François Dion nommé PDG de l'année AQT-Investissement Québec 2019

Publié le 25/02/2019 à 14:53

François Dion nommé PDG de l'année AQT-Investissement Québec 2019

Publié le 25/02/2019 à 14:53

Par Denis Lalonde
Le PDG de Levio, François Dion.

Le PDG de Levio, François Dion. (Photo: Association québécoise des technologies)

Pour sa 17e édition, le gala PDG de l’année AQT-Investissement Québec a couronné François Dion, PDG de la société québécoise Levio.

Fondée en janvier 2014, la société compte aujourd’hui 550 employés, dont 500 à temps plein, à ses bureaux de Québec, Montréal, Toronto et Chicago.

«J’étais à l’emploi d’une multinationale américaine (Société conseil Groupe LGS) et j’ai eu l’appel entrepreneurial. J’ai décidé de me sortir de ma zone de confort en fondant Levio, avec pour premier client Desjardins Assurances», dit-il.

M. Dion dit avoir voulu démarrer une entreprise spécialisée dans la transformation des organisations. «Oui, on voulait faire de la transformation numérique, mais aussi de la transformation au sens large», raconte-t-il.

Le dirigeant cite en exemple son premier client, Desjardins, qui a fait appel à ses services après avoir bouclé l’acquisition de State Farm, alors la plus grande mutuelle d’assurances américaines. 

«On a livré le projet. Par la suite, graduellement, Desjardins m’a confié plus de responsabilités. En parallèle, on a aussi bâti l’entreprise en allant chercher de nouveaux clients un à un», dit-il.

M. Dion soutient que Levio se distingue par son offre de partage de risques avec ses clients. «Ça peut être, par exemple, un risque d’exécution. Si un projet entraîne des dépassements de coûts, nous allons en partager la responsabilité avec notre client, jusqu’à sa livraison. Une fois le projet livré, on en partage les bénéfices», explique-t-il.

Le dirigeant soutient que ce modèle d’affaires vient de la confiance de Levio à pouvoir livrer les mandats qui lui sont confiés.

Levio veut doubler de taille en deux ans

À ce jour, Levio compte 125 clients, dont le gouvernement du Québec (CSST, SAAQ, RAMQ), La Capitale, Hydro-Québec, Morneau Shepell et Filgo.

Avec un chiffre d’affaires de 50 millions de dollars (M$) en 2018, l’entreprise souhaite doubler de taille d’ici la fin de 2020. L’objectif est donc d’atteindre 1000 employés et des revenus annuels de 100M$ d’ici là. 

«Nous avons failli réaliser une acquisition aux États-Unis en 2018, mais nous avons préféré nous retirer du dossier avant de conclure la transaction. Nous poursuivons nos recherches et espérons pouvoir finaliser une acquisition cette année. Toutefois, nous ne sommes pas des kamikazes et nous cherchons avant tout une entreprise rentable», dit M. Dion.

Si Levio gère surtout des dossiers de transformation numérique dans les secteurs de l’assurance, des services financiers et des services gouvernementaux, la société souhaite aussi explorer d’autres industries pour faciliter sa croissance, dont l’énergie, le commerce de détail et le transport. 

Le Prix PDG de l’année AQT-Investissement Québec est remis chaque année à un président ou une présidente d’entreprise techno qui s’est démarqué par son leadership et sa contribution au rayonnement de l’industrie québécoise. Cette année, M. Dion a été préféré à Katie Bussières, PDG de Nubik, et à Martin Roy, PDG de Christie Innomed

C’est la 3e année de suite que le lauréat du prix dirige une entreprise de Québec. Louis Roy, PDG d’Optel, avait remporté le prix en 2017 alors que Martin Thériault, Président d’Eddyfi, avait fait de même l’an dernier.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...