Alibaba résiste à l'essoufflement de l'économie chinoise

Publié le 27/10/2015 à 10:49

Alibaba résiste à l'essoufflement de l'économie chinoise

Publié le 27/10/2015 à 10:49

Par AFP

(Photo: Bloomberg)

Bravant le ralentissement de l'économie de la Chine, le chiffre d'affaires du numéro un de la vente sur internet dans le pays Alibaba a progressé de près d'un tiers de juillet à septembre, ravissant Wall Street où le titre s'envolait.

En matinée, le titre bondissait de 6,75% à 81,50 dollars à New York, où le groupe avait réalisé la plus grosse entrée en Bourse de l'Histoire en 2014.

Les ventes réalisées par le groupe au deuxième trimestre de son exercice décalé ont progressé de 32% par rapport à la même époque l'an dernier pour atteindre 3,49 milliards de dollars, s'affichant au-delà des attentes des analystes. 

Le volume total des biens échangés sur les plates-formes d'Alibaba s'est pour sa part élevé à 112 milliards de dollars, en hausse de 28% par rapport à l'an dernier. 

Certains craignaient que le ralentissement de la croissance chinoise, qui a enregistré au troisième trimestre sa pire performance depuis la crise financière de 2009, entrave l'activité de l'entreprise.

«Les revers temporaires en termes macroéconomiques ne vont pas affecter fondamentalement les modèles de consommation» en Chine, a toutefois estimé le vice-président exécutif d'Alibaba Joe Tsai, lors d'une conférence téléphonique avec les analystes. 

La consommation ne représente que 37% de l'économie du pays, là où elle constitue plus de 60% dans les pays développés, laissant une large marge de progression, a-t-il fait valoir. 

Le salaire des Chinois «augmente de plus de 10% par an depuis plusieurs années» et «le taux d'épargne est élevé», a-t-il ajouté: les consommateurs ont de l'argent à dépenser.

Pour profiter à fond du «jour des célibataires» organisé le 11 novembre, où sont proposés des soldes monstres, «tous les participants, les commerçants, les fournisseurs de service, se préparent», a assuré le directeur opérationnel Daniel Zhang, en ne souhaitant pas donner d'objectifs chiffrés.

Progression du mobile 

Le nombre d'utilisateurs a grimpé au cours du trimestre à 386 millions, contre 307 millions fin septembre 2014.

Au-delà des grands centres urbains, Alibaba «continue de développer le commerce dans des petites villes et dans les zones rurales», en ajoutant par exemple 4000 villages au cours du trimestre aux zones où le groupe effectue des livraisons, souligne-t-il dans un communiqué. 

Les bénéfices de l'entreprise ont de leur côté été multipliés par sept, pour atteindre 3,57 milliards de dollars. Le groupe a principalement profité, à hauteur de 2,93 milliards de dollars, de la réévaluation des parts détenues dans Alibaba Health, qui distribue des produits de santé en ligne.

Ajusté et hors élément exceptionnel, la mesure préférée à Wall Street, le bénéfice par action s'élève à 57 cents, dépassant les anticipations du marché.

Le groupe met par ailleurs en avant la progression des ventes réalisées sur des appareils mobiles, qui représentent désormais 62% des ventes totales réalisées sur ses plates-formes et près de la moitié de ses ventes en propre.

«Nous avons aussi fait des progrès importants dans la monétisation et la croissance de nos revenus s'est accéléré», a souligné la directrice financière du groupe Maggie Wue, cité dans le communiqué. 

Le taux de monétisation sur les plateformes de commerce de détail en Chine a notamment progressé à 2,42%, contre 2,30% en 2014.

À la une

Le Québec doit déjà se préparer à la prochaine pandémie

22/01/2021 | François Normand

ANALYSE - On a recensé l’éclosion de plus de 300 maladies infectieuses dans le monde entre 1940 et 2004, dont l'Ebola.

Bourse: les indices de Wall Street terminent en ordre dispersé

Mis à jour le 22/01/2021 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Le resserrement des mesures sanitaires dans le monde pèse sur les marchés.

Titres en action: Alphabet, Intel, Nuvei

Mis à jour le 22/01/2021 | LesAffaires.com et AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.