semaines, la direction déploie tous les efforts nécessaires pour réorganiser la compagnie de manière ordonnée afin de préserver ses projets porteurs et une partie de ses activités, compte tenu de résultats inférieurs aux attentes pour certains projets et à la suite des changements dans le marché du jeu mobile», précise le communiqué.


Une première foire à l’emploi aura lieu cette semaine, dans les bureaux d'Hibernum, pour permettre à divers studios d’embaucher le personnel touché par la restructuration.


«Nous avons appuyé cette entreprise créative depuis 2014. Nous avons investi 5M$ en capital-actions à partir de nos fonds propres. Nous sommes désolés pour les employés», a déclaré la porte-parole d'Investissement Québec, Chantal Corbeil. Au moment de l'investissement, Hibernum comptait 155 employés et souhaitait atteindre 300 employés d'ici 2016, une situation qui ne se sera finalement pas produite. 


Le nouveau président et chef de la direction de Frima Studio, Martin Carrier, s'est dit peiné pour son ami Frédérick Faubert, qui a fondé Hibernum en 2005. «C'est un drôle de contraste. J'annonce que je me joins à Frima (annonce survenue hier), mais des collègues et amis ferment boutique. Ma nomination prend une saveur aigre-douce», dit-il.


Ce dernier soutient que cela illustre que l'industrie du jeu vidéo, même en bonne santé, demeure excessivement compétitive. 


Hibernum se spécialisait dans le développement de jeux mobile, entre autres pour des franchises de Disney La Belle et la Bête et Zootopia. La société concevait aussi des titres en partenariat avec Ubisoft, WB Games et Eidos Montréal, notamment.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Start-up: Panache Ventures lance un premier fonds de 25M$

07/03/2018 | Denis Lalonde

500 Startups Canada a un successeur en Panache Ventures, qui vient de lancer un fonds de 25 millions de dollars.

«Nous sommes à l’âge de pierre de la technologie »

BLOGUE. Le statu quo n’est pas une option. Les entreprises doivent commencer à se pencher sur leur transformation ...

À la une

Vidéo: trois titres boursiers insensibles aux hausses de taux d'intérêt

21/04/2018 | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. Steve Bélisle fait le point sur les titres de Diageo, ServiceMaster et Marsh & McLennan.

Le lobby ukrainien à Ottawa nuit-il au commerce avec la Russie?

21/04/2018 | François Normand

ANALYSE - La politique étrangère du Canada est déjà sous influence, selon des spécialistes. Le commerce est-il à risque?

«Les géants de la Silicon Valley nuisent à l'innovation»

21/04/2018 | Diane Bérard

ENTREVUE. Nicholas Thompson, rédacteur en chef du magazine Wired, dépeint la Silicon Valley et ses contradictions.