Hibernum ferme boutique avec des créances de 15M$

Publié le 17/08/2017 à 10:52, mis à jour le 17/08/2017 à 13:41

Hibernum ferme boutique avec des créances de 15M$

Publié le 17/08/2017 à 10:52, mis à jour le 17/08/2017 à 13:41

Par Denis Lalonde

Une photo du jeu La Belle et la Bête: jeu de paires. (Photo: capture d'écran)

Le studio de jeux vidéo Hibernum a supprimé la vaste majorité de ses emplois. Selon des documents de cour obtenus par LesAffaires.com, l'entreprise a accumulé des créances de plus de 15 millions de dollars. Le syndic nommé au dossier est Raymond Chabot inc.


L'entreprise déposera sous peu un avis d'intention de faire une proposition à ses créanciers en vertu de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. Les documents qui doivent être remis aux créanciers n'ont pas encore été finalisés.


Dans un bref communiqué, la direction de l'entreprise dit vouloir restructurer ses activités afin de «pallier un manque de liquidités, garantir une transition vers de nouveaux emplois à son personnel et vendre certains de ses projets».


«Depuis plusieurs semaines, la direction déploie tous les efforts nécessaires pour réorganiser la compagnie de manière ordonnée afin de préserver ses projets porteurs et une partie de ses activités, compte tenu de résultats inférieurs aux attentes pour certains projets et à la suite des changements dans le marché du jeu mobile», précise le communiqué.


Une première foire à l’emploi aura lieu cette semaine, dans les bureaux d'Hibernum, pour permettre à divers studios d’embaucher le personnel touché par la restructuration.


«Nous avons appuyé cette entreprise créative depuis 2014. Nous avons investi 5M$ en capital-actions à partir de nos fonds propres. Nous sommes désolés pour les employés», a déclaré la porte-parole d'Investissement Québec, Chantal Corbeil. Au moment de l'investissement, Hibernum comptait 155 employés et souhaitait atteindre 300 employés d'ici 2016, une situation qui ne se sera finalement pas produite. 


Le nouveau président et chef de la direction de Frima Studio, Martin Carrier, s'est dit peiné pour son ami Frédérick Faubert, qui a fondé Hibernum en 2005. «C'est un drôle de contraste. J'annonce que je me joins à Frima (annonce survenue hier), mais des collègues et amis ferment boutique. Ma nomination prend une saveur aigre-douce», dit-il.


Ce dernier soutient que cela illustre que l'industrie du jeu vidéo, même en bonne santé, demeure excessivement compétitive. 


Hibernum se spécialisait dans le développement de jeux mobile, entre autres pour des franchises de Disney La Belle et la Bête et Zootopia. La société concevait aussi des titres en partenariat avec Ubisoft, WB Games et Eidos Montréal, notamment.


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

Supergrappes: les gagnants connus à la mi-février

18/01/2018 | Denis Lalonde

Des neuf supergrappes finalistes, deux proviennent du Québec.

Spiria réalise une deuxième acquisition en quatre mois

12/01/2018 | Denis Lalonde

La société à croissance rapide réalise une deuxième acquisition en quatre mois, cette fois à Toronto.

À la une

Le marché du carbone favorise les entreprises québécoises

18/01/2018 | François Normand

«À terme, le marché du carbone rendra les entreprises du Québec plus compétitives.»

La Cage: les points forts de l’assemblée, l’action grimpe de 16%

Le bénéfice a crû de 20% au premier trimestre et Sportcene devrait renouer avec sa rentabilité de 2014 bientôt.

Supergrappes: les gagnants connus à la mi-février

18/01/2018 | Denis Lalonde

Des neuf supergrappes finalistes, deux proviennent du Québec.