Bernard Mooney : autre dur coup pour le TSX

Publié le 26/11/2008 à 00:00

Bernard Mooney : autre dur coup pour le TSX

Publié le 26/11/2008 à 00:00

La plus importante société de télécommunications au Canada a annoncé ce matin que selon KPMG elle ne répond pas aux critères de solvabilité établis pour concrétiser sa privatisation. La date ultime est le 11 décembre.

C’est le plus récent événement dans ce qu’on peut appeler la saga BCE.

Depuis que Teachers' Private Capital, la division d'investissement privé du Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario, Providence Equity Partners Inc. et Madison Dearborn Partners, LLC ont lancé leur offre de 35 milliards de dollars (G$), soit 42,75 $ par action, pour privatiser BCE en juin 2007, la transaction a rencontré de nombreux obstacles.

Le contexte financier et économique a tellement changé en 17 mois qu’on peut se demander si la privatisation est encore sensée. En fait, on pouvait la metttre en doute dès ses débuts.

S’endetter jusqu’aux oreilles pour acheter une société médiocre comme BCE est, en principe, une idée difficile à défendre. C’est encore plus vrai dans un contexte de ralentissement économique où le crédit est rare, voire disparu.

L’évaluation de KPMG donne aux institutions comme Citigroup, Deutsche Bank et Royal Bank of Scotland qui fournissent le financement le prétexte en or pour sortir de cette transaction dangereuse et d’éviter un autre désastre.

Soudainement, le Canada n’est plus la terre promise de la finance…..

RÉAGIR À CE BLOGUE

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.