Amazon ou achat local, le grand dilemme des Québécois

Publié le 03/10/2016 à 10:00

Amazon ou achat local, le grand dilemme des Québécois

Publié le 03/10/2016 à 10:00

(Photo: iStock)

Près d’un Québécois sur deux (49%) a acheté un produit sur le site américain Amazon en 2016, révèle un sondage réalisé par la firme L’Observateur pour le compte du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD).


«Ce n’est pas une bonne nouvelle, dit Léopold Turgeon, président-directeur général du CQCD. Les commerces comme Amazon ou eBay ne créent pas d’emplois ici, ne contribuent pas à l’économie québécoise et la majorité d’entre elles ne facturent pas les taxes.» Au cours de la dernière année, le Conseil a d’ailleurs régulièrement mis en relief les conditions «inéquitables» du commerce transfrontalier.


Paradoxalement, malgré la popularité des géants du commerce en ligne comme Amazon, 64% des consommateurs sondés affirment toujours ou souvent favoriser un détaillant québécois lors d’un achat. «Ils sont conscients d’acheter à l’étranger, mais ce n’est pour eux qu’un mode de consommation parmi d’autres», dit le sondeur Jacques Pelletier, président du conseil d’administration de L’Observateur.


Une tendance galopante


Les Québécois sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à faire leurs emplettes en ligne: 82% des consommateurs sondés ont réalisé au moins un achat sur Internet au cours des 12 derniers mois, une proportion considérablement plus élevée que celle mesurée en début d’année (65%), selon l’étude. Précisons que le sondage a été réalisé auprès de 1030 internautes, une communauté déjà familière avec les technologies. 


Sans surprise, les bas prix (83%) et les rabais (73%) sont les principaux facteurs facilitant l’achat en ligne, indique le sondage.


S’ils ne renoncent pas pour autant à se rendre dans les commerces avec pignon sur rue, Internet n’est jamais loin dans les comportements d’achat. Ainsi, 84% des consommateurs effectuent des recherches en ligne sur le produit convoité avant de se rendre au magasin. Et près des trois-quarts (71%) comparent les prix sur Internet au moyen d’un appareil mobile lorsqu’ils sont dans le magasin.


«Ça démontre une fois de plus qu’il est essentiel que les détaillants soient présents sur Internet et qu’ils s’approprient toutes les technologies permettant de rejoindre leur communauté.» Si la majorité des grands joueurs québécois du commerce de détail brassent déjà des affaires en ligne, il en va autrement des plus petits, ajoute Léopold Turgeon. Selon lui, ces PME manquent notamment de moyens, de temps et de stratégies de commercialisation pour entreprendre leur virage numérique.


L'omnicanal domine 


Pour Jacques Pelletier, de L’Observateur, le sondage met en lumière l’engouement des consommateurs pour les expériences d’achat «omnicanaux», où le mot clé est la complémentarité. D’ailleurs, 72% des répondants estiment important de se rendre en magasin afin d’essayer le produit convoité, tandis que 66% apprécient sa disponibilité immédiate.


«Le service à la clientèle ainsi que le contact avec le personnel – qui représentent respectivement 50% et 36% des incitations à se déplacer en magasin – sont également importants pour les consommateurs, souligne M. Pelletier. Il y aura toujours des gens pour qui le contact humain est essentiel à la transaction.»


Méthodologie


Les résultats proviennent d’un sondage réalisé auprès de 1030 internautes – sur 8000 personnes invitées à y participer – du 15 au 30 août 2016. Les résultats ont été pondérés afin de réfléter un équilibre hommes-femmes.


Fréquence moyenne d’achat en ligne: 11 fois par an


Facteurs facilitant beaucoup l’achat en ligne :



  • Prix: 83%

  • Rabais: 73%

  • Choix et variété: 64%

  • Recherche en ligne: 60%

  • Achat possible 24h: 50%

  • Réputation de l’entreprise: 44%

  • Expérience d’achat: 32% 


Nature des achats sur Internet



  • Voyages: 69%

  • Produits de divertissement: 67%

  • Vêtements et accessoires mode: 62%

  • Articles électroniques: 55%

  • Produits informatiques: 45%

  • Produits alimentaires: 19%

  • Articles pour la photographie: 12%

  • Articles pour la rénovation: 10%

  • Meubles: 9%

  • Électroménagers: 7%

  • Véhicules et bateaux: 6%

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Les choses ont bien changé durant la dernière décennie

BLOGUE INVITÉ. Le 9 mars 2009, le S&P 500 a atteint un creux de 676,53. 10 ans plus tard, les temps ont changé.

Réflexion sur ce qu'il ne faut pas faire en Bourse

BLOGUE INVITÉ. Obtenir un bon rendement repose d'abord sur l'évitement de ce qui peut saccager votre portefeuille!

À la une

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.

Manufacturier 4.0: le retard du Québec menace les exportations

Deloitte propose diverses stratégies pour accélérer la transformation des entreprises en manufacturiers intelligents.

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et la Chine.