Crise : Harper est accusé de détourner les fonds publics

Publié le 10/10/2008 à 00:00

Crise : Harper est accusé de détourner les fonds publics

Publié le 10/10/2008 à 00:00

Par La Presse Canadienne
Le chef Stephen Harper a assuré que le plan dévoilé avant l'ouverture des marchés par son ministre des Finances Jim Flaherty ne coûterait rien au trésor public.

"Ce n'est pas un coût pour le gouvernement du Canada", a-t-il insisté lors d'un point de presse dans une usine de Brantford, dans le sud-ouest de l'Ontario.

"C'est une transaction des marchés. C'est parmi plusieurs outils que le gouvernement a. C'est juste pour assurer une liquidité dans les marchés du crédit", a ajouté le premier ministre sortant.

M. Harper se présente depuis le début de la campagne comme le leader le plus apte à tenir la barre _ et les cordons de la bourse_ pendant la tempête.

Il a répété que l'économie canadienne était en bien meilleur état que celles des autres pays du G7 et que ses institutions financières demeuraient solides.

Les mesures de 25 milliards $ visent seulement à permettre la poursuite des activités de crédit comme l'achat de maisons et les investissements des entreprises, a-t-il expliqué.

Le chef conservateur, qui parle depuis des semaines de garder le cap et reproche constamment à son principal adversaire Stéphane Dion d'improviser sa stratégie, a cette fois-ci dû se défendre d'avoir cédé à la panique.

Selon lui, le geste posé par son gouvernement démontre que les conservateurs agissent à l'avance pour régler les problèmes. "Nous n'attendons pas d'être rendu à la crise", a-t-il martelé.

Ce n'est pas ce qu'ont répliqué les chefs des autres partis, qui estiment qu'il était temps que le gouvernement agisse. Mais il faudrait encore prendre plus de mesures, ont-ils argué.

"M. Harper se réveille à la dernière heure, a déclaré le chef libéral Stéphane Dion, qui faisait campagne dans la même ville que son adversaire. Il essaie de nous faire croire que lui, agirait. Il agit simplement parce qu'il y a des élections qui s'en viennent. Il a compris que les Canadiens étaient furieux contre son indifférence et son inaction."

Le chef libéral affirme qu'il faudrait encore protéger les épargnes des retraités, et stimuler le marché de l'emploi, et il s'engage à agir en ce sens s'il est élu.

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a salué les mesures, "mais ça reste insuffisant, parce qu'ici, le problème n'est pas avant tout d'ordre financier, mais c'est bien plutôt dans l'économie réelle, le manufacturier, qui est en récession depuis trois ans maintenant."

Enfin, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jack Layton, a comparé les mesures des conservateurs à de l'improvisation.

En campagne à Toronto, M. Layton a rappelé que lors des débats télévisés, "quand j'ai demandé à M. Harper de prendre conscience de ça, il a nié qu'on a des problèmes. Alors il est en train de fabriquer ses politiques heure par heure, au lieu d'avoir une approche sage et compréhensive."


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

À la une

Medfar veut séduire les médecins de la planète

Édition du 19 Octobre 2019 | Claudine Hébert

PME DE LA SEMAINE. Elle développe la 1ère plateforme de dossier médical électronique infonuagique certifiée du Québec.

Cybersécurité financière: Flare Systems obtient un financement d'amorçage de 1M$

14:30 | Pascal Forget

L'entreprise de cybersécurité financière Flare Systems vient de finaliser une ronde de financement d'amorçage de 1M$.

Cessez de toujours faire plus, faites mieux!

BLOGUE INVITÉ. Un changement d'attitude qui, mine de rien, présente des bienfaits vertigineux...