Amazon, Apple et Google veulent faire parler la même langue aux équipements de maison

Publié le 18/12/2019 à 11:53

Amazon, Apple et Google veulent faire parler la même langue aux équipements de maison

Publié le 18/12/2019 à 11:53

Par AFP
Un appareil Amazon Echo.

Les appareils d'Amazon pourraient bientôt pouvoir communiquer avec ceux d'Apple. (Photo: 123RF)

Alexa, l'assistant numérique d'Amazon, devrait bientôt pouvoir discuter avec Siri, celui d'Apple: c'est en tout cas l'objectif de l'alliance annoncée mercredi par trois géants de la tech (Amazon, Apple, Google) et la fondation Zigbee Alliance.

Ce partenariat doit permettre la création d'une nouvelle norme pour que les équipements de maison connectés puissent parler la même langue.

Cette norme «libre de droits doit accroître la compatibilité entre équipements de la maison intelligents avec la sécurité comme priorité», soulignent les partenaires dans un communiqué commun.

Le nouveau groupe de travail doit permettre d'unifier la grande variété de normes qui existent aujourd'hui.

Leur projet a pour but «d'améliorer l'expérience des consommateurs qui, pour l'heure, essayent d'utiliser ces équipements intelligents qui ne sont pas compatibles entre eux», déclarent les parties prenantes. 

«Nous pensons que ce nouveau protocole pourra être adopté très largement par différents systèmes ainsi que les assistants numériques», ajoutent-elles.

La fondation Zigbee Alliance, qui se joint au projet, avait été créée en 2002 par des grandes marques comme Samsung, Ikea, Legrand ou le distributeur Kroger pour mettre en place une norme universelle pour les équipements intelligents qu'ils produisent ou vendent.

 

Marché en pleine expansion

Des enceintes à commande vocale aux ampoules intelligentes en passant par les sonnettes connectées, les «smart device» ont investi de plus en plus de foyers au cours des dernières années.

Selon des chiffres publiés en septembre par le cabinet IDC, le marché des équipements connectés pour la maison devrait progresser de 23,5% en 2019, avec 815 millions d'objets vendus. Ce chiffre pourrait s'élever à 1,39 milliard en 2023.

Mais la profusion des normes restreint les possibilités pour les développeurs et le grand public, souvent contraints à se limiter à une seule marque ou à faire des mises à jour constantes de leurs produits. Un obstacle auquel le nouveau partenariat, intitulé «Project Connected Home over IP», se propose de remédier.

«Les développeurs et les consommateurs vont bénéficier de cette nouvelle norme universelle de compatibilité pour les équipements de maison connectés», notent Nick Sathe et Grant Erickson de Google Nest, la division d'objets connectés du géant californien.

«Pour les développeurs, cela simplifie le développement des produits et réduit les coûts en leur donnant une norme pour fabriquer leurs produits. Vous aurez ensuite la capacité de choisir comment vous voulez contrôler vos foyers, quelle que soit la technologie que vous choisissez», ajoutent les deux ingénieurs.

Selon la nouvelle alliance, un projet de spécification pour une norme libre de droits devrait être publié fin 2020.

L'initiative est annoncée à quelques semaines de l'ouverture du Consumer Electronics Show, le plus important rendez-vous mondial de l'électronique grand public, qui aura lieu à Las Vegas début janvier. Des entreprises de la tech y auront l'occasion de présenter leurs dernières inventions dans le domaine des équipements connectés.

 

Vie privée

Pour Avi Greengart, du cabinet Techsponential, l'alliance représente une avancée louable, mais il est loin d'être certain que les nombreux fabricants d'équipements connectés l’accueillent avec enthousiasme.

«Je suis optimiste car c'est une bonne idée, mais je suis sceptique car les bonnes idées n'ont pas toujours un impact sur le marché», note le spécialiste. 

Le secteur est «vraiment fragmenté. Un partenariat entre plusieurs des grands noms de l'internet des objets et de la domotique va dans le bon sens, mais le facteur-clef sera sa mise en oeuvre», ajoute M. Greengart.

Selon lui, la présence d'Apple suggère que le respect de la vie privée sera au centre des nouvelles normes pour les équipements connectés. 

«Si Apple soutient ce projet, il est probable qu'il puisse être appliqué de manière fiable. La sécurité et le respect de la vie privée sont les préoccupations numéro un de ces entreprises», juge M. Greengart.

À suivre dans cette section


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Jeff Bezos lance un fonds pour la terre de 10 G$

Mis à jour le 18/02/2020 | AFP

Les premières subventions à des chercheurs, militants et ONG seront attribuées cet été.

Un peu d'argent de poche pour Jeff Bezos

11/02/2020 | Denis Lalonde

Le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a récemment vendu 2 millions d’actions de l’entreprise, ce qui lui a rapporté 4,1G$US.

À la une

L'intelligence artificielle canadienne pour traquer le coronavirus

Il y a 3 minutes | AFP

«La machine cherche des aiguilles dans une botte de foin et les présente aux experts humains»

Hypothèques: Ottawa ajuste le taux de référence de la simulation de crise

Il y a 12 minutes | La Presse Canadienne

«Cela garantira que les gens ne s'engagent que dans des prêts hypothécaires adaptés à leur situation.»

Début d'un procès à 9 milliards de dollars entre Facebook et le fisc américain

Il y a 0 minutes | AFP

Le jugement pourrait marquer un précédent.