Une juge déboute une dirigeante du Chinois Huawei

Publié le 27/05/2020 à 15:07

Une juge déboute une dirigeante du Chinois Huawei

Publié le 27/05/2020 à 15:07

Par AFP

Une juge canadienne a décidé que la procédure d’extradition de Meng Whanzou vers les États-Unis devait se poursuivre. (Photo: Getty Images)

Une juge canadienne a décidé mercredi que la procédure d’extradition vers les États-Unis visant une dirigeante du groupe chinois Huawei, à l’origine d’une grave crise diplomatique entre Pékin et Ottawa, devait se poursuivre.

Cette annonce est un revers pour la directrice financière du géant chinois des télécoms, Meng Wanzhou, arrêtée fin 2018 à Vancouver à la demande des États-Unis qui l’accusent de fraude bancaire. 

Mme Meng, 48 ans et fille du fondateur de Huawei, vit depuis en liberté surveillée dans l’une de ses propriétés de Vancouver. Cette décision va très probablement provoquer la colère de Pékin, qui réclame sa remise en liberté depuis un an et demi.

La juge Heather Holmes, de la Cour suprême de Vancouver, devait se prononcer sur la question de la double incrimination: pour pouvoir être extradée, Mme Meng doit être poursuivie par la justice américaine pour un délit également punissable au Canada. 

Les procureurs l’accusent d’avoir commis une fraude en mentant à une banque américaine, ce qui est un crime à la fois au Canada et aux États-Unis. 

Mais les avocats de la défense affirment que l’affaire porte sur des violations de sanctions américaines contre l’Iran, qui n’avaient pas d’équivalent au Canada au moment des faits reprochés.

« La nécessité d’une double incrimination en vue d’une extradition peut être remplie dans ce cas », écrit la juge dans son jugement de 23 pages. « La demande de Mme Meng est par conséquent rejetée. »

Pékin avait clairement indiqué que sa libération était une condition sine qua non à une amélioration de ses relations avec Ottawa et à la libération de deux Canadiens détenus sur des soupçons d’espionnage.

Michael Kovrig, un ancien diplomate auparavant en poste dans la capitale chinoise, et le consultant et homme d’affaires Michael Spavor avaient été arrêtés neuf jours après l’interpellation de Mme Meng.

Ottawa qualifie ces détentions d’« arbitraires » et elles sont largement perçues en Occident comme une mesure de représailles.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Trudeau exclut de céder à Pékin en libérant Meng Wanzhou

25/06/2020 | AFP

Il estime qu’une telle décision mettrait en danger d’autres Canadiens dans le monde.

Les sanctions américaines et la COVID-19 pèsent sur Huawei

31/03/2020 | AFP

Huawei a chiffré à au moins 10 milliards de dollars les pertes causées par ces sanctions.

À la une

Mercredi, Ottawa dévoile son portrait économique

Ce « portrait » devrait donner une idée des prévisions pour le reste de l’année financière et du déficit à venir.

Hydro-Québec dépense 8,5 M$ en publicité au Maine depuis janvier 2020

Hydro-Québec veut relier le poste des Appalaches au réseau du Maine.

L'INSPQ approuve la manipulation de l'argent comptant

Le mode de transmission principal du coronavirus reste l’émission de microgouttelettes contagieuses.