Google lance un laboratoire en ligne pour «former des journalistes»

Publié le 23/06/2015 à 10:10

Google lance un laboratoire en ligne pour «former des journalistes»

Publié le 23/06/2015 à 10:10

Par AFP

(Photo: LesAffaires.com)

Google a lancé lundi un laboratoire en ligne pour aider les journalistes à étoffer leurs compétences à l'âge d'internet en les formant aux différentes applications du géant américain.

«Nous proposons de nombreux outils qui peuvent être utilisés dans les salles de rédaction pour faire des reportages et rédiger des articles», a déclaré le directeur de ce nouveau «News Lab», Steve Grove, citant notamment le site de cartographie Google Maps ou l'agrégateur de données démographiques Fusion Tables.

«À présent, les journalistes à travers le monde ont accès à des modes d'emplois pour ces produits», a précisé le responsable dans un blogue publié par Google (NASDAQ: GOOG). 

Sur ce nouveau site (newslab.withgoogle.com), les journalistes peuvent également recevoir des formations en recherche de données ou en techniques de reportage, indique le blogue.

Selon Google, le projet a une dimension internationale avec le recrutement d'équipes en France, Grande-Bretagne, Allemagne et États-Unis.

Cette annonce intervient peu après le lancement par Apple d'une application dédiée à l'actualité sur son système d'exploitation iOS9, qui pourrait faire de lui un concurrent direct de Google. 

Le géant de Cupertino (Californie) a choisi d'embaucher des journalistes expérimentés pour gérer son application consacrée aux informations, contrairement à ses concurrents qui s'appuient sur des algorithmes.

À la une

COVID-19 : François Legault demande quatre semaines d'efforts de plus

Mis à jour à 17:50 | Denis Lalonde

Le Défi 28 jours devient un «Défi 56 jours».

On a testé l'iPad Air d'Apple

Apple lance un nouvel iPad Air cet automne. On l'a mis à l'essai. Voici ce qu'on en pense.

Facebook met un pied dans le monde du jeu vidéo à la demande

15:41 | AFP

«Nous débutons avec des jeux mobiles développés spécifiquement pour les téléphones intelligents», explique-t-on.