É-U: un chauffeur Uber condamné à la prison à vie pour le meurtre de six personnes

Publié le 05/02/2019 à 14:53

É-U: un chauffeur Uber condamné à la prison à vie pour le meurtre de six personnes

Publié le 05/02/2019 à 14:53

Par AFP
L'application Uber sur un écran de téléphone intelligent.

(Photo: Getty)

Un chauffeur Uber américain ayant tué six personnes dans le Michigan en février 2016 lors d'une série de fusillades a été condamné mardi à la prison à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle. 

Jason Dalton, 48 ans, a semé la mort le 20 février 2016 dans la ville de Kalamazoo, à 240km à l'ouest de Detroit, tirant sur des personnes choisies semble-t-il au hasard en plusieurs endroits. Entre chaque fusillade -trois en cinq heures-, il avait transporté des clients d'Uber. 

Alors que son procès venait de commencer début janvier, il avait créé la surprise en plaidant coupable de six chefs d'inculpation pour meurtre, deux pour tentative de meurtre -deux personnes ont également été blessées- et huit liés à l'utilisation d'une arme à feu pendant un crime.

«Lorsque vous tiriez sur mon fils, et que les neuf balles transperçaient son corps alors qu'il était en train de mourir par terre, est-ce que vous pensiez à votre fils?», l'a interpellé au tribunal Laurie Smith, qui a perdu son fils de 17 ans et son mari.

«Qu'est-ce qui vous donne le droit de détruire non seulement ma famille, mais aussi la votre, et celle de toutes les autres familles innocentes?», a-t-elle encore demandé à Jason Dalton, resté impassible, enfoncé dans sa chaise. 

M. Dalton a tué une mère de famille de 25 ans qui protégeait un groupe d'enfants, puis un père et son fils dans un concessionnaire automobile et ensuite quatre personnes âgées sur le parking d'un restaurant. 

Marié et père de deux enfants, il n'a publiquement donné aucune explication pour son geste. Selon la presse américaine, il aurait affirmé à la police que l'application Uber avait pris le contrôle de son «esprit et (de son) corps» en lui disant où se rendre pour tirer sur des passants.

Selon une porte-parole d'Uber, Brooke Anderson, il travaillait pour l'application depuis un peu plus d'une semaine avant de commettre ses crimes, et avait passé avec succès les tests préalables. 

«Aucune vérification d'antécédent» n'aurait pu éviter le drame, «parce qu'il n'avait pas de casier judiciaire», a-t-elle dit à l'AFP. 

Le juge chargé de l'affaire a déclaré que le motif de ces meurtres ne serait «connu que de lui et de notre créateur».

Lorsque qu'il lui avait demandé début janvier s'il plaidait coupable, l'accusé avait répondu: «Oui. Je voulais cela depuis un moment».

Il aurait fait ce choix pour épargner à sa famille et aux familles des victimes l'épreuve d'un procès, selon la station de télévision WOOD, affiliée à la chaîne NBC.


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Uber et Lyft bientôt contraints de requalifier leurs chauffeurs en salariés en Californie

11/09/2019 | AFP

Le parlement de Californie a porté un coup dur aux porte-drapeaux de l'«économie des employés indépendants».

La Californie accorde aux chauffeurs VTC le statut d'employés, une décision historique

11/09/2019 | AFP

«C'est notre travail de nous préoccuper du sort des hommes et des femmes qui travaillent, plutôt que de Wall Street.»

À la une

Medfar veut séduire les médecins de la planète

Édition du 19 Octobre 2019 | Claudine Hébert

PME DE LA SEMAINE. Elle développe la 1ère plateforme de dossier médical électronique infonuagique certifiée du Québec.

Cybersécurité financière: Flare Systems obtient un financement d'amorçage de 1M$

14:30 | Pascal Forget

L'entreprise de cybersécurité financière Flare Systems vient de finaliser une ronde de financement d'amorçage de 1M$.

Cessez de toujours faire plus, faites mieux!

BLOGUE INVITÉ. Un changement d'attitude qui, mine de rien, présente des bienfaits vertigineux...