Apple monte à Wall Street alors que son patron assure ne pas être ciblé par la Chine

Publié le 05/06/2019 à 12:09

Apple monte à Wall Street alors que son patron assure ne pas être ciblé par la Chine

Publié le 05/06/2019 à 12:09

Par AFP
Le PDG d'Apple, Tim Cook.

Le PDG d'Apple, Tim Cook. (Photo: Getty Images)

Apple s'appréciait vivement à Wall Street mercredi alors que son patron, Tim Cook, a affirmé que le géant informatique américain n'était pas particulièrement ciblé par Pékin malgré la montée des tensions commerciales sino-américaines.

L'action du groupe s'appréciait de 1,81%, à 182,89 dollars, en fin de matinée alors même que l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, était près de l'équilibre.

«Les Chinois n'ont absolument pas visé Apple et, pour être honnête, je ne pense pas qu'ils vont le faire», a déclaré Tim Cook dans une interview sur la chaîne américaine CBS mardi soir.

«Nous avons une entreprise en Chine depuis longtemps» et «je pense qu'il y a un certain respect des deux côtés», a souligné le dirigeant. S'il est impossible d'écarter totalement la possibilité que la Chine mette en oeuvre des mesures de rétorsion, «je ne l'anticipe pas», a-t-il répété.

Et même si Pékin décidait par exemple d'appliquer une taxe douanière de 25% sur l'iPhone, il faut se rappeler que l'appareil «est fabriqué un peu partout» et qu'en conséquence, «une taxe à l'importation sur l'iPhone affecterait tous (les) pays» par où transitent des éléments, «et en premier lieu celui qui l'imposerait», a relevé M. Cook.

Apple est fortement dépendant de la Chine, où il fabrique une partie de ses appareils et où il écoule des millions d'iPhone chaque trimestre. 

Et au moment où Washington s'attaque frontalement au géant des télécommunications chinois Huawei, l'entreprise californienne pourrait devenir une cible logique pour Pékin. 

Mais la taille d'Apple, son image de marque et les années passées à entretenir des relations commerciales avec la Chine semblent pour l'instant le prémunir de représailles directes.

Et si le fabricant de l'iPhone connaît certes depuis quelques mois un repli de son chiffre d'affaires en Chine (10,2 milliards de dollars sur les trois premiers mois de l'année contre 13 milliards un an plus tôt), ce ralentissement est, selon plusieurs analystes, dû au ralentissement économique dans le pays plutôt qu'à la guerre commerciale.

Alors que les géants technologiques américains sont de plus en plus critiqués pour leur omniprésence et que certains responsables politiques appellent même à leur démantèlement, le patron de la marque à la pomme a par ailleurs asséné qu'Apple n'était «pas un monopole».

«Il est normal qu'on fasse l'objet de l'attention» des autorités, a-t-il estimé. Mais «nous n'avons aucune position dominante» sur les secteurs où le groupe est présent, a-t-il ajouté.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

À la une

Les Pêcheries MJM reçoit 1,5M$ de la FTQ

Il y a 39 minutes | Anne-Marie Luca

PME DE LA SEMAINE. Grâce au financement, Les Pêcheries MJM se lance dans la pêche au crabe des neiges.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

10:49 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».

La PME lavalloise Croesus acquiert softTarget

11:47 | Pascal Forget

La société de solutions en gestion de patrimoine financier Croesus acquiert softTarget et sa solution iBalance