Créer son infonuagique maison grâce au logiciel libre


Édition du 30 Janvier 2016

Créer son infonuagique maison grâce au logiciel libre


Édition du 30 Janvier 2016

[Photo : Shutterstock]

De plus en plus d'entreprises utilisent le logiciel libre pour développer des solutions privées ou hybrides d'infonuagiques, plutôt que de recourir aux nuages publics proposés par les Google et Microsoft de ce monde.

À lire aussi:
La collaboration à l'ère du logiciel libre
Linagora veut «ubériser» le marché des TI

OpenStack est l'une des solutions libres qui font le plus parler d'elles dans l'infonuagique actuellement. «Si OpenStack tend à s'imposer, c'est en raison d'avantages qui répondent bien aux besoins d'entreprises souhaitant accéder à de l'infrastructure informatique à la demande, rapidement et efficacement», explique Jonathan Le Lous, vice-président au développement des affaires chez Savoir-faire Linux.

Issu en 2010 d'un effort conjoint de la NASA et de l'entreprise américaine Rackspace, spécialisée dans l'hébergement informatique, le projet visait à permettre aux organisations de créer et d'offrir des services infonuagiques en utilisant du matériel standard. L'ensemble des logiciels OpenStack est aujourd'hui sous la gouverne de la Fondation OpenStack.

Le projet a rapidement pris de l'ampleur. Au Canada, des services fondés sur OpenStack sont proposés par OVH, Ericsson et la montréalaise CloudOps, entre autres. Et l'on recense, parmi les utilisateurs, la Banque TD, Ubisoft, l'Université du Québec à Montréal, l'Université Concordia et certains ministères fédéraux et provinciaux. À l'échelle mondiale, la communauté OpenStack réunirait plus de 5 600 membres et 850 entreprises, dont les géants HP, IBM et Cisco.

Les logiciels de la suite OpenStack servent à construire et à gérer des plateformes infonuagiques privées, publiques ou hybrides (une partie du nuage est hébergé sur les serveurs de l'entreprise et une autre sur des serveurs externes).

Au rang des principaux avantages, Jonathan Le Lous nomme d'abord la modularité. «Chacun peut composer son OpenStack en fonction de ses besoins. Cela permet aussi à certains de débuter par une solution très modeste, flexible, et pouvant progresser rapidement en fonction des besoins de l'utilisateur.»

Pour avoir l'esprit en paix

Pierre-Luc Dion est architecte de solutions d'infonuagique chez CloudOps, qui offre des solutions de nuages privés, publics et hybrides aux entreprises. CloudOps propose notamment cloud.ca, un nuage régional privé basé sur CloudStack et OpenStack.

«Dans un nuage régional, le fournisseur est dans la même région que ses clients, héberge les données dans le même pays, parle la même langue que ses clients et les facture dans leur devise, ce qui rassure les utilisateurs, explique Pierre-Luc Dion. Les clients n'ont pas à craindre de voir leurs données se retrouver dans des pays étrangers, ou encore de recevoir une facture en dollars américains alors que la devise canadienne est en chute libre.» Lui-même voit bien des avantages à utiliser le logiciel libre dans l'infonuagique, notamment le fait de pouvoir échanger avec de nombreux développeurs et utilisateurs de ces logiciels. «On ne s'échange pas les secrets au coeur de nos opérations, mais on troque de l'expertise qui permet de faire évoluer les logiciels libres et de prévenir des problèmes», dit-il.

À lire aussi:
La collaboration à l'ère du logiciel libre
Linagora veut «ubériser» le marché des TI

À la une

À surveiller: Open Text, BCE et D2L

09:09 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Open Text, BCE et D2L? Voici quelques recommandations d’analystes.

Investissement Québec renfloue les coffres de Goodfood

L’intervention d’IQ survient à un moment où les finances de la société montréalaise sont sous pression.

Bourse: Toronto évolue dans le rouge à la mi-journée

Mis à jour à 12:02 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS.Wall Street commence la semaine en repli.