Google se dit prête à payer davantage d'impôts à l'étranger, moins aux États-Unis

Publié le 28/06/2019 à 10:18

Google se dit prête à payer davantage d'impôts à l'étranger, moins aux États-Unis

Publié le 28/06/2019 à 10:18

Par AFP
La façade d'un bureau de Google aux États-Unis.

(Photo: 123RF)

Google s'est déclaré jeudi favorable à un accord international prévoyant que les multinationales paient davantage d'impôts dans les pays où elles génèrent leur chiffre d'affaires plutôt que principalement dans leur pays d'origine.

«Nous soutenons le mouvement pour un nouveau dispositif international et global encadrant la façon dont sont taxées les multinationales», écrit Karan Bhatia, un haut responsable du géant américain, dans un blogue.

«L'impôt sur les sociétés est un moyen important pour les entreprises d'apporter leur contribution aux pays et aux communautés dans lesquels elles font des affaires, et nous aimerions voir un environnement fiscal que les gens considèrent raisonnable et approprié», ajoute-t-il.

Les pays du G20 sont réunis ce week-end au Japon. Plusieurs de leurs ministres des Finances s'étaient réunis début juin pour poser les bases d'un accord sur la taxation internationale des géants du numérique.

La France, en dépit de l'opposition des États-Unis, entend mettre en place sa propre taxe Gafa (acronyme pour Google, Amazon, Facebook et Apple) pour taxer les activités numériques qui «créent de la valeur grâce aux internautes français».

Google a souligné qu'une telle évolution de la taxation signifierait que les géants de la Silicon Valley paieront moins d'impôts aux États-Unis et davantage ailleurs. Son taux d'imposition mondial ressort à 23% en moyenne sur les dix dernières années, principalement aux États-Unis, soit en ligne avec les 23,7% des pays de l'OCDE.

«Nous ne sommes pas les seuls à payer la majeure partie de notre impôt sur les sociétés dans notre pays d'origine», relève Karan Bhatia.

Mais sans accord international en la matière, estime-t-il, «des pays pourraient imposer des taxes unilatérales discriminatoires à des entreprises étrangères dans différents secteurs».

«Nous observons en effet déjà ce genre de problèmes dans des propositions qui ont été faites», poursuit le dirigeant de Google. Cela «élèverait de nouvelles barrières commerciales, ralentirait les investissements internationaux et nuirait à la croissance économique».


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Pixelbook Go: Google invente un portable d'entrée de gamme de luxe

11/11/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. Pour peu que le budget ne soit pas une barrière à l’achat, ce portable est plutôt séduisant.

Google achète Fitbit

01/11/2019 | Denis Lalonde

Google, filiale d’Alphabet, a déposé une offre de 2,1 milliards de dollars américains pour acquérir Fitbit.

À la une

Disney+ fait mieux que prévu avec 10 millions d'abonnés pour son lancement

16:13 | AFP

Disney a dépassé les attentes en affirmant mercredi avoir attiré 10 millions d'abonnés à sa plateforme Disney+.

Les PME et l'innovation: pas que des mauvaises nouvelles

La présidente-directrice générale de QuébecInnove, Isabelle Foisy, répond à une chronique d'Olivier Schmouker.

Au Québec, 2 PME sur 3 tournent le dos à l'innovation!

12/11/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. C'est l'avenir socioéconomique du Québec qui est ainsi mis en péril, selon une étude fracassante...