Ce que Patrick Pichette et Dennis Kavelman apportent à iNovia

Publié le 13/04/2018 à 06:57

Ce que Patrick Pichette et Dennis Kavelman apportent à iNovia

Publié le 13/04/2018 à 06:57

Par Denis Lalonde

De gauche à droite: Patrick Pichette, Dennis Kavelman et Chris Arsenault. (Photo: iNovia)

L'ex-chef de la direction financière de Google, Patrick Pichette, et Dennis Kavelman, l'ancien directeur de l'exploitation de Research in Motion (devenue BlackBerry), deviennent associés de l'entreprise de capital-risque montréalaise iNovia. Que vont-ils apporter à l'entreprise?

«On a toujours soutenu les entreprises que nous détenons en portefeuille dans leurs phases de croissances. Avec Patrick et Dennis, nous sommes mieux équipés pour aider ces entreprises à grandir», explique Chris Arsenault, associé principal chez iNovia.

Plus important encore, M. Arsenault croit que les deux nouveaux associés agiront comme des «aimants» auprès des entrepreneurs à la recherche de mentorat, ce qui donnera une importante visibilité à iNovia.

«Au Canada, on avait accès à 80% du marché du capital de risque. Il y avait donc un 20% qui nous échappait. Est-ce que Patrick et Dennis vont aider à ce qu'on se rapproche du 100%? Absolument!», affirme M. Arsenault.

iNovia gère 500M$ dans trois fonds et possède des bureaux à Montréal, Toronto, San Francisco et Londres.

Le dirigeant soutient que de plus en plus d'entreprises détenues en portefeuille entrent en phase de croissance, ce qui nécessitait l'arrivée de gestionnaires qui sont «passés par là».

«Faire grossir une entreprise de 200 à 1000 employés, c'est une chose, mais ce n'est rien comparé à ce que Patrick Pichette a vécu chez Google. Au plus fort des embauches, la société embauchait 2000 personnes par trimestre! À chaque lundi matin, il devait ajouter 40 000 pieds carrés de bureaux pour de nouveaux employés à travers le monde. Sans oublier les déménagements d'équipes devenues trop grandes pour leurs locaux. Ces défis de croissance n'ont pas d'équivalent au Canada», raconte-t-il. 

Durant son passage chez Google, de 2008 à 2015, Patrick Pichette a également participé à plus de 200 acquisitions, notamment celles de Motorola Mobility (12,5 milliards $US), Nest (3,2 milliards $US) et Waze (1,3 milliard $US). 

De son côté, Dennis Kavelman a contribué à la croissance de RIM qui est passée de quelques employés à plus de 14 000 dans le monde. Il fut aussi chef de l'exploitation de Desire2Learn et un partenaire fondateur de Creative Destruction Lab (CDL).

Se donner les moyens de ses ambitions

Selon Chris Arsenault, les Canadiens sont très impressionnés lorsqu'une entreprise fait passer son chiffre d'affaires annuel de 10M$ à 100M$. «Mais a-t-on des dirigeants assez confiants et ambitieux pour viser le milliard de dollars? Ça serait le fun de créer une entreprise à succès comme Google au Canada», dit-il. 

L'investisseur estime que le Québec et le Canada ont un important bassin de talent et des capitaux en grande quantité. Avec l'arrivée de MM. Pichette et Kavelman, iNovia veut se donner les moyens de ses ambitions pour mieux guider ses entreprises qui entrent dans une phase de croissance.

iNovia détient des participations dans des entreprises comme Busbud, Lightspeed, AppDirect, Clearpath Robotics, Top Hat et WorkFusion. Elle était également actionnaire de Luxury Retreats, achetée en février 2017 par la société américaine Airbnb pour un montant de 392 millions de dollars canadiens.

Des rumeurs laissent entendre qu'iNovia serait en pourparlers pour créer un nouveau fonds de 500M$, ce qui permettrait à la société de 22 employés d'atteindre le milliard de dollars d'actifs sous gestion. M. Arsenault n'a ni confirmé, ni infirmé la nouvelle, y allant d'un «pas de commentaire». 

Le dirigeant n'a pas précisé combien MM. Pichette et Kavelman ont investi dans iNovia pour devenir associés, invoquant des clauses de confidentialité.

À la une

La partie n'est pas encore gagnée pour Saputo

10:53 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Il est un peu tôt pour affirmer que la faiblesse du titre de Saputo est maintenant chose du passé.

Un bon test pour mesurer la qualité de vos entreprises

EXPERT INVITÉ. Une façon simple de mesurer la qualité d’une entreprise est de consulter l’évolution de son titre.

Bourse: la Bourse de Toronto en baisse de plus de 250 points à mi-séance

Mis à jour il y a 2 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York évolue dans le rouge.